Michel Strogoff: Moscou-Irkutsk, by Jules Verne

Deuxième Partie

Chapitre Premier

Un Camp Tartare.

A une journée de marche de Kolyvan, quelques verstes en avant du bourg de Diachinsk, s’étend une vaste plaine que dominent quelques grands arbres, principalement des pins et des cèdres.

Cette portion de la steppe est ordinairement occupée, pendant la saison chaude, par des Sibériens pasteurs, et elle suffit à la nourriture de leurs nombreux troupeaux. Mais, à cette époque, on y eût vainement cherché un seul de ces nomades habitants. Non pas que cette plaine fût déserte. Elle présentait, au contraire, une extraordinaire animation.

Là, en effet, se dressaient les tentes tartares, là campait Féofar-Khan, le farouche émir de Boukhara, et c’est là que le lendemain, 7 août, furent amenés les prisonniers faits à Kolyvan, après l’anéantissement du petit corps russe. De ces deux mille hommes, qui s’étaient engagés entre les deux colonnes ennemies, appuyées à la fois sur Omsk et sur Tomsk, il ne restait plus que quelques centaines de soldats. Les événements tournaient donc mal, et le gouvernement impérial semblait être compromis au delà des frontières de l’Oural — au moins momentanément, car les Russes ne pouvaient manquer de repousser tôt ou tard ces hordes d’envahisseurs. Mais enfin l’invasion avait atteint le centre de la Sibérie, et elle allait, à travers le pays soulevé, se propager soit sur les provinces de l’ouest, soit sur les provinces de l’est. Irkoutsk était maintenant coupée de toute communication avec l’Europe. Si les troupes de l’Amour et de la province d’Irkoutsk n’arrivaient pas à temps pour l’occuper, cette capitale de la Russie asiatique, réduite à des forces insuffisantes, tomberait aux mains des Tartares, et, avant qu’elle eût pu être reprise, le grand-duc, frère de l’empereur, aurait été livré à la vengeance d’Ivan Ogareff.

Que devenait Michel Strogoff? Fléchissait-il enfin sous le poids de tant d’épreuves? Se regardait-il comme vaincu par cette série de mauvaises chances, qui, depuis l’aventure d’Ichim, avait toujours été en empirant? Considérait-il la partie comme perdue, sa mission manquée, son mandat impossible à accomplir?

Michel Strogoff était un de ces hommes qui ne s’arrêtent que le jour où ils tombent morts. Or, il vivait, il n’avait pas même été blessé, la lettre impériale était toujours sur lui, son incognito avait été respecté. Sans doute, il comptait au nombre de ces prisonniers que les Tartares entraînaient comme un vil bétail; mais, en se rapprochant de Tomsk, il se rapprochait aussi d’Irkoutsk. Enfin, il devançait toujours Ivan Ogareff.

«J’arriverai!» se répétait-il.

Et, depuis l’affaire de Kolyvan, toute sa vie se concentra dans cette pensée unique: redevenir libre! Comment échapperait-il aux soldats de l’émir? Le moment venu, il verrait.

Le camp de Féofar présentait un spectacle superbe. De nombreuses tentes, faites de peaux, de feutre ou d’étoffes de soie, chatoyaient aux rayons du soleil. Les hautes houppes, qui empanachaient leur pointe conique, se balançaient au milieu de fanions, de guidons et d’étendards multicolores. De ces tentes, les plus riches appartenaient aux seides et aux khodjas, qui sont les premiers personnages du khanat. Un pavillon spécial, orné d’une queue de cheval, dont la hampe s’élançait d’une gerbe de bâtons rouges et blancs, artistement entrelacés, indiquait le haut rang de ces chefs tartares. Puis, à l’infini s’élevaient dans la plaine quelques milliers de ces tentes turcomanes que l’on appelle «karaoy» et qui avaient été transportées à dos de chameaux.

Le camp contenait au moins cent cinquante mille soldats, tant fantassins que cavaliers, rassemblés sous le nom d’alamanes. Parmi eux, et comme types principaux du Turkestan, on remarquait tout d’abord ces Tadjiks aux traits réguliers, à la peau blanche, à la taille élevée, aux yeux et aux cheveux noirs, qui formaient le gros de l’armée tartare, et dont les khanats de Khokhand et de Koundouze avaient fourni un contingent presque égal à celui de Boukhara. Puis, à ces Tadjiks se mêlaient d’autres échantillons de ces races diverses qui résident au Turkestan ou dont le pays originaire y confine. C’étaient des Usbecks, petits de taille, roux de barbe, semblables à ceux qui s’étaient jetés à la poursuite de Michel Strogoff. C’étaient des Kirghis, au visage plat comme celui des Kalmouks, revêtus de cottes de mailles, les uns portant la lance, l’arc et les flèches de fabrication asiatique, les autres maniant le sabre, le fusil à mèche et le «tschakane», petite hache à manche court qui ne fait que des blessures mortelles. C’étaient des Mongols, taille moyenne, cheveux noirs et réunis en une natte qui leur pendait sur le dos, figure ronde, teint basané, yeux enfoncés et vifs, barbe rare, habillés de robes de nankin bleu garnies de peluche noire, cerclés de ceinturons de cuir à boucles d’argent, chaussés de bottes à soutaches voyantes, et coiffés de bonnets de soie bordés de fourrure avec trois rubans qui voltigeaient en arrière. Enfin on y voyait aussi des Afghans, à peau bistrée, des Arabes, ayant le type primitif des belles races sémitiques, et des Turcomans, avec ces yeux bridés auxquels semble manquer la paupière — tous enrôlés sous le drapeau de l’émir, drapeau des incendiaires et des dévastateurs.

Auprès de ces soldats libres, on comptait encore un certain nombre de soldats esclaves, principalement des Persans, que commandaient des officiers de même origine, et ce n’étaient certainement pas les moins estimés de l’armée de Féofar-Khan.

Que l’on ajoute à cette nomenclature des Juifs servant comme domestiques, la robe ceinte d’une corde, la tête coiffée, au lieu du turban, qu’il leur est interdit de porter, de petits bonnets de drap sombre; que l’on mêle à ces groupes des centaines de «kalenders», sortes de religieux mendiants aux vêtements en lambeaux que recouvre une peau de léopard, et on aura une idée a peu près complète de ces énormes agglomérations de tribus diverses, comprises sous la dénomination générale d’armées tartares.

Cinquante mille de ces soldats étaient montés, et les chevaux n’étaient pas moins variés que les hommes. Parmi ces animaux, attachés par dix a deux cordes fixées parallèlement l’une à l’autre, la queue nouée, la croupe recouverte d’un réseau de soie noire, on distinguait les turcomans, fins de jambes, longs de corps, brillants de poil, nobles d’encolure; les usbecks, qui sont des bêtes de fond; les khokhandiens, qui portent avec leur cavalier deux tentes et toute une batterie de cuisine; les kirghis, à robe claire, venus des bords du fleuve Emba, où on les prend avec l’«arcane», ce lasso des Tartares, et bien d’autres produits de races croisées, qui sont de qualité inférieure.

Les bêtes de somme se comptaient par milliers. C’étaient des chameaux de petite taille, mais bien faits, poil long, épaisse crinière leur retombant sur le cou, animaux dociles et plus faciles à atteler que le dromadaire; des «nars» à une bosse, de pelage rouge-feu, dont les poils se roulent en boucles; puis des ânes, rudes au travail et dont la chair, très-estimée, forme en partie la nourriture des Tartares.

Sur tout cet ensemble d’hommes et d’animaux, sur cette immense agglomération de tentes, les cèdres et les pins, disposés par larges bouquets, jetaient une ombre fraîche, brisée çà et là par quelque trouée des rayons solaires. Rien de plus pittoresque que ce tableau, pour lequel le plus violent des coloristes eût épuisé toutes les couleurs de sa palette.

Lorsque les prisonniers faits à Kolyvan arrivèrent devant les tentes de Féofar et des grands dignitaires du khanat, les tambours battirent au champ, les trompettes sonnèrent. A ces bruits déjà formidables se mêlèrent de stridentes mousquetades et la détonation plus grave des canons de quatre et de six qui formaient l’artillerie de l’émir.

L’installation de Féofar était purement militaire. Ce qu’on pourrait appeler sa maison civile, son harem et ceux de ses alliés, étaient à Tomsk, maintenant aux mains des Tartares.

Le camp levé, Tomsk allait devenir la résidence de l’émir, jusqu’au moment où il l’échangerait enfin contre la capitale de la Sibérie orientale.

La tente de Féofar dominait les tentes voisines. Drapée de larges pans d’une brillante étoffe de soie relevée par des cordelières à crépines d’or, surmontée de houppes épaisses que le vent agitait comme des éventails, elle occupait le centre d’une vaste clairière, fermée par un rideau de magnifiques bouleaux et de pins gigantesques. Devant cette tente, sur une table laquée et incrustée de pierres précieuses, s’ouvrait le livre sacré du Koran, dont les pages étaient de minces feuilles d’or, finement gravées. Au-dessus, battait le pavillon tartare, écartelé des armes de l’émir.

Autour de la clairière, s’élevaient en demi-cercle les tentes des grands fonctionnaires de Boukhara. Là résidaient le chef d’écurie, qui a le droit de suivre à cheval l’émir jusque dans la cour de son palais, le grand fauconnier, le «housch-bégui», porteur du sceau royal, le «toptschi-baschi», grand maître de l’artillerie, le «khodja», chef du conseil qui reçoit le baiser du prince et peut se présenter devant lui ceinture dénouée, le «scheikh-oul-islam», chef des ulémas, représentant des prêtres, le «cazi-askev», qui, en l’absence de l’émir, juge toutes contestations soulevées entre militaires, et enfin le chef des astrologues, dont la grande affaire est de consulter les étoiles, toutes les fois que le khan songe à se déplacer.

L’émir, au moment où les prisonniers furent amenés au camp, était dans sa tente. Il ne se montra pas. Et ce fut heureux, sans doute. Un geste, un mot de lui n’auraient pu être que le signal de quelque sanglante exécution. Mais il se retrancha dans cet isolement, qui constitue en partie la majesté des rois orientaux. On admire qui ne se montre pas, et surtout on le craint.

Quant aux prisonniers, ils allaient être parqués dans quelque enclos, où, maltraités, a peine nourris, exposés a toutes les intempéries du climat, ils attendraient le bon plaisir de Féofar.

De tous, le plus docile, sinon le plus patient, était certainement Michel Strogoff. Il se laissait conduire, car on le conduisait là où il voulait aller, et dans des conditions de sécurité que, libre, il n’eût pu trouver sur cette route de Kolyvan à Tomsk. S’échapper avant d’être arrivé dans cette ville, c’était s’exposer à retomber entre les mains des éclaireurs qui battaient la steppe. La ligne la plus orientale, occupée alors par les colonnes tartares, ne se trouvait pas située au delà du quatre-vingt-deuxième méridien qui traverse Tomsk. Donc, ce méridien franchi, Michel Strogoff devait compter qu’il serait en dehors des zones ennemies, qu’il pourrait traverser l’Yeniseï sans danger, et gagner Krasnoiarsk, avant que Féofar-Khan eût envahi la province.

«Une fois à Tomsk, se répétait-il pour réprimer quelques mouvements d’impatience dont il n’était pas toujours maître, en quelques minutes, je serai au delà des avant-postes, et douze heures gagnées sur Féofar, douze heures sur Ogareff, cela me suffira pour les devancer a Irkoutsk!

Ce que Michel Strogoff, en effet, redoutait par-dessus tout, c’était et ce devait être la présence d’Ivan Ogareff au camp tartare. Outre le danger d’être reconnu, il sentait, par une sorte d’instinct, que c’était ce traître sur lequel il lui importait surtout de prendre l’avance. Il comprenait aussi que la réunion des troupes d’Ivan Ogareff à celles de Féofar porterait au complet l’effectif de l’armée envahissante, et que, la jonction opérée, cette armée marcherait en masse sur la capitale de la Sibérie orientale. Aussi, toutes ses appréhensions venaient-elles de ce côté, et, à chaque instant, écoutait-il si quelque fanfare n’annonçait pas l’arrivée du lieutenant de l’émir.

À cette pensée se joignait le souvenir de sa mère, celui de Nadia, l’une retenue à Omsk, l’autre enlevée sur les barques de l’Irtyche et sans doute captive comme l’était Marfa Strogoff! Il ne pouvait rien pour elles! Les reverrait-il jamais? A cette question qu’il n’osait résoudre, son coeur se serrait affreusement.

En même temps que Michel Strogoff et tant d’autres prisonniers, Harry Blount et Alcide Jolivet avaient été conduits au camp tartare. Leur ancien compagnon de voyage, pris avec eux au poste télégraphique, savait qu’ils étaient parqués comme lui dans cet enclos que surveillaient de nombreuses sentinelles, mais il n’avait point cherché à se rapprocher d’eux. Peu lui importait, en ce moment du moins, ce qu’ils pouvaient penser de lui depuis l’affaire du relais d’Ichim. D’ailleurs, il voulait être seul pour agir seul, le cas échéant. Il s’était donc tenu a l’écart.

Alcide Jolivet, depuis le moment où son confrère était tombé près de lui, ne lui avait pas ménagé ses soins. Pendant le trajet de Kolyvan au camp, c’est-à-dire pendant plusieurs heures de marche, Harry Blount, appuyé au bras de son rival, avait pu suivre le convoi des prisonniers. Sa qualité de sujet anglais, il voulut d’abord la faire valoir, mais elle ne le servit en aucune façon vis-à-vis de barbares qui ne répondaient qu’à coups de lance ou de sabre. Le correspondant du Daily-Telegraph dut donc subir le sort commun, quitte à réclamer plus tard et à obtenir satisfaction d’un pareil traitement. Mais ce trajet n’en fut pas moins très-pénible pour lui, car sa blessure le faisait souffrir, et, sans l’assistance d’Alcide Jolivet, peut-être n’eût-il pu atteindre le camp.

Alcide Jolivet, que sa philosophie pratique n’abandonnait jamais, avait physiquement et moralement réconforté son confrère par tous les moyens en son pouvoir. Son premier soin, lorsqu’il se vit définitivement enfermé dans l’enclos, fut de visiter la blessure d’Harry Blount. Il parvint à lui retirer très-adroitement son habit et reconnut que son épaule avait été seulement frôlée par un éclat de mitraille.

«Ce n’est rien, dit-il. Une simple éraflure! Après deux ou trois pansements, cher confrère, il n’y paraîtra plus!

— Mais ces pansements? . . . demanda Harry Blount.

— Je vous les ferai moi-même!

— Vous êtes donc un peu médecin?

— Tous les Français sont un peu médecins!»

Et sur cette affirmation, Alcide Jolivet, déchirant son mouchoir, fit de la charpie de l’un des morceaux, des tampons de l’autre, prit de l’eau à un puits creusé au milieu de l’enclos, lava la blessure, qui, fort heureusement, n’était pas grave, et disposa avec beaucoup d’adresse les linges mouillés sur l’épaule d’Harry Blount.

«Je vous traite par l’eau, dit-il. Ce liquide est encore le sédatif le plus efficace que l’on connaisse pour le traitement des blessures, et il est le plus employé maintenant. Les médecins ont mis six mille ans à découvrir cela! Oui! six mille ans en chiffres ronds!

— Je vous remercie, monsieur Jolivet, répondit Harry Blount, en s’étendant sur une couche de feuilles mortes, que son compagnon lui arrangea à l’ombre d’un bouleau.

— Bah! il n’y a pas de quoi! Vous en feriez autant à ma place!

— Je n’en sais rien . . . répondit un peu naïvement Harry Blount.

— Farceur, va! Tous les Anglais sont généreux!

— Sans doute, mais les Français. . . .?

— Eh bien, les Français sont bons, ils sont même bêtes, si vous voulez! Mais ce qui les rachète, c’est qu’ils sont Français! Ne parlons plus de cela, et même, si vous m’en croyez, ne parlons plus du tout. Le repos vous est absolument nécessaire.»

Mais Harry Blount n’avait aucune envie de se taire. Si le blessé devait, par prudence, songer au repos, le correspondant du Daily-Telegraph n’était pas homme à s’écouter.

«Monsieur Jolivet, demanda-t-il, croyez-vous que nos dernières dépêches aient pu passer la frontière russe?

— Et pourquoi pas? répondit Alcide Jolivet. A l’heure qu’il est, je vous assure que ma bienheureuse cousine sait à quoi s’en tenir sur l’affaire de Kolyvan!

— A combien d’exemplaires tire t-elle ses dépêches, votre cousine? demanda Harry Blount, qui, pour la première fois, posa cette question directe à son confrère.

— Bon! répondit en riant Alcide Jolivet. Ma cousine est une personne fort discrète, qui n’aime pas qu’on parle d’elle et qui serait désespérée si elle troublait le sommeil dont vous avez besoin.

— Je ne veux pas dormir, répondit l’Anglais. — Que doit penser votre cousine des affaires de la Russie?

— Qu’elles semblent en mauvais chemin pour le moment. Mais bah! le gouvernement moscovite est puissant, il ne peut vraiment s’inquiéter d’une invasion de barbares, et la Sibérie ne lui échappera pas.

— Trop d’ambition a perdu les plus grands empires! répondit Harry Blount, qui n’était pas exempt d’une certaine jalousie «anglaise» à l’endroit des prétentions russes dans l’Asie centrale.

— Oh! ne parlons pas politique! s’écria Alcide Jolivet. C’est défendu par la Faculté! Rien de plus mauvais pour les blessures à l’épaule! . . . à moins que ce ne soit pour vous endormir!

— Parlons alors de ce qu’il nous reste à faire, répondit Harry Blount. Monsieur Jolivet, je n’ai pas du tout l’intention de rester indéfiniment prisonnier de ces Tartares.

— Ni moi, pardieu!

— Nous sauverons-nous à la première occasion?

— Oui, s’il n’y a pas d’autre moyen de recouvrer notre liberté.

— En connaissez-vous un autre? demanda Harry Blount, en regardant son compagnon.

— Certainement! Nous ne sommes pas des belligérants, nous sommes des neutres, et nous réclamerons!

— Près de cette brute de Féofar-Khan?

— Non, il ne comprendrait pas, répondit Alcide Jolivet, mais près de son lieutenant Ivan Ogareff.

— C’est un coquin!

— Sans doute, mais ce coquin est Russe. Il sait qu’il ne faut pas badiner avec le droit des gens, et il n’a aucun intérêt à nous retenir, au contraire. Seulement, demander quelque chose à ce monsieur-là, ça ne me va pas beaucoup!

— Mais ce monsieur-là n’est pas au camp, ou du moins je ne l’y ai pas vu, fit observer Harry Blount.

— Il y viendra. Cela ne peut manquer. Il faut qu’il rejoigne l’émir. La Sibérie est coupée en deux maintenant, et très-certainement l’armée de Féofar n’attend plus que lui pour se porter sur Irkoutsk.

— Et une fois libres, que ferons-nous?

— Une fois libres, nous continuerons notre campagne, et nous suivrons les Tartares, jusqu’au moment où les événements nous permettront de passer dans le camp opposé. Il ne faut pas abandonner la partie, que diable! Nous ne faisons que commencer. Vous, confrère, vous avez déjà eu la chance d’être blessé au service du Daily-Telegraph, tandis que moi, je n’ai encore rien reçu au service de ma cousine. Allons, allons! — Bon, murmura Alcide Jolivet, le voilà qui s’endort! Quelques heures de sommeil et quelques compresses d’eau fraîche, il n’en faut pas plus pour remettre un Anglais sur pied. Ces gens-la sont fabriqués en tôle!»

Et pendant qu’Harry Blount reposait, Alcide Jolivet veilla près de lui, après avoir tiré son carnet, qu’il chargea de notes, très-décidé, d’ailleurs, à les partager avec son confrère, pour la plus grande satisfaction des lecteurs du Daily-Telegraph. Les événements les avaient réunis l’un à l’autre. Ils n’en étaient plus à se jalouser.

Ainsi donc, ce que redoutait au-dessus de tout Michel Strogoff était précisément l’objet des plus vifs désirs des deux journalistes. L’arrivée d’Ivan Ogareff pouvait évidemment servir ceux-ci, car, leur qualité de correspondants anglais et français une fois reconnue, rien de plus probable qu’ils fussent mis en liberté. Le lieutenant de l’émir saurait faire entendre raison à Féofar, qui n’eût pas manqué de traiter des journalistes comme de simples espions. L’intérêt d’Alcide Jolivet et d’Harry Blount était donc contraire à l’intérêt de Michel Strogoff. Celui-ci avait bien compris cette situation, et ce fut une nouvelle raison, ajoutée à plusieurs autres, qui le porta a éviter tout rapprochement avec ses anciens compagnons de voyage. Il s’arrangea donc de manière à ne pas être aperçu d’eux.

Quatre jours se passèrent, pendant lesquels l’état de choses ne fut aucunement modifié. Les prisonniers n’entendirent point parler de la levée du camp tartare. Ils étaient surveillés sévèrement. Il leur eût été impossible de traverser le cordon de fantassins et de cavaliers qui les gardaient nuit et jour. Quant a la nourriture qui leur était attribuée, elle leur suffisait à peine. Deux fois par vingt-quatre heures, on leur jetait un morceau d’intestins de chèvres, grillés sur les charbons, ou quelques portions de ce fromage appelé «kroute», fabriqué avec du lait aigre de brebis, et qui, trempé de lait de jument, forme le mets kinghis le plus communément nommé «koumyss». Et c’était tout. Il faut ajouter aussi que le temps devint détestable. Il se produisit de grandes perturbations atmosphériques, qui amenèrent des bourrasques mêlées de pluie. Les malheureux, sans aucun abri, durent supporter ces intempéries malsaines, et aucun adoucissement ne fut apporté à leurs misères. Quelques blessés, des femmes, des enfants moururent, et les prisonniers eux-mêmes durent enterrer ces cadavres, auxquels leurs gardiens ne voulaient même pas donner la sépulture.

Pendant ces dures épreuves, Alcide Jolivet et Michel Strogoff se multiplièrent, chacun de son côté. Ils rendirent tous les services qu’ils pouvaient rendre. Moins éprouvés que tant d’autres, valides, vigoureux, ils devaient mieux résister, et par leurs conseils, par leurs soins, ils purent se rendre utiles à ceux qui souffraient et se désespéraient.

Cet état de choses allait-il durer? Féofar-Khan, satisfait de ses premiers succès, voulait-il donc attendre quelque temps avant de marcher sur Irkoutsk? On pouvait le craindre, mais il n’en fut rien. L’événement tant souhaité d’Alcide Jolivet et d’Harry Blount, tant redouté de Michel Strogoff, se produisit dans la matinée du 12 août.

Ce jour-là, les trompettes sonnèrent, les tambours battirent, la mousquetade éclata. Un énorme nuage de poussière se déroulait au-dessus de la route de Kolyvan.

Ivan Ogareff, suivi de plusieurs milliers d’hommes, faisait son entrée au camp tartare.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ms/chapter18.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24