Michel Strogoff: Moscou-Irkutsk, by Jules Verne

Chapitre XVI

Un Dernier Effort.

Michel Strogoff avait raison de redouter quelque mauvaise rencontre dans ces plaines qui se prolongent au delà de la Baraba. Les champs, foulés du pied des chevaux, montraient que les Tartares y avaient passé, et de ces barbares on pouvait dire ce que l’on a dit des Turcs: «Là où le Turc passe, l’herbe ne repousse jamais!»

Michel Strogoff devait donc prendre les plus minutieuses précautions en traversant cette contrée. Quelques volutes de fumée qui se tordaient au-dessus de l’horizon indiquaient que bourgs et hameaux brûlaient encore. Ces incendies avaient-ils été allumés par l’avant-garde, ou l’armée de l’émir s’était-elle déjà avancé jusqu’aux dernières limites de la province? Féofar Khan se trouvait-il de sa personne dans le gouvernement de l’Yeniseisk? Michel Strogoff ne le savait et ne pouvait rien décider sans être fixé à cet égard. Le pays était-il donc si abandonné qu’il ne s’y trouvât plus un seul Sibérien pour le renseigner?

Michel Strogoff fit deux verstes sur la route absolument déserte. Il cherchait du regard, à droite et à gauche, quelque maison qui n’eût pas été délaissée. Toutes celles qu’il visita étaient vides.

Une hutte, cependant, qu’il aperçut entre les arbres, fumait encore. Lorsqu’il en approcha, il vit, à quelques pas des restes de sa maison, un vieillard, entouré d’enfants qui pleuraient. Une femme, jeune encore, sa fille sans doute, la mère de ces petits, agenouillée sur le sol, regardait d’un oeil hagard cette scène de désolation. Elle allaitait un enfant de quelques mois, auquel son lait devait manquer bientôt. Tout, autour de cette famille, n’était que ruines et dénuement!

Michel Strogoff alla au vieillard.

«Peux-tu me répondre? lui dit-il d’une voix grave.

— Parle, répondit le vieillard.

— Les Tartares ont passé par ici?

— Oui, puisque ma maison est en flammes!

—Était-ce une armée ou un détachement?

— Une armée, puisque, si loin que ta vue s’étende, nos champs sont dévastés!

— Commandée par l’émir?..

— Par l’émir, puisque les eaux de l’Obi sont devenues rouges!

— Et Féofar-Khan est entré à Tomsk?

— A Tomsk.

— Sais-tu si les Tartares se sont emparés de Kolyvan?

— Non, puisque Kolyvan ne brûle pas encore!

— Merci, ami. — Puis-je faire quelque chose pour toi et les tiens?

— Rien.

— Au revoir.

— Adieu.»

Et Michel Strogoff, après avoir mis vingt-cinq roubles sur les genoux de la malheureuse femme, qui n’eut même pas la force de le remercier, pressa son cheval et reprit sa marche, interrompue un instant.

Il savait maintenant une chose, c’est qu’à tout prix il devait éviter de passer à Tomsk. Aller à Kolyvan, où les Tartares n’étaient pas encore, c’était possible. S’y ravitailler pour une longue étape, c’était ce qu’il fallait faire. Se jeter ensuite hors de la route d’Irkoutsk pour tourner Tomsk, après avoir franchi l’Obi, il n’y avait pas d’autre parti à prendre.

Ce nouvel itinéraire décidé, Michel Strogoff ne devait pas hésiter un instant. Il n’hésita pas, et, imprimant à son cheval une allure rapide et régulière, il suivit la route directe qui aboutissait à la rive gauche de l’Obi, dont quarante verstes le séparaient encore. Trouverait-il un bac pour le traverser, ou, les Tartares ayant détruit les bateaux du fleuve, serait-il forcé de le passer à la nage? Il aviserait.

Quant à son cheval, bien épuisé alors, Michel Strogoff, après lui avoir demandé ce qui lui restait de force pour cette dernière étape, devrait chercher à l’échanger contre un autre à Kolyvan. Il sentait bien qu’avant peu le pauvre animal manquerait sous lui. Kolyvan devait donc être comme un nouveau point de départ, car, à partir de cette ville, son voyage s’effectuerait dans des conditions nouvelles. Tant qu’il parcourrait le pays ravagé, les difficultés seraient grandes encore, mais si, après avoir évité Tomsk, il pouvait reprendre la route d’Irkoutsk à travers la province d’Yeniseisk, que les envahisseurs ne désolaient pas encore, il devait avoir atteint son but en quelques jours.

La nuit était venue, après une assez chaude journée. Une assez profonde obscurité, à minuit, enveloppa la steppe. Le vent, complètement tombé au coucher du soleil, laissait à l’atmosphère un calme complet. Seul, le bruit des pas du cheval se faisait entendre sur la route déserte, et aussi quelques paroles avec lesquelles son maître l’encourageait. Au milieu de ces ténèbres, il fallait une extrême attention pour ne pas se jeter hors du chemin, bordé d’étangs et de petits cours d’eau, tributaires de l’Obi.

Michel Strogoff s’avançait donc aussi rapidement que possible, mais avec une certaine circonspection. Il s’en rapportait non moins à l’excellence de ses yeux, qui perçaient l’ombre, qu’à la prudence de son cheval, dont il connaissait la sagacité.

A ce moment, Michel Strogoff, ayant mis pied à terre, cherchait à reconnaître exactement la direction de la route, lorsqu’il lui sembla entendre un murmure confus qui venait de l’ouest. C’était comme le bruit d’une chevauchée lointaine sur la terre sèche. Pas de doute. Il se produisait, à une ou deux verstes en arrière, un certain cadencement de pas qui frappaient régulièrement le sol.

Michel Strogoff écouta avec plus d’attention, après avoir posé son oreille à l’axe même du chemin.

«C’est un détachement de cavaliers qui vient par la route d’Omsk, se dit-il. Il marche rapidement, car le bruit augmente. Sont-ce des Russes ou des Tartares?»

Michel Strogoff écouta encore.

«Oui, dit-il, ces cavaliers viennent au grand trot!

Avant dix minutes, ils seront ici! Mon cheval ne saurait les devancer. Si ce sont des Russes, je me joindrai à eux. Si ce sont des Tartares, il faut les éviter! Mais comment? Où me cacher dans cette steppe?»

Michel Strogoff regarda autour de lui, et son oeil si pénétrant découvrit une masse confusément estompée dans l’ombre, à une centaine de pas en avant, sur la gauche de la route.

«Il y a là quelque taillis, se dit-il. Y chercher refuge, c’est m’exposer peut-être à être pris, si ces cavaliers le fouillent, mais je n’ai pas le choix! Les voilà! les voilà!»

Quelques instants après, Michel Strogoff, traînant son cheval par la bride, arrivait à un petit bois de mélèzes, auquel la route donnait accès. Au delà et en deçà, complètement dégarnie d’arbres, elle se développait entre des fondrières et des étangs, que séparaient des buissons nains, faits d’ajoncs et de bruyères. Des deux côtés, le terrain était donc absolument impraticable, et le détachement devait forcément passer devant ce petit bois, puisqu’il suivait le grand chemin d’Irkoutsk.

Michel Strogoff se jeta sous le couvert des mélèzes, et, s’y étant enfoncé d’une quarantaine de pas, il fut arrêté par un cours d’eau qui fermait ce taillis par une enceinte semi-circulaire.

Mais l’ombre était si épaisse, que Michel Strogoff ne courait aucun risque d’être vu, à moins que ce petit bois ne fût minutieusement fouillé. Il conduisit donc son cheval jusqu’au cours d’eau, et il l’attacha à un arbre, puis, il revint s’étendre à la lisière du bois, afin de reconnaître à quel parti il avait affaire.

A peine Michel Strogoff avait-il pris place derrière un bouquet de mélèzes, qu’une lueur assez confuse apparut, sur laquelle tranchaient ça et là quelques points brillants qui s’agitaient dans l’ombre.

«Des torches!» se dit-il.

Et il recula vivement, en se glissant comme un sauvage dans la portion la plus épaisse du taillis.

En approchant du bois, le pas des chevaux commença à se ralentir. Ces cavaliers éclairaient-ils donc la route avec l’intention d’en observer les moindres détours?

Michel Strogoff dut le craindre, et, instinctivement, il recula jusqu’à la berge du cours d’eau, prêt à s’y plonger, s’il le fallait.

Le détachement, arrivé à la hauteur du taillis, s’arrêta. Les cavaliers mirent pied à terre. Ils étaient cinquante environ. Une dizaine d’entre eux portaient des torches, qui éclairaient la route dans un large rayon.

A certains préparatifs, Michel Strogoff reconnut que, par un bonheur inattendu, le détachement ne songeait aucunement à visiter la taillis, mais à bivouaquer en cet endroit, pour faire reposer les chevaux et permettre aux hommes de prendre quelque nourriture.

En effet, les chevaux, débridés, commencèrent à paître l’herbe épaisse qui tapissait le sol. Quant aux cavaliers, ils s’étendirent au long de la route et se partagèrent les provisions de leurs havre-sacs.

Michel Strogoff avait conservé tout son sang-froid, et, se glissant entre les hautes herbes, il chercha à voir, puis à entendre.

C’était un détachement qui venait d’Omsk. Il se composait de cavaliers usbecks, race dominante en Tartarie, que leur type rapproche sensiblement des Mongols. Ces hommes, bien constitués, d’une taille au-dessus de la moyenne, aux traits rudes et sauvages, étaient coiffés du «talpak», sorte de bonnet de peau de mouton noir, et chaussés de bottes jaunes à hauts talons, dont le bout se relevait en pointe, comme aux souliers du moyen âge. Leur pelisse, faite d’indienne ouatée avec du coton écru, les serrait à la taille par une ceinture de cuir soutachée de rouge. Ils étaient armés, défensivement d’un bouclier, et offensivement d’un sabre courbe, d’un long coutelas et d’un fusil à pierre suspendu à l’arçon de la selle. Sur leurs épaules se drapait un manteau de feutre de couleur éclatante.

Les chevaux, qui paissaient en toute liberté sur la lisière du taillis, étaient de race usbèque, comme ceux qui les montaient. Cela se voyait parfaitement à la lueur des torches qui projetaient un vif éclat sous la ramure des mélèzes. Ces animaux, un peu plus petits que le cheval turcoman, mais doués d’une force remarquable, sont des bêtes de fond qui ne connaissent pas d’autre allure que celle du galop.

Ce détachement était conduit par un «pendja-baschi», c’est-à-dire un commandant de cinquante hommes, ayant en sous-ordre un «deh-baschi», simple commandant de dix hommes. Ces deux officiers portaient un casque et une demi-cotte de mailles; de petites trompettes, attachées à l’arçon de leur selle, formaient le signe distinctif de leur grade.

Le pendja-baschi avait dû faire reposer ses hommes, fatigués d’une longue étape. Tout en causant, le second officier et lui, fumant le «beng», feuille de chanvre qui forme la base du «haschisch» dont les Asiatiques font un si grand usage, allaient et venaient dans le bois, de sorte que Michel Strogoff, sans être vu, put saisir et comprendre leur conversation, car ils s’exprimaient en langue tartare.

Dès les premiers mots de cette conversation, l’attention de Michel Strogoff fut singulièrement surexcitée. En effet, c’était de lui qu’il s’agissait.

«Ce courrier ne saurait avoir une telle avance sur nous, dit le pendja-baschi, et, d’autre part, il est absolument impossible qu’il ait suivi d’autre route que celle de la Baraba.

— Qui sait s’il a quitté Omsk? répondit le deh-baschi. Peut-être est-il encore caché dans quelque maison de la ville?

— Ce serait à souhaiter, vraiment! Le colonel Ogareff n’aurait plus à craindre que les dépêches dont ce courrier est évidemment porteur n’arrivassent à destination!

— On dit que c’est un homme du pays, un Sibérien, reprit le deh-baschi. Comme tel, il doit connaître la contrée, et il est possible qu’il ait quitté la route d’Irkoutsk, sauf à la rejoindre plus tard!

— Mais alors nous serions en avance sur lui, répondit le pendja-baschi, car nous avons quitté Omsk moins d’une heure après son départ, et nous avons suivi le chemin le plus court de toute la vitesse de nos chevaux. Donc, ou il est resté à Omsk, ou nous arriverons avant lui à Tomsk, de manière à lui couper la retraite, et, dans les deux cas, il n’atteindra pas Irkoutsk.

— Une rude femme, cette vieille Sibérienne, qui est évidemment sa mère!» dit le deh-baschi.

A cette phrase, le coeur de Michel Strogoff battit à se briser.

«Oui, répondit le pendja-baschi, elle a bien soutenu que ce prétendu marchand n’était pas son fils, mais il était trop tard. Le colonel Ogareff ne s’y est pas laissé prendre, et, comme il l’a dit, il saura bien faire parler la vieille sorcière, quand le moment en sera venu.»

Autant de mots, autant de coups de poignard pour Michel Strogoff! Il était reconnu pour être un courrier du czar! Un détachement de cavaliers, lancé à sa poursuite, ne pouvait manquer de lui couper la route! Et, suprême douleur! sa mère était entre les mains des Tartares, et le cruel Ogareff se faisait fort de la faire parler lorsqu’il le voudrait!

Michel Strogoff savait bien que l’énergique Sibérienne ne parlerait pas, et qu’il lui en coûterait la vie! . . .

Michel Strogoff ne croyait pas pouvoir haïr Ivan Ogareff plus qu’il ne l’avait haï jusqu’à ce moment, et, cependant, un flot de haine nouvelle monta jusqu’à son coeur. L’infâme qui trahissait son pays menaçait maintenant de torturer sa mère!

La conversation continua entre les deux officiers, et Michel Strogoff crut comprendre qu’aux environs de Kolyvan un engagement était imminent entre les troupes moscovites venant du nord et les troupes tartares. Un petit corps russe de deux mille hommes, signalé sur le cours inférieur de l’Obi, venait à marche forcée vers Tomsk. Si cela était, ce corps, qui allait se trouver aux prises avec le gros des troupes de Féofar-Khan, serait inévitablement anéanti, et la route d’Irkoutsk appartiendrait tout entière aux envahisseurs.

Quant à lui-même, Michel Strogoff apprit, par quelques mots du pendja-baschi, que sa tête était mise à prix, et qu’ordre était donné de le prendre mort ou vif.

Donc, il y avait nécessité immédiate de devancer les cavaliers usbecks sur la route d’Irkoutsk et de mettre l’Obi entre eux et lui. Mais, pour cela, il fallait fuir avant que le bivouac fût levé.

Cette résolution prise, Michel Strogoff se prépara à l’exécuter.

En effet, la halte ne pouvait se prolonger, et le pendja-baschi ne comptait pas donner à ses hommes plus d’une heure de repos, bien que leurs chevaux n’eussent pu être échangés contre des chevaux frais depuis Omsk, et qu’ils dussent être fatigués dans la même mesure et pour les mêmes raisons que celui de Michel Strogoff.

Il n’y avait donc pas un instant à perdre. Il était une heure du matin. Il fallait profiter de l’obscurité que l’aube allait chasser bientôt, pour quitter le petit bois et se jeter sur la route; mais, bien que la nuit dût la favoriser, le succès d’une telle fuite paraissait presque impossible.

Michel Strogoff, ne voulant rien donner au hasard, prit le temps de réfléchir et pesa attentivement les chances pour et contre, afin de mettre les meilleures dans son jeu.

De la disposition des lieux, il résultait ceci: c’est qu’il ne pourrait s’échapper par l’arrière-plan du taillis, fermé par un arc de mélèzes dont la grande route traçait la corde. Le cours d’eau qui bordait cet arc était non-seulement profond, mais assez large et très-boueux. De grands ajoncs en rendaient le passage absolument impraticable. Sous cette eau trouble, on sentait une fondrière vaseuse, sur laquelle le pied ne pouvait prendre un point d’appui. En outre, au delà du cours d’eau, le sol, coupé de buissons, ne se fût prêté que très-difficilement aux manoeuvres d’une fuite rapide. L’alerte une fois donnée, Michel Strogoff. poursuivi à outrance et bientôt cerné, devait immanquablement tomber aux mains des cavaliers tartares.

Il n’y avait donc qu’une seule voie praticable, une seule, la grande route. Chercher à l’atteindre en contournant la lisière du bois, et, sans éveiller l’attention, franchir un quart de verste avant d’avoir été aperçu, demander à son cheval ce qui lui restait d’énergie et de vigueur, dût-il tomber mort en arrivant aux rives de l’Obi, puis, soit par un bac, soit à la nage, si tout autre moyen de transport manquait, traverser cet important fleuve, voilà ce que devait tenter Michel Strogoff.

Son énergie, son courage s’étaient décuplés en face du danger. Il y allait de sa vie, de sa mission, de l’honneur de son pays, peut-être du salut de sa mère. Il ne pouvait hésiter et se mit à l’oeuvre.

Il n’y avait plus un seul instant à perdre. Déjà un certain mouvement se produisait parmi les hommes du détachement. Quelques cavaliers allaient et venaient sur le talus de la route, devant la lisière du bois. Les autres étaient encore couchés au pied des arbres, mais leurs chevaux se rassemblaient peu à peu vers la partie centrale du taillis.

Michel Strogoff eut d’abord la pensée de s’emparer de l’un de ces chevaux, mais il se dit avec raison qu’ils devaient être aussi fatigués que le sien. Mieux valait donc se confier à celui dont il était sûr, et qui lui avait rendu tant de bons services. Cette courageuse bête, cachée par un haut buisson de bruyères, avait échappé aux regards des Usbecks. Ceux-ci, d’ailleurs, ne s’étaient pas enfoncés jusqu’à l’extrême limite du bois.

Michel Strogoff, en rampant sous l’herbe, s’approcha de son cheval, qui était couché sur le sol. Il le flatta de la main, il lui parla doucement, il parvint à le faire lever sans bruit.

En ce moment — circonstance favorable — les torches, entièrement consumées, étaient éteintes, et l’obscurité restait encore assez profonde, au moins sous le couvert des mélèzes.

Michel Strogoff, après avoir remis le mors, assuré la sangle de la selle, éprouvé la courroie des étriers, commença à tirer doucement son cheval par la bride. Du reste, l’intelligent animal, comme s’il eût compris ce que l’on voulait de lui, suivit docilement son maître, sans faire entendre le plus léger hennissement.

Toutefois, quelques chevaux usbecks dressèrent la tête et se dirigèrent peu à peu vers la lisière du taillis.

Michel Strogoff tenait de la main droite son revolver, prêt à casser la tête au premier cavalier tartare qui s’approcherait. Mais, très-heureusement, l’éveil ne fut pas donné, et il put atteindre l’angle que le bois faisait à droite en rejoignant la route.

L’intention de Michel Strogoff, pour éviter d’être vu, était de ne se mettre en selle que le plus tard possible, et seulement après avoir dépassé un tournant qui se trouvait à deux cents pas du taillis.

Malheureusement, au moment où Michel Strogoff allait franchir la lisière du taillis, le cheval d’un Usbeck, le flairant, hennit et s’élança sur la route.

Son maître courut à lui pour le ramener, mais, apercevant une silhouette qui se détachait confusément aux premières lueurs de l’aube: «Alerte!» cria-t-il.

A ce cri, tous les hommes du bivouac se relevèrent et se précipitèrent sur la route.

Michel Strogoff n’avait plus qu’à enfourcher son cheval et à l’enlever au galop.

Les deux officiers du détachement s’étaient portés en avant et excitaient leurs hommes.

Mais déjà Michel Strogoff s’était mis en selle.

En ce moment, une détonation éclata, et il sentit une balle qui traversait sa pelisse.

Sans tourner la tête, sans répondre, il piqua des deux, et, franchissant la lisière du taillis par un bond formidable, il s’élança bride abattue dans la direction de l’Obi.

Les chevaux usbecks étant déharnachés, il allait donc pouvoir prendre une certaine avance sur les cavaliers du détachement; mais ceux-ci ne pouvaient tarder à se jeter sur ses traces, et, en effet, moins de deux minutes après qu’il eut quitte le bois, il entendit le bruit de plusieurs chevaux qui, peu à peu, gagnaient sur lui.

Le jour commençait à se faire alors, et les objets devenaient visibles dans un plus large rayon.

Michel Strogoff, tournant la tête, aperçut un cavalier qui l’approchait rapidement.

C’était le deh-baschi. Cet officier, supérieurement monté, tenait la tête du détachement et menaçait d’atteindre le fugitif.

Sans s’arrêter, Michel Strogoff tendit vers lui son revolver, et, d’une main qui ne tremblait pas, il le visa un instant. L’officier usbeck, atteint en pleine poitrine, roula sur le sol.

Mais les autres cavaliers le suivaient de près, et, sans s’attarder près du deh-baschi, s’excitant par leurs propres vociférations, enfonçant l’éperon dans le flanc de leurs chevaux, ils diminuèrent peu à peu la distance qui les séparait de Michel Strogoff.

Pendant une demi-heure, cependant, celui-ci put se maintenir hors de portée des armes tartares, mais il sentait bien que son cheval faiblissait, et, à chaque instant, il craignait que, buttant contre quelque, obstacle, il ne tombât pour ne plus se relever.

Le jour était assez clair alors, bien que le soleil ne se fût pas encore montré au-dessus de l’horizon.

A deux verstes au plus se développait une ligne pâle que bordaient quelques arbres assez espacés.

C’était l’Obi, qui coulait du sud-ouest au nord-est, presque au ras du sol, et dont la vallée n’était que la steppe elle-même.

Plusieurs fois, des coups de fusil furent tirés sur Michel Strogoff, mais sans l’atteindre, et, plusieurs fois aussi, il dut décharger son revolver sur ceux, des cavaliers qui le serraient de trop près. Chaque fois, un Usbeck roula à terre, au milieu des cris de rage de ses compagnons.

Mais cette poursuite ne pouvait se terminer qu’au désavantage de Michel Strogoff. Son cheval n’en pouvait plus, et, cependant, il parvint à l’enlever jusqu’à la berge du fleuve.

Le détachement usbeck, à ce moment, n’était plus qu’à cinquante pas en arrière de lui.

Sur l’Obi, absolument désert, pas de bac, pas un bateau qui pût servir à passer le fleuve.

«Courage, mon brave cheval! s’écria Michel Strogoff. Allons! Un dernier effort!»

Et il se précipita dans le fleuve, qui mesurait en cet endroit une demi-verste de largeur.

Le courant, très-vif, était extrêmement difficile à remonter. Le cheval de Michel Strogoff n’avait pied nulle part. Donc, sans point d’appui, c’était à la nage qu’il devait couper ces eaux rapides comme celles d’un torrent. Les braver, c’était, pour Michel Strogoff, faire un miracle de courage.

Les cavaliers s’étaient arrêtés sur la berge du fleuve, et ils hésitaient à s’y précipiter.

Mais, à ce moment, le pendja-baschi, saisissant son fusil, visa avec soin le fugitif, qui se trouvait déjà au milieu du courant. Le coup partit, et le cheval de Michel Strogoff, frappé au flanc, s’engloutit sous son maître.

Celui-ci se débarrassa vivement de ses étriers, au moment où l’animal disparaissait sous les eaux du fleuve. Puis, plongeant à propos au milieu d’une grêle de balles, il parvint à atteindre la rive droite du fleuve et disparut dans les roseaux qui hérissaient la berge de l’Obi.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ms/chapter16.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24