Michel Strogoff: Moscou-Irkutsk, by Jules Verne

Chapitre XIV

Mère et Fils.

Omsk est la capitale officielle de la Sibérie occidentale. Ce n’est pas la ville la plus importante du gouvernement de ce nom, puisque Tomsk est plus peuplée et plus considérable, mais c’est à Omsk que réside le gouverneur général de cette première moitié de la Russie asiatique.

Omsk, à proprement parler, se compose de deux villes distinctes, l’une qui est uniquement habitée par les autorités et les fonctionnaires, l’autre où demeurent plus spécialement les marchands sibériens, bien qu’elle soit peu commerçante cependant.

Cette ville compte environ douze à treize mille habitants. Elle est défendue par une enceinte flanquée de bastions, mais ces fortifications sont en terre, et elles ne pouvaient la protéger que très-insuffisamment. Aussi les Tartares, qui le savaient bien, tentèrent-ils à cette époque de l’enlever de vive force, et ils y réussirent après quelques jours d’investissement.

La garnison d’Omsk, réduite à deux mille hommes, avait vaillamment résisté. Mais, accablée par les troupes de l’émir, repoussée peu à peu de la ville marchande, elle avait dû se réfugier dans la ville haute.

C’est la que le gouverneur général, ses officiers, ses soldats s’étaient retranchés. Ils avaient fait du haut quartier d’Omsk une sorte de citadelle, après en avoir crénelé les maisons et les églises, et, jusqu’alors, ils tenaient bon dans cette sorte de kreml improvisé, sans grand espoir d’être secourus à temps. En effet, les troupes tartares, qui descendaient le cours de l’Irtyche, recevaient chaque jour de nouveaux renforts, et, circonstance plus grave, elles étaient alors dirigées par un officier, traître à son pays, mais homme de grand mérite et d’une audace à toute épreuve.

C’était le colonel Ivan Ogareff.

Ivan Ogareff, terrible comme un de ces chefs tartares qu’il poussait en avant, était un militaire instruit. qui était d’origine asiatique, il aimait la ruse, il se plaisait à imaginer des embûches, et ne répugnait à aucun moyen lorsqu’il voulait surprendre quelque secret ou tendre quelque piège. Fourbe par nature, il avait volontiers recours aux plus vils déguisements, se faisant mendiant à l’occasion, excellant à prendre toutes les formes et toutes les allures. De plus, il était cruel, et il se fût fait bourreau au besoin. Féofar-Khan avait en lui un lieutenant digne de le seconder dans cette guerre sauvage.

Or, quand Michel Strogoff arriva sur les bords de l’Irtyche, Ivan Ogareff était déjà maître d’Omsk, et il pressait d’autant plus le siège du haut quartier de la ville, qu’il avait hâte de rejoindre Tomsk, où le gros de l’armée tartare venait de se concentrer.

Tomsk, en effet, avait été prise par Féofar-Khan depuis quelques jours, et c’est de là que les envahisseurs, maîtres de la Sibérie centrale, devaient marcher sur Irkoutsk.

Irkoutsk était le véritable objectif d’Ivan Ogareff.

Le plan de ce traître était de se faire agréer du grand-duc sous un faux nom, de capter sa confiance, et, l’heure venue, de livrer aux Tartares la ville et le grand-duc lui-même.

Avec une telle ville et un tel otage, toute la Sibérie asiatique devait tomber aux mains des envahisseurs.

Or, on le suit, ce complot était connu du czar, et c’était pour le déjouer qu’avait été confiée à Michel Strogoff l’importante missive dont il était porteur. De là aussi, les instructions les plus sévères qui avaient été données au jeune courrier, de passer incognito à travers la contrée envahie.

Cette mission, il l’avait fidèlement exécutée jusqu’ici, mais, maintenant, pourrait-il en poursuivre l’accomplissement?

Le coup qui avait frappé Michel Strogoff n’était pas mortel. En nageant de manière à éviter d’être vu, il avait atteint la rive droite, où il tomba évanoui entre les roseaux.

Quand il revint à lui, il se trouva dans la cabane d’un moujik qui l’avait recueilli et soigné, et auquel il devait d’être encore vivant. Depuis combien de temps était-il l’hôte de ce brave Sibérien? il n’eût pu le dire. Mais, lorsqu’il rouvrit les yeux, il vit une bonne figure barbue, penchée sur lui, qui le regardait d’un oeil compatissant. Il allait demander où il était, lorsque le moujik, le prévenant, lui dit:

«Ne parle pas, petit père, ne parle pas! Tu es encore trop faible. Je vais te dire où tu es et tout ce qui s’est passé depuis que je t’ai rapporté dans ma cabane.»

Et le moujik raconta à Michel Strogoff les divers incidents de la lutte dont il avait été témoin, l’attaque du bac par les barques tartares, le pillage du tarentass, le massacre des bateliers! . . .

Mais Michel Strogoff ne l’écoutait plus, et, portant la main à son vêtement, il sentit la lettre impériale, toujours serrée sur sa poitrine.

Il respira, mais ce n’était pas tout.

«Une jeune fille m’accompagnait! dit-il.

— Ils ne l’ont pas tuée! répondit le moujik, allant au-devant de l’inquiétude qu’il lisait dans les yeux de son hôte. Ils l’ont emmenée dans leur barque, et ils ont continué de descendre l’Irtyche! C’est une prisonnière de plus à joindre à tant d’autres que l’on conduit à Tomsk!»

Michel Strogoff ne put répondre. Il mit la main sur son coeur pour en comprimer les battements.

Mais, malgré tant d’épreuves, le sentiment du devoir dominait son âme tout entière.

«Où suis-je? demanda-t-il.

— Sur la rive droite de l’Irtyche, et seulement à cinq verstes d’Omsk, répondit le moujik.

— Quelle blessure ai-je donc reçue, qui ait pu me foudroyer ainsi? Ce n’est pas un coup de feu?

— Non, un coup de lance à la tête, cicatrisé maintenant, répondit le moujik. Après quelques jours de repos, petit père, tu pourras continuer ta route. Tu es tombé dans le fleuve, mais les Tartares ne l’ont ni touché ni fouillé, et ta bourse est toujours dans ta poche.»

Michel Strogoff tendit la main au moujik. Puis, se redressant par un subit effort:

«Ami, dit-il, depuis combien de temps suis-je dans ta cabane?

— Depuis trois jours.

— Trois jours perdus!

— Trois jours pendant lesquels tu as été sans connaissance!

— As-tu un cheval à me vendre?

— Tu veux partir?

— A l’instant.

— Je n’ai ni cheval ni voiture, petit père! Où les Tartares ont passé, il ne reste plus rien!

— Eh bien, j’irai a pied à Omsk chercher un cheval . . .

— Quelques heures de repos encore, et tu seras mieux en état de continuer ton voyage!

— Pas une heure!

— Viens donc! répondit le moujik, comprenant qu’il n’y avait pas à lutter contre la volonté de son hôte. Je te conduirai moi-même, ajouta-t-il. D’ailleurs, les Russes sont encore en grand nombre à Omsk, et tu pourras peut-être passer inaperçu.

— Ami, répondit Michel Strogoff, que le ciel te récompense de tout ce que tu as fait pour moi!

— Une récompense! Les fous seuls en attendent sur la terre,» répondit le moujik.

Michel Strogoff sortit de la cabane. Lorsqu’il voulut marcher, il fut pris d’un éblouissement tel que, sans le secours du moujik, il serait tombé, mais le grand air le remit promptement. Il ressentit alors le coup qui lui avait été porté à la tête, et dont son bonnet de fourrure avait heureusement amorti la violence. Avec l’énergie qu’on lui connaît, il n’était pas homme à se laisser abattre pour si peu. Un seul but se dressait devant ses yeux, c’était cette lointaine Irkoutsk qu’il lui fallait atteindre! Mais il lui fallait traverser Omsk sans s’y arrêter.

«Dieu protège ma mère et Nadia! murmura-t-il. Je n’ai pas encore le droit de penser à elles!»

Michel Strogoff et le moujik arrivèrent bientôt au quartier marchand de la ville basse, et, bien qu’elle fût occupée militairement, ils y entrèrent sans difficulté. L’enceinte de terre avait été détruite en maint endroit, et c’étaient autant de brèches par lesquelles pénétraient ces maraudeurs qui suivaient les armées de Féofar-Khan.

A l’intérieur d’Omsk, dans les rues, sur les places, fourmillaient les soldats tartares, mais on pouvait remarquer qu’une main de fer leur imposait une discipline à laquelle ils étaient peu accoutumés. En effet, ils ne marchaient point isolément, mais par groupes armés, en mesure de se défendre contre toute agression.

Sur la grande place, transformée en camp que gardaient de nombreuses sentinelles, deux mille Tartares bivouaquaient en bon ordre, Les chevaux, attachés à des piquets, mais toujours harnachés, étaient prêts à partir au premier ordre. Omsk ne pouvait être qu’une halte provisoire pour cette cavalerie tartare, qui devait lui préférer les riches plaines de la Sibérie orientale, là où les villes sont plus opulentes, les campagnes plus fertiles, et, par conséquent, le pillage plus fructueux.

Au-dessus de la ville marchande s’étageait le haut quartier, qu’Ivan Ogareff, malgré plusieurs assauts vigoureusement donnés, mais bravement repoussés, n’avait encore pu réduire. Sur ses murailles crénelées flottait le drapeau national aux couleurs de la Russie.

Ce ne fut pas sans un légitime orgueil que Michel Strogoff et son guide le saluèrent de leurs voeux.

Michel Strogoff connaissait parfaitement la ville d’Omsk, et, tout en suivant son guide, il évita les rues trop fréquentées. Ce n’était pas qu’il pût craindre d’être reconnu. Dans cette ville, sa vieille mère aurait seule pu l’appeler de son vrai nom, mais il avait juré de ne pas la voir, et il ne la verrait pas. D’ailleurs — il le souhaitait de tout coeur — peut-être avait-elle fui dans quelque portion tranquille de la steppe.

Le moujik, très-heureusement, connaissait un maître de poste qui, en le payant bien, ne refuserait pas, suivant lui, soit de louer, soit de vendre voiture ou chevaux. Resterait la difficulté de quitter la ville, mais les brèches, pratiquées à l’enceinte, devaient faciliter la sortie de Michel Strogoff.

Le moujik conduisait donc son hôte directement au relais, lorsque, dans une rue étroite, Michel Strogoff s’arrêta soudain et se rejeta derrière un pan de mur.

«Qu’as-tu? lui demanda vivement le moujik, très-étonné de ce brusque mouvement.

— Silence,» se hâta de répondre Michel Strogoff, en mettant un doigt sur ses lèvres.

En ce moment, un détachement de Tartares débouchait de la place principale et prenait la rue que Michel Strogoff et son compagnon venaient de suivre pendant quelques instants.

En tête du détachement, composé d’une vingtaine de cavaliers, marchait un officier vêtu d’un uniforme très-simple. Bien que ses regards se portassent rapidement de côté et d’autre, il ne pouvait avoir vu Michel Strogoff, qui avait précipitamment opéré sa retraite.

Le détachement allait au grand trot dans cette rue étroite. Ni l’officier, ni son escorte ne prenaient garde aux habitants. Ces malheureux avaient à peine le temps de se ranger à leur passage. Aussi y eut-il quelques cris à demi étouffés, auxquels répondirent immédiatement des coups de lance, et la rue fut dégagée en un instant.

Quand l’escorte eut disparu:

«Quel est cet officier?» demanda Michel Strogoff en se retournant vers le moujik.

Et, pendant qu’il faisait cette question, son visage était pâle comme celui d’un mort.

«C’est Ivan Ogareff, répondit le Sibérien, mais d’une voix basse qui respirait la haine.

— Lui!» s’écria Michel Strogoff, auquel ce mot échappa avec un accent de rage qu’il ne put maîtriser.

Il venait de reconnaître dans cet officier le voyageur qui l’avait frappé au relais d’Ichim!

Et, fût-ce une illumination de son esprit, ce voyageur, bien qu’il n’eût fait que l’entrevoir, lui rappela en même temps le vieux tsigane, dont il avait surpris les paroles au marché de Nijni-Novgorod.

Michel Strogoff ne se trompait pas. Ces deux hommes n’en faisaient qu’un. C’était sous le vêtement d’un tsigane, mêlé à la troupe de Sangarre, qu’Ivan Ogareff avait pu quitter la province de Nijni-Novgorod, où il était allé chercher, parmi les étrangers si nombreux que la foire avait amenés de l’Asie centrale, les affidés qu’il voulait associer à l’accomplissement de son oeuvre maudite. Sangarre et ses tsiganes, véritables espions à sa solde, lui étaient absolument dévoués. C’était lui qui, pendant la nuit, sur le champ de foire, avait prononcé cette phrase singulière dont Michel Strogoff pouvait maintenant comprendre le sens, c’était lui qui voyageait à bord du Caucase avec toute la bande bohémienne, c’était lui qui, par cette autre route de Kazan à Ichim à travers l’Oural, avait gagné Omsk, où maintenant il commandait en maître.

Il y avait à peine trois jours qu’Ivan Ogareff était arrivé à Omsk, et, sans leur funeste rencontre à Ichim, sans l’événement qui venait de le retenir trois jours sur les bords de l’Irtyche, Michel Strogoff l’eût évidemment devancé sur la route d’Irkoutsk!

Et qui sait combien de malheurs eussent été évités dans l’avenir!

En tout cas, et plus que jamais, Michel Strogoff devait fuir Ivan Ogareff et faire en sorte de ne point en être vu. Lorsque le moment serait venu de se rencontrer avec lui face à face, il saurait le retrouver — fut-il maître de la Sibérie toute entière!

Le moujik et lui reprirent donc leur course à travers la ville, et ils arrivèrent à la maison de poste. Quitter Omsk par une des brèches de l’enceinte ne serait pas difficile, la nuit venue. Quant à racheter une voiture pour remplacer le tarentass, ce fut impossible. Il n’y en avait ni à louer ni à vendre. Mais quel besoin Michel Strogoff avait-il d’une voiture maintenant? N’était-il pas seul, hélas! à voyager? Un cheval devait lui suffire, et, très-heureusement, ce cheval, il put se le procurer. C’était un animal de fond, apte à supporter de longues fatigues, et dont Michel Strogoff, habile cavalier, pourrait tirer un bon parti.

Le cheval fut payé un haut prix, et, quelques minutes plus tard, il était prêt à partir.

Il était alors quatre heures du soir.

Michel Strogoff, obligé d’attendre la nuit pour franchir l’enceinte, mais ne voulant pas se montrer dans les rues d’Omsk, resta dans la maison de poste, et, là, il se fit servir quelque nourriture.

Il y avait grande affluence dans la salle commune. Ainsi que cela se passait dans les gares russes, les habitants, très-anxieux, venaient y chercher des nouvelles. On parlait de l’arrivée prochaine d’un corps de troupes moscovites, non pas à Omsk, mais à Tomsk — corps destiné à reprendre cette ville sur les Tartares de Féofar-Khan.

Michel Strogoff prêtait une oreille attentive à tout ce qui se disait, mais il ne se mêlait point aux conversations.

Tout à coup, un cri le fit tressaillir, un cri qui le pénétra jusqu’au fond de l’âme, et ces deux mots furent pour ainsi dire jetés à son oreille:

«Mon fils!

Sa mère, la vieille Marfa, était devant lui! Elle lui souriait, toute tremblante! Elle lui tendait les bras! . . .

Michel Strogoff se leva. Il allait s’élancer . . .

La pensée du devoir, le danger sérieux qu’il y avait pour sa mère et pour lui dans cette regrettable rencontre, l’arrêtèrent soudain, et tel fut son empire sur lui-même, que pas un muscle de sa figure ne remua.

Vingt personnes étaient réunies dans la salle commune. Parmi elles, il y avait peut-être des espions, et ne savait-on pas dans la ville que le fils de Maria Strogoff appartenait au corps des courriers du czar?

Michel Strogoff ne bougea pas.

«Michel! s’écria sa mère.

— Qui êtes-vous, ma brave dame? demanda Michel Strogoff, balbutiant ces mots plutôt qu’il ne les prononça.

— Qui je suis? tu le demandes! Mon enfant, est-ce que tu ne reconnais plus ta mère?

— Vous vous trompez! . . . répondit froidement Michel Strogoff. Une ressemblance vous abuse . . . »

La vieille Marfa alla droit à lui, et là, les yeux dans les yeux:

«Tu n’es pas le fils de Pierre et de Marfa Strogoff?» dit-elle.

Michel Strogoff aurait donné sa vie pour pouvoir serrer librement sa mère dans ses bras! . . . mais s’il cédait, c’en était fait de lui, d’elle, de sa mission, de son serment! . . . Se dominant tout entier, il ferma les yeux pour ne pas voir les inexprimables angoisses qui contractaient le visage vénéré de sa mère, il retira ses mains pour ne pas étreindre les mains frémissantes qui le cherchaient.

«Je ne sais, en vérité, ce que vous voulez dire, ma bonne femme, répondit-il en reculant de quelques pas.

— Michel! cria encore la vieille mère.

— Je ne me nomme pas Michel! Je n’ai jamais été votre fils! Je suis Nicolas Korpanoff, marchand à Irkoutsk! . . . »

Et, brusquement, il quitta la salle commune, pendant que ces mots retentissaient une dernière fois: «Mon fils! mon fils!»

Michel Strogoff, à bout d’efforts, était parti. Il ne vit pas sa vieille mère, qui était retombée presque inanimée sur un banc. Mais, au moment où le maître de poste se précipitait pour la secourir, la vieille femme se releva. Une révélation subite s’était faite dans son esprit. Elle, reniée par son fils! ce n’était pas possible! Quant à s’être trompée et à prendre un autre pour lui, impossible également. C’était bien son fils qu’elle venait de voir, et, s’il ne l’avait pas reconnue, c’est qu’il ne voulait pas, c’est qu’il ne devait pas la reconnaître, c’est qu’il avait des raisons terribles pour en agir ainsi! Et alors, refoulant en elle ses sentiments de mère, elle n’eut plus qu’une pensée: «L’aurai-je perdu sans le vouloir?»

«Je suis folle! dit-elle à ceux qui l’interrogeaient. Mes yeux m’ont trompée! Ce jeune homme n’est pas mon enfant! Il n’avait pas sa voix! N’y pensons plus! Je finirais par le voir partout.»

Moins de dix minutes après, un officier tartare se présentait à la maison de poste.

«Marfa Strogoff? demanda-t-il.

— C’est moi, répondit la vieille femme d’un ton si calme et le visage si tranquille, que les témoins de la rencontre qui venait de se produire ne l’auraient pas reconnue.

— Viens,» dit l’officier.

Marfa Strogoff, d’un pas assuré, suivit l’officier tartare et quitta la maison de poste.

Quelques instants après, Marfa Strogoff se trouvait au bivouac de la grande place, en présence d’Ivan Ogareff, auquel tous les détails de cette scène avaient été rapportés immédiatement.

Ivan Ogareff, soupçonnant la vérité, avait voulu interroger lui-même la vieille Sibérienne.

«Ton nom? demanda-t-il d’un ton rude.

— Marfa Strogoff.

— Tu as un fils?

— Oui.

— Il est courrier du czar?

— Oui.

— Où est-il?

— A Moscou.

— Tu es sans nouvelles de lui?

— Sans nouvelles.

— Depuis combien de temps?

— Depuis deux mois.

— Quel est donc ce jeune homme que tu appelais ton fils, il y a quelques instants, au relais de poste?

— Un jeune Sibérien que j’ai pris pour lui, répondit Marfa Strogoff. C’est le dixième en qui je crois retrouver mon fils depuis que la ville est pleine d’étrangers! Je crois le voir partout!

— Ainsi ce jeune homme n’était pas Michel Strogoff?

— Ce n’était pas Michel Strogoff.

— Sais-tu, vieille femme, que je puis te faire torturer jusqu’à ce que tu avoues la vérité?

— J’ai dit la vérité, et la torture ne me fera rien changer à mes paroles.

— Ce Sibérien n’était pas Michel Strogoff? demanda une seconde fois Ivan Ogareff.

— Non! Ce n’était pas lui, répondit une seconde fois Marfa Strogoff. Croyez-vous que pour rien au monde je renierais un fils comme celui que Dieu m’a donné?»

Ivan Ogareff regarda d’un oeil méchant la vieille femme qui le bravait en face. Il ne doutait pas qu’elle n’eût reconnu son fils dans ce jeune Sibérien. Or, si ce fils avait d’abord renié sa mère, et si sa mère le reniait à son tour, ce ne pouvait être que par un motif des plus graves.

Donc, pour Ivan Ogareff, il n’était plus douteux que le prétendu Nicolas Korpanoff ne fût Michel Strogoff, courrier du czar, se cachant sous un faux nom, et chargé de quelque mission qu’il eût été capital pour lui de connaître. Aussi donna-t-il immédiatement ordre de se mettre à sa poursuite. Puis:

«Que cette femme soit dirigée sur Tomsk,» dit-il en se retournant vers Marfa Strogoff.

Et, pendant que les soldats l’entraînaient avec brutalité, il ajouta entre ses dents:

«Quand le moment sera venu, je saurai bien la faire parler, cette vieille sorcière!»

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ms/chapter14.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24