Michel Strogoff: Moscou-Irkutsk, by Jules Verne

Chapitre X

Un Orage Dans Les Monts Ourals.

Les monts Ourals se développent sur une étendue de près de trois mille verstes (3,200 kilomètres) entre l’Europe et l’Asie. Qu’on les appelle de ce nom d’Ourals, qui est d’origine tartare, ou de celui de Poyas, suivant la dénomination russe, ils sont justement nommés, puisque ces deux noms signifient «ceinture» dans les deux langues. Nés sur le littoral de la mer Arctique, ils vont mourir sur les bords de la Caspienne.

Telle était la frontière que Michel Strogoff devait franchir pour passer de Russie en Sibérie, et, on l’a dit, en prenant la route qui va de Perm à Ekaterinbourg, située sur le versant oriental des monts Ourals, il avait agi sagement. C’était la voie la plus facile et la plus sûre, celle qui sert au transit de tout le commerce de l’Asie centrale.

La nuit devait suffire à cette traversée des montagnes, si aucun accident ne survenait. Malheureusement, les premiers grondements du tonnerre annonçaient un orage que l’état particulier de l’atmosphère devait rendre redoutable. La tension électrique était telle, qu’elle ne pouvait se résoudre que par un éclat violent.

Michel Strogoff veilla à ce que sa jeune compagne fût installée aussi bien que possible. La capote, qu’une bourrasque aurait facilement arrachée, fut maintenue plus solidement au moyen de cordes qui se croisaient au-dessus et à l’arrière. On doubla les traits des chevaux, et, par surcroît de précaution, le heurtequin des moyeux fut rembourré de paille, autant pour assurer la solidité des roues que pour adoucir les chocs, difficiles à éviter dans une nuit obscure. Enfin, l’avant-train et l’arrière-train, dont les essieux étaient simplement chevillés à la caisse du tarentass, furent reliés l’un à l’autre par une traverse de bois assujettie au moyen de boulons et d’écrous. Cette traverse tenait lieu de la barre courbe qui, dans les berlines suspendues sur des cols de cygne, rattache les deux essieux l’un à l’autre.

Nadia reprit sa place au fond de la caisse, et Michel Strogoff s’assit près d’elle. Devant la capote, complètement abaissée, pendaient deux rideaux de cuir, qui, dans une certaine mesure, devaient abriter les voyageurs contre la pluie et les rafales.

Deux grosses lanternes avaient été fixées au côté gauche du siège de l’iemschik et jetaient obliquement des lueurs blafardes peu propres à éclairer la route. Mais c’étaient les feux de position du véhicule, et, s’ils dissipaient à peine l’obscurité, du moins pouvaient-ils empêcher l’abordage de quelque autre voiture courant à contre-bord.

On le voit, toutes les précautions étaient prises, et, devant cette nuit menaçante, il était bon qu’elles le fussent.

«Nadia, nous sommes prêts, dit Michel Strogoff.

— Partons,» répondit la jeune fille.

L’ordre fut donné à l’iemschik, et le tarentass s’ébranla en remontant les premières rampes des monts Ourals.

Il était huit heures, le soleil allait se coucher. Cependant le temps était déjà très-sombre, malgré le crépuscule qui se prolonge sous cette latitude. D’énormes vapeurs semblaient surbaisser la voûte du ciel, mais aucun vent; ne les déplaçait encore. Toutefois, si elles demeuraient immobiles dans le sens d’un horizon à l’autre, il n’en était pas ainsi du zénith au nadir, et la distance qui les séparait du sol diminuait visiblement. Quelques-unes de ces bandes répandaient une sorte de lumière phosphorescente et sous-tendaient à l’oeil des arcs de soixante à quatre-vingts degrés. Leurs zones semblaient se rapprocher peu à peu du sol, et elles resserraient leur réseau, de manière à bientôt étreindre la montagne, comme si quelque ouragan supérieur les eût chassées de haut en bas. D’ailleurs, la route montait vers ces grosses nuées, très-denses et presque arrivées déjà au degré de condensation. Avant peu, route et vapeurs se confondraient, et si, en ce moment, les nuages ne se résolvaient pas en pluie, le brouillard serait tel que le tarentass ne pourrait plus avancer, sans risquer de tomber dans quelque précipice.

Cependant, la chaîne des monts Ourals n’atteint qu’une médiocre hauteur. L’altitude de leur plus haut sommet ne dépasse pas cinq mille pieds. Les neiges éternelles y sont inconnues, et celles qu’un hiver sibérien entasse à leurs cimes se dissolvent entièrement au soleil de l’été. Les plantes et les arbres y poussent à toute hauteur. Ainsi que l’exploitation des mines de fer et de cuivre, celle des gisements de pierres précieuses nécessite un concours assez considérable d’ouvriers. Aussi, ces villages qu’on appelle «zavody» s’y rencontrent assez fréquemment, et la route, percée à travers les grands défilés, est aisément praticable aux voitures de poste.

Mais ce qui est facile par le beau temps et en pleine lumière offre difficultés et périls, lorsque les éléments luttent violemment entre eux et qu’on est pris dans la lutte.

Michel Strogoff savait, pour l’avoir éprouvé déjà, ce qu’est un orage dans la montagne, et peut-être trouvait-il, avec raison, ce météore aussi redoutable que ces terribles chasse-neiges qui, pendant l’hiver, s’y déchaînent avec une incomparable violence.

Au départ, la pluie ne tombait pas encore. Michel Strogoff avait soulevé les rideaux de cuir qui protégeaient l’intérieur du tarentass, et il regardait devant lui, tout en observant les côtés de la route, que la lueur vacillante des lanternes peuplait de fantasques silhouettes.

Nadia, immobile, les bras croisés, regardait aussi, mais sans se pencher, tandis que son compagnon, le corps à demi hors de la caisse, interrogeait à la fois le ciel et la terre.

L’atmosphère était absolument tranquille, mais d’un calme menaçant. Pas une molécule d’air ne se déplaçait encore. On eût dit que la nature, à demi étouffée, ne respirait plus, et que ses poumons, c’est-à-dire ces nuages mornes et denses, atrophiés par quelque cause, ne pouvaient plus fonctionner. Le silence eût été absolu sans le grincement des roues du tarentass qui broyaient le gravier de la route, le gémissement des moyeux et des ais de la machine, l’aspiration bruyante des chevaux auxquels manquait l’haleine, et le claquement de leurs pieds ferrés sur les cailloux qui étincelaient au choc.

Du reste, route absolument déserte. Le tarentass ne croisait ni un piéton, ni un cavalier, ni un véhicule quelconque, dans ces étroits défilés de l’Oural, par cette nuit menaçante. Pas un feu de charbonnier dans les bois, pas un campement de mineurs dans les carrières exploitées, pas une hutte perdue sous les taillis. Il fallait de ces raisons qui ne permettent ni une hésitation ni un retard pour entreprendre la traversée de la chaîne dans ces conditions. Michel Strogoff n’avait pas hésité. Cela ne lui était pas possible; mais alors — et cela commençait à le préoccuper singulièrement — quels pouvaient donc être ces voyageurs dont la télègue précédait son tarentass, et quelles raisons majeures avaient-ils d’être si imprudents?

Michel Strogoff, pendant quelque temps, resta ainsi in observation. Vers onze heures, les éclairs commencèrent à illuminer le ciel et ne discontinuèrent plus. A leur rapide lueur, on voyait apparaître et disparaître la silhouette des grands pins qui se massaient aux divers points de la route. Puis, lorsque le tarentass s’approchait à raser la bordure du chemin, de profonds gouffres s’éclairaient sous la déflagration des nues. De temps en temps, un roulement plus grave du véhicule indiquait qu’il franchissait un pont de madriers à peine équarris, jeté sur quelque crevasse, et le tonnerre semblait rouler au-dessous de lui. D’ailleurs, l’espace ne tarda pas à s’emplir de bourdonnements monotones, qui devenaient d’autant plus graves qu’ils montaient davantage dans les hauteurs du ciel. A ces bruits divers se mêlaient les cris et les interjections de l’iemschik, tantôt flattant, tantôt gourmandant ses pauvres bêtes, plus fatiguées de la lourdeur de l’air que de la raideur du chemin. Les sonnettes du brancard ne pouvaient même plus les animer, et, par instants, elles fléchissaient sur leurs jambes.

«A quelle heure arriverons-nous au sommet du col? demanda Michel Strogoff à l’iemschik.

— A une heure du matin, . . . si nous y arrivons! répondit celui-ci en secouant la tête.

— Dis donc, l’ami, tu n’en es pas à ton premier orage dans la montagne, n’est-ce pas?

— Non, et fasse Dieu que celui-ci ne soit pas mon dernier!

— As-tu donc peur?

— Je n’ai pas peur, mais je te répète que tu as eu tort de partir.

— J’aurais eu plus grand tort de rester.

— Va donc, mes pigeons!» répliqua l’iemschik, en homme qui n’est pas là pour discuter, mais pour obéir.

En ce moment, un frémissement lointain se fit entendre. C’était comme un millier de sifflements aigus et assourdissants, qui traversaient l’atmosphère, calme jusqu’alors. A la lueur d’un éblouissant éclair qui fut presque aussitôt suivi d’un éclat de tonnerre terrible, Michel Strogoff aperçut de grands pins qui se tordaient sur une cime. Le vent se déchaînait, mais il ne troublait encore que les hautes couches de l’air. Quelques bruits secs indiquèrent que certains arbres, vieux ou mal enracinés, n’avaient pu résister à la première attaque de la bourrasque. Une avalanche de troncs brisés traversa la route, après avoir formidablement rebondi sur les rocs, et alla se perdre dans l’abîme de gauche, à deux cents pas en avant du tarentass.

Les chevaux s’étaient arrêtés court.

«Va donc, mes jolies colombes!» cria l’iemschik en mêlant les claquements de son fouet aux roulements du tonnerre.

Michel Strogoff saisit la main de Nadia.

«Dors-tu, soeur? lui demanda-t-il.

— Non, frère.

— Sois prête à tout. Voici l’orage!

— Je suis prête.»

Michel Strogoff n’eut que le temps de fermer les rideaux de cuir du tarentass.

La bourrasque arrivait en foudre.

L’iemschik, sautant de son siège, se jeta à la tête de ses chevaux, afin de les maintenir, car un immense danger menaçait tout l’attelage.

En effet, le tarentass, immobile, se trouvait alors à un tournant de la route par lequel débouchait la bourrasque. Il fallait donc le tenir tête au vent, sans quoi, pris de côté, il eût immanquablement chaviré et eût été précipité dans un profond abîme que le chemin côtoyait sur la gauche. Les chevaux, repoussés par les rafales, se cabraient, et leur conducteur ne pouvait parvenir à les calmer. Aux interpellations amicales avaient succédé dans sa bouche les qualifications les plus insultantes. Rien n’y faisait. Les malheureuses bêtes, aveuglées par les décharges électriques, épouvantées par les éclats incessants de la foudre, qui étaient comparables à des détonations d’artillerie, menaçaient de briser leurs traits et de s’enfuir. L’iemschik n’était plus maître de son attelage.

A ce moment, Michel Strogoff, s’élançant d’un bond hors du tarentass, lui vint en aide. Doué d’une force peu commune, il parvint, non sans peine, à maîtriser les chevaux.

Mais la furie de l’ouragan redoublait alors. La route, en cet endroit, s’évasait en forme d’entonnoir et laissait la bourrasque s’y engouffrer, comme elle eût fait dans ces manches d’aération tendues au vent à bord des steamers. En même temps, une avalanche de pierres et de troncs d’arbres commençait à rouler du haut des talus.

«Nous ne pouvons rester ici, dit Michel Strogoff.

— Nous n’y resterons pas non plus! s’écria l’iemschik, tout effaré, en se raidissant de toutes ses forces contre cet effroyable déplacement des couches d’air. L’ouragan aura bientôt fait de nous envoyer au bas de la montagne, et par le plus court!

— Prends le cheval de droite, poltron! répondit Michel Strogoff. Moi, je réponds de celui de gauche!»

Un nouvel assaut de la rafale interrompit Michel Strogoff. Le conducteur et lui durent se courber jusqu’à terre pour ne pas être renversés; mais la voiture, malgré leurs efforts et ceux des chevaux qu’ils maintenaient debout au vent, recula de plusieurs longueurs, et, sans un tronc d’arbre qui l’arrêta, elle était précipitée hors de la route.

«N’aie pas peur, Nadia! cria Michel Strogoff.

— Je n’ai pas peur,» répondit la jeune Livonienne, sans que sa voix trahît la moindre émotion.

Les roulements de tonnerre avaient cessé un instant, et l’effroyable bourrasque, après avoir franchi le tournant, se perdait dans les profondeurs du défilé.

«Veux-tu redescendre? dit l’iemschik.

— Non, il faut remonter! Il faut passer ce tournant! Plus haut, nous aurons l’abri du talus!

— Mais les chevaux refusent!

— Fais comme moi, et tire-les en avant!

— La bourrasque va revenir!

— Obéiras-tu?

— Tu le veux!

— C’est le Père qui l’ordonne! répondit Michel Strogoff, qui invoqua pour la première fois le nom de l’empereur, ce nom tout-puissant, maintenant, sur trois parties du monde.

— Va donc, mes hirondelles!» s’écria l’iemschik, saisissant le cheval de droite, pendant que Michel Strogoff en faisait autant de celui de gauche.

Les chevaux, ainsi tenus, reprirent péniblement la route. Ils ne pouvaient plus se jeter de côté, et le cheval de brancard, n’étant plus tiraillé sur ses flancs, put garder le milieu du chemin. Mais, hommes et bêtes, pris debout par les rafales, ne faisaient guère trois pas sans en perdre un et quelquefois deux. Ils glissaient, ils tombaient, ils se relevaient. A ce jeu, le véhicule risquait fort de se détraquer. Si la capote n’eût pas été solidement assujettie, le tarentass eût été décoiffé du premier coup.

Michel Strogoff et l’iemschik mirent plus de deux heures à remonter cette portion du chemin, longue d’une demi-verste au plus, et qui était si directement exposée au fouet de la bourrasque. Le danger alors n’était pas seulement dans ce formidable ouragan qui luttait contre l’attelage et ses deux conducteurs, mais surtout dans cette grêle de pierres et de troncs brisés que la montagne secouait et projetait sur eux.

Soudain, un de ces blocs fut aperçu, dans l’épanouissement d’un éclair, se mouvant avec une rapidité croissante et roulant dans la direction du tarentass.

L’iemschik poussa un cri.

Michel Strogoff, d’un vigoureux coup de fouet, voulut faire avancer l’attelage, qui refusa.

Quelques pas seulement, et le bloc eût passé en arrière! . . .

Michel Strogoff, en un vingtième de seconde, vit à la fois le tarentass atteint, sa compagne écrasée! Il comprit qu’il n’avait plus le temps de l’arracher vivante du véhicule! . . .

Mais alors, se jetant à l’arrière, trouvant dans cet immense péril une-force surhumaine, le dos à l’essieu, les pieds arc-boutés au sol, il repoussa de quelques pieds la lourde voiture.

L’énorme bloc, en passant, frôla la poitrine du jeune homme et lui coupa la respiration, comme eût fait un boulet de canon, en broyant les silex de la route, qui étincelèrent au choc.

«Frère! s’était écriée Nadia épouvantée, qui avait vu toute cette scène à la lueur de l’éclair.

— Nadia! répondit Michel Strogoff, Nadia, ne crains rien! . . .

— Ce n’est pas pour moi que je pouvais craindre!

— Dieu est avec nous, soeur!

— Avec moi, bien sûr, frère, puisqu’il t’a mis sur ma route!» murmura la jeune fille.

La poussée du tarentass, due à l’effort de Michel Strogoff, ne devait pas être perdue. Ce fut l’élan donné qui permit aux chevaux affolés de reprendre leur première direction. Traînés, pour ainsi dire, par Michel Strogoff et l’iemschik, ils remontèrent la route jusqu’à un col étroit, orienté sud et nord, où ils devaient être abrités contre les assauts directs de la tourmente. Le talus de droite faisait là une sorte de redan, dû à la saillie d’un énorme rocher qui occupait le centre d’un remous. Le vent n’y tourbillonnait donc pas, et la place y était tenable, tandis qu’à la circonférence de ce cyclone ni hommes ni chevaux n’eussent pu résister.

Et, en effet, quelques sapins, dont la cime dépassait l’arête du rocher, furent étêtés en un clin d’oeil, comme si une faux gigantesque eût nivelé le talus au ras de leur ramure.

L’orage était alors dans toute sa fureur. Les éclairs emplissaient le défilé, et les éclats du tonnerre ne discontinuaient plus. Le sol, frémissant sous ces coups furieux, semblait trembler, comme si le massif de l’Oural eût été soumis à une trépidation générale.

Très-heureusement, le tarentass avait pu être, pour ainsi dire, remisé dans une profonde anfractuosité que la bourrasque ne frappait que d’écharpe. Mais il n’était pas si bien défendu que quelques contre-courants obliques, déviés par des saillies du talus, ne l’atteignissent parfois avec violence. Il se heurtait alors contre la paroi du rocher, à faire craindre qu’il ne fût brisé en mille pièces.

Nadia dut abandonner la place qu’elle y occupait. Michel Strogoff, après avoir cherché à la lueur d’une des lanternes, découvrit une excavation, due au pic de quelque mineur, et la jeune fille put s’y blottir, en attendant que le voyage pût être repris.

En ce moment — il était une heure du matin — la pluie commença à tomber, et bientôt les rafales, faites d’eau et de vent, acquirent une violence extrême, sans pouvoir cependant éteindre les feux du ciel. Cette complication rendait tout départ impossible.

Donc, quelle que fût l’impatience de Michel Strogoff — et l’on comprend qu’elle fût grande — il lui fallut laisser passer le plus fort de la tourmente. Arrivé d’ailleurs au col même qui franchit la route de Perm à Ekaterinbourg, il n’avait plus qu’à descendre les pentes des monts Ourals, et descendre, dans ces conditions, sur un sol raviné par les mille torrents de la montagne, au milieu des tourbillons d’air et d’eau, c’était absolument jouer sa vie, c’était courir à l’abîme.

«Attendre, c’est grave, dit alors Michel Strogoff, mais c’est sans doute éviter de plus longs retards. La violence de l’orage me fait espérer qu’il ne durera pas. Vers trois heures, le jour commencera à reparaître, et la descente, que nous ne pouvons risquer dans l’obscurité, deviendra, sinon facile, du moins possible après le lever du soleil.

— Attendons, frère, répondit Nadia, mais si tu retardes ton départ, que ce ne soit pas pour m’épargner une fatigue ou un danger!

— Nadia, je sais que tu es décidée à tout braver, mais, en nous compromettant tous deux, je risquerais plus que ma vie, plus que la tienne, je manquerais à la tâche, au devoir que j’ai avant tout à accomplir!

— Un devoir! . . . » murmura Nadia.

En ce moment, un violent éclair déchira le ciel, et sembla, pour ainsi dire, volatiliser la pluie. Aussitôt un coup sec retentit. L’air fut rempli d’une odeur sulfureuse, presque asphyxiante, et un bouquet de grands pins, frappé par le fluide électrique à vingt pas du tarentass, s’enflamma comme une torche gigantesque.

L’iemschik, jeté à terre par une sorte de choc en retour, se releva heureusement sans blessures.

Puis, après que les derniers roulements du tonnerre se furent perdus dans les profondeurs de la montagne, Michel Strogoff sentit la main de Nadia s’appuyer fortement sur la sienne, et il l’entendit murmurer ces mots à son oreille:

«Des cris, frère! Écoute!»

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ms/chapter10.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24