Kéreban le Tétu, by Jules Verne

X

Pendant Lequel les Héros de cette Histoire ne Perdent ni un Jour ni une Heure.

Le lendemain, 18 septembre, au moment où le soleil commençait à dorer de ses premiers rayons les plus hauts minarets de la ville, une petite caravane sortait par l’une des portes de l’enceinte fortifiée et jetait un dernier adieu à la poétique Trébizonde.

Cette caravane, en route pour les rives du Bosphore, suivait les chemins du littoral sous la direction d’un guide, dont le seigneur Kéraban avait volontiers accepté les services.

Ce guide, en effet, devait parfaitement connaître cette portion septentrionale de l’Anatolie: c’était un de ces nomades connus dans le pays sous le nom de «loupeurs».

On désigne par ce nom une certaine spécialité de bûcherons, faisant métier de courir les forêts de cette partie de l’Anatolie et de l’Asie Mineure, où croît abondamment le noyer vulgaire. Sur ces arbres poussent des loupes ou excroissances naturelles, d’une remarquable dureté, dont le bois, par cela même qu’il se prête à toutes les exigences de l’outil d’ébéniste, est particulièrement recherché.

Ce loupeur, ayant appris que des étrangers allaient quitter Trébizonde pour se rendre à Scutari, était venu la veille leur offrir ses services. Il avait paru intelligent, très pratique de ces routes, dont il connaissait parfaitement les enchevêtrements multiples. Aussi, après des réponses très nettes aux questions posées par le seigneur Kéraban, le loupeur avait-il été engagé à un bon prix, qui devait être doublé si la caravane atteignait les hauteurs du Bosphore avant douze jours — dernier délai fixé pour la célébration du mariage d’Amasia et d’Ahmet.

Ahmet, après avoir interrogé ce guide et bien qu’il y eût, dans sa figure froide, dans son attitude réservée, cet on ne sait quoi qui ne prévient guère en faveur des gens, ne jugea pas qu’il y eût lieu de ne point lui accorder confiance. Rien de plus utile, d’ailleurs, qu’un homme connaissant ces régions pour les avoir parcourues toute sa vie, rien de plus rassurant au point de vue d’un voyage qui devait s’exécuter dans les plus grandes conditions de célérité.

Le loupeur était donc le guide du seigneur Kéraban et de ses compagnons. A lui de prendre la direction de la petite troupe. Il choisirait les lieux de halte, il organiserait les campements, il veillerait à la sûreté de tous, et lorsqu’on lui promit de doubler son salaire sous condition d’arriver à Scutari dans les délais voulus:

«Le seigneur Kéraban peut être assuré de tout mon zèle, répondit-il, et puisqu’il me propose double prix pour payer mes services, moi, je m’engage à ne lui rien réclamer si, avant douze jours, il n’est pas de retour à sa villa de Scutari.

— Par Mahomet, voilà un homme qui me va! dit Kéraban, lorsqu’il rapporta ce propos à son neveu.

— Oui, répondit Ahmet, mais, si bon guide qu’il soit, mon oncle, n’oublions pas qu’il ne faut pas s’aventurer imprudemment sur ces routes de l’Anatolie!

— Ah! toujours tes craintes!

— Oncle Kéraban, je ne nous croirai véritablement à l’abri de toute éventualité, que lorsque nous serons à Scutari. . . .

— Et que tu seras marié! Soit! répondit Kéraban en serrant la main d’Ahmet. Eh bien, dans douze jours, je te le promets, Amasia sera la femme du plus défiant des neveux. . . .

— Et la nièce du. . . .

— Du meilleur des oncles» s’écria Kéraban, qui termina sa phrase par un bel éclat de rire.

Le matériel roulant de la caravane était ainsi composé: deux «talikas», sorte de calèches assez confortables, qui peuvent se fermer en cas de mauvais temps, avec quatre chevaux, attelés par couple à chaque talika, et deux chevaux de selle. Ahmet avait été trop heureux, même pour un haut prix, de trouver ces véhicules à Trébizonde, ce qui lui permettrait d’achever le voyage dans de bonnes condition le seigneur Kéraban, Amasia et Nedjeb avaient pris place dans la première talika, dont Nizib occupait le siège de derrière. Au fond de la seconde trônait la noble Saraboul, auprès de son fiancé et en face de son frère, avec Bruno, faisant office de valet de pied.

Un des chevaux de selle était monté par Ahmet, l’autre par le guide, qui tantôt galopait aux portièresdes talikas, conduites en poste, tantôt éclairait la route par quelque pointe en avant.

Comme le pays pouvait ne pas être très sur, les voyageurs s’étaient munis de fusils et de revolvers, sans compter les armes qui figuraient d’ordinaire aux ceintures du seigneur Yanar et de sa soeur, et les fameux pistolets râteurs du seigneur Kéraban. Ahmet, bien que le guide lui assurât qu’il n’y avait rien à craindre sur ces routes, avait voulu se précautionner contre toute agression.

En somme, deux cents lieues environ a faire en douze jours avec ces moyens de transport, même sans relayer dans une contrée où les maisons de poste étaient rares, même en laissant aux chevaux le repos de chaque nuit, il n’y avait rien là qui fût absolument difficile. Donc, à moins d’accidents imprévus ou improbables, ce voyage circulaire devait s’achever dans les délais voulus. Le pays qui s’étend depuis Trébizonde jusqu’à Sinope est appelé Djanik par les Turcs. C’est au delà que commence l’Anatolie proprement dite, l’ancienne Bythinie, devenue l’un des plus vastes pachaliks de la Turquie d’Asie, qui comprend la partie ouest de l’ancienne Asie Mineure avec Koutaieh pour capitale et Brousse, Smyrne, Angora, etc., pour principales villes.

La petite caravane, partie à six heures du matin de Trébizonde, arrivait à neuf heures à Platana, après une étape de cinq lieues.

Platana, c’est l’ancienne Hermouassa. Pour l’atteindre, il faut traverser une sorte de vallée, où poussent l’orge, le blé, le maïs, où se développent de magnifiques plantations de tabac qui y réussissent merveilleusement. Le seigneur Kéraban ne put se retenir d’admirer les produits de cette solanée d’Asie, dont les feuilles, scellées sans aucune préparation, deviennent d’un jaune d’or. Très probablement, son correspondant et ami Van Mitten n’eût pas contenu davantage les élans de son admiration, s’il ne lui avait été défendu de rien admirer en dehors de la noble Saraboul.

Dans toute cette contrée s’élèvent de beaux arbres, des abiès, des pins, des hêtres comparables aux plus majestueux du Holstein et du Danemark, des noisetiers, des groseillers, des framboisiers sauvages. Bruno, non sans un certain sentiment d’envie, put observer aussi que les indigènes de ce pays, même en bas âge, avaient déjà de gros ventres — ce qui était bien humiliant pour un Hollandais réduit à l’état de squelette.

A midi, on dépassait la petite bourgade de Fol en laissant sur la gauche les premières ondulations des Alpes Pontiques. A travers les chemins se croisaient, allant vers Trébizonde ou en revenant, des paysans vêtus d’étoffes de grosse laine brune, coiffés du fez ou du bonnet de peau de mouton, accompagnés de leurs femmes, qui s’enveloppaient de morceaux de cotonnades rayées, bien apparentes sur leurs jupons de laine rouge.

Tout ce pays était un peu celui de Xénophon, illustré par sa fameuse retraite des Dix Mille. Mais l’infortuné Van Mitten le traversait sous le regard menaçant de Yanar, sans même avoir le droit de consulter son guide! Aussi avait-il donné l’ordre à Bruno de le consulter pour lui et de prendre quelques notes au vol. Il est vrai que Bruno songeait à tout autre chose qu’aux exploits du général grec, et voilà pourquoi, en sortant de Trébizonde, il avait négligé de montrer à son maître cette colline qui domine la côte, et du haut de laquelle les Dix Mille, revenant des provinces Macroniennes, saluèrent de leurs enthousiastes cris les flots de la mer Noire. En vérité, cela n’était pas d’un fidèle serviteur.

Le soir, après une journée d’une vingtaine de lieues, la caravane s’arrêtait et couchait à Tireboli. Là, le «caïwak», fait avec la caillette des agneaux sorte de crème obtenue par l’attiédissement du lait, «yaourk», fromage fabriqué avec du lait aigri au moyen de présure, furent sérieusement appréciés de voyageurs qu’une longue route avait mis en appétit. D’ailleurs, le mouton, sous toutes ses formes, ne manquait point au repas, et Nizib put s’en régaler, sans craindre d’enfreindre la loi musulmane. Bruno, cette fois, ne put lui chicaner sa part du souper.

Cette petite bourgade, qui n’est méme qu’un simple village, fut quittée dès le matin du 19 septembre. Dans la journée, on dépassa Zèpe et son port étroit, où peuvent s’abriter seulement trois ou quatre bâtiments de commerce d’un médiocre tirant d’eau. Puis, toujours sous la direction du guide, qui, sans contredit, connaissait parfaitement ces routes à peine tracées quelquefois au milieu de longues plaines, on arrivait très tard a Kérésoum, après une étape de vingt-cinq lieues.

Kérésoum est bâtie au pied d’une colline, dans un double escarpement de la côte. Cette ancienne Pharnacea, où les Dix Mille s’arrêtèrent pendant dix jours pour y réparer leurs forces, est très pittoresque avec les ruines de son château qui dominent l’entrée du port.

Là, le seigneur Kéraban aurait pu aisément faire une ample provision de tuyaux de pipe en bois de cerisier, qui sont l’objet d’un important commerce. En effet, le cerisier abonde sur cette partie du pachalik, et Van Mitten crut devoir raconter à sa fiancée ce grand fait historique: c’est que ce fut précisément de Kérésoum que le proconsul Lucullus envoya les premiers cerisiers qui furent acclimatés en Europe.

Saraboul n’avait jamais entendu parler du célèbre gourmet et ne parut prendre qu’un médiocre intérêt aux savantes dissertations de Van Mitten. Celui-ci, toujours sous la domination de cette altière personne, faisait bien le plus triste Kurde qu’on pût imaginer. Et cependant, son ami Kéraban, sans qu’on put deviner s’il plaisantait ou non, ne cessait de le féliciter sur la façon dont il portait son nouveau costume — ce qui faisait hausser les épaules à Bruno.

«Oui, Van Mitten, oui! répétait Kéraban, cela vous va parfaitement, cette robe, ce chalwar, ce turban et, pour être un Kurde au complet, il ne vous manque plus que de grosses et menaçantes moustaches, telles qu’en porte le seigneur Yanar!

— Je n’ai jamais eu de moustaches, répondit Van Mitten.

— Vous n’avez pas de moustaches? s’écria Saraboul.

— Il n’a pas de moustaches? répéta le seigneur Yanar du ton le plus dédaigneux.

— A peine, du moins, noble Saraboul!

— Eh bien, vous en aurez, reprit l’impérieuse Kurde, et je me charge, moi, de vous les faire pousser!

— Pauvre monsieur Van Mitten! murmurait alors la jeune Amasia, en le récompensant d’un bon regard.

— Bon! tout cela finira par un éclat de rire» répétait Nedjeb, tandis que Bruno secouait la tête comme un oiseau de mauvais augure.

Le lendemain, 20 septembre, après avoir suivi l’amorce d’une voie romaine que Lucullus fit construire, dit-on, pour relier l’Anatolie aux provinces arméniennes, la petite troupe, très favorisée par le temps, laissait en arrière le village d’Aptar, puis, vers midi, la bourgade d’Ordu. Cette étape côtoyait la lisière de forêts superbes, qui s’étagent sur les collines, dans lesquelles abondent les essences les plus variées, chênes, charmes, ormes, érables, platanes, pruniers, oliviers d’une espèce bâtarde, genévriers, aulnes, peupliers blancs, grenadiers, mûriers blancs et noirs, noyers et sycomores. Là, la vigne, d’une exubérance végétale qui en fait comme le lierre des pays tempérés, enguirlande les arbres jusqu’à leurs plus hautes cimes. Et cela, sans parler des arbustes, aubépines, épines-vinettes, coudriers, viornes, sureaux, néfliers, jasmins, tamaris, ni des plantes les plus variées, safrans a fleurs bleues, iris, rhododendrons, scabieuses, narcisses jaunes, asclépiades, mauves, centaurées, giroflées, clématites orientales, etc. et tulipes sauvages, oui, jusqu’à des tulipes! que Van Mitten ne pouvait regarder sans que tous les instincts de l’amateur ne se réveillassent en lui, bien que la vue de ces plantes fût plutôt de nature à évoquer quelque déplaisant souvenir de sa première union! Il est vrai, l’existence de l’autre madame Van Mitten était maintenant une garantie contre les prétentions matrimoniales de la seconde. Il était heureux, ma foi, et dix fois heureux que le digne Hollandais fût déjà marié en première noce!

Le cap Jessoun Bouroun une fois dépassé, le guide dirigea la caravane à travers les ruines de l’antique ville de Polemonium, vers la bourgade de Fatisa, où voyageurs et chevaux dormirent d’un bon sommeil pendant toute la nuit.

Ahmet, l’esprit toujours en éveil, n’avait jusque-là rien surpris de suspect. Cinquante et quelques lieues venaient d’être franchies depuis Trébizonde pendant lesquelles aucun danger n’avait paru menacer le seigneur Kéraban et ses compagnons. Le guide, peu communicatif de sa nature, s’était toujours tiré d’affaire, pendant les cheminements et les haltes, avec intelligence et sagacité. Et cependant, Ahmet éprouvait pour cet homme une certaine défiance qu’il ne pouvait maîtriser. Aussi ne négligeait-il rien de ce qui devait assurer la sécurité de tous, et veillait-il au salut commun, sans en rien laisser voir.

Le 21, dès l’aube, on quittait Fatisa. Vers midi, on laissait sur la droite le port d’Ounièh et ses chantiers de construction, à l’embouchure de l’ancien Oenus. Puis, la route se développa à travers d’immenses plaines de chanvre jusqu’aux bouches du Tcherchenbèb, où la légende a placé une tribu d’Amazones, de manière à contourner des caps et des promontoires couverts de ruines, comme tous ceux de cette côte si curieusement historique. Le bourg de Terme fût dépassé dans l’après-midi, et, le soir, Sansoun, une ancienne colonie athénienne, servit de lieu de halte pour la nuit.

Sansoun est une des plus importantes échelles de ce levant de la mer Noire, bien que sa rade soit peu sûre et son port insuffisamment profond à l’embouchure de l’Ékil-Irmak. Cependant, le commerce y est assez actif et expédie jusqu’à Constantinople des cargaisons de melons d’eau qui, sous le nom d’arbouses, croissent abondamment dans les environs. Un vieux fort, pittoresquement bâti sur la côte, ne la défendrait que très imparfaitement contre une attaque par mer.

Dans l’état d’amaigrissement où se trouvait Bruno, il lui sembla que ces arbouses, trop aqueuses, dont le seigneur Kéraban et ses compagnons se régalèrent, ne seraient point de nature à le fortifier, et il refusa d’en manger. Le fait est que le brave garçon, quoique très éprouvé déjà dans son embonpoint, trouvait encore le moyen de maigrir, et Kéraban lui-même fut obligé de le reconnaître.

«Mais, lui disait-il en manière de consolation, nous approchons de l’Egypte, et là, s’il lui plaît, Bruno pourra faire un trafic avantageux de sa personne!

— Et de quelle façon? . . . demandait Bruno.

— En se vendant comme momie!»

Si ces propos déplaisaient à l’infortuné serviteur, s’il souhaitait au seigneur Kéraban quelque aventure plus déplorable encore que le second mariage de son maître, cela va de soi.

«Mais vous verrez qu’il ne lui arrivera rien, à ce Turc, murmurait-il, et que toute la malechance sera pour des chrétiens comme nous!»

Et, en vérité, le seigneur Kéraban se portait à merveille, sans compter que sa belle humeur ne tarissait plus, depuis qu’il voyait ses projets s’accomplir dans les meilleures conditions de temps et de sécurité.

Ni le village de Militseh, ni le Kysil, qui fut passé sur un pont de bateaux pendant la journée du 22 septembre, ni Gerse où on arriva le lendemain, vers midi, ni Tschobanlar, n’arrêtèrent les attelages, si ce n’est le temps nécessaire à leur donner quelque repos. Cependant, le seigneur Kéraban eût aimé à visiter, ne fût-ce que pendant quelques heures, Bafira ou Bafra, située un peu en arrière, où se fait un grand commerce de ces tabacs, dont les «tays» ou paquets, ficelés entre de longues lattes, avaient si souvent rempli ses magasins de Constantinople; mais il eût fallu faire un détour d’une dizaine de lieues, et il lui parut sage de ne point allonger une route longue encore.

Le 23, au soir, la petite caravane arrivait sans encombre à Sinope, sur la frontière de l’Anatolie proprement dite.

Encore une échelle importante du Pont-Euxin, cette Sinope, assise sur son isthme, l’antique Sinope de Strabon et de Polybe. Sa rade est toujours excellente, et elle construit des navires avec les excellents bois des montagnes d’Aio-Antonio, qui s’élèvent aux environs. Elle possède un château enfermé dans une double enceinte, mais ne compte que cinq cents maisons au plus et à peine cinq à six mille âmes.

Ah! pourquoi Van Mitten n’était-il pas né deux à trois mille ans plus tôt! Combien il eût admiré cette ville célèbre, dont on attribue la fondation aux Argonautes, qui devint si importante sous une colonie milésienne, qui mérita d’être appelée la Cartilage du Pont-Euxin, dont les vaisseaux couvrirent la mer Noire au temps des Romains, et qui finit par être cédée à Mahomet II «parce qu’elle plaisait beaucoup à ce Commandeur des Croyants!» Mais il était trop tard pour en retrouver toutes les splendeurs écroulées, dont il ne reste plus que des fragments de corniches, de frontons, de chapiteaux de divers styles. Il faut d’ailleurs observer que, si cette cité tire son nom de Sinope, fille d’Asope et de Methone, qui fut enlevée par Apollon et conduite en cet endroit, cette fois, c’était la nymphe qui enlevait l’objet de sa tendresse et que cette nymphe avait nom Saraboul! Ce rapprochement fut fait par Van Mitten, non sans quelque serrement de coeur.

Cent vingt-cinq lieues environ séparent Sinope de Scutari. Il restait au seigneur Kéraban sept jours seulement pour les faire. S’il n’était pas en retard, il n’était point en avance non plus. Il convenait donc de ne pas perdre un instant.

Le 24, au soleil levant, on quitta Sinope pour suivre les détours du rivage anatolien. Vers dix heures, la petite troupe atteignait Istifan, à midi, la bourgade d’Apana, et le soir, après une journée de quinze lieues, elle s’arrêtait à Ineboli, dont la rade foraine, battue par tous les vents, est peu sûre pour les bâtiments de commerce.

Ahmet proposa alors de ne prendre là que deux heures de repos et de voyager le reste de la nuit. Douze heures gagnées valaient bien quelque surcroît de fatigue. Le seigneur Kéraban accepta donc la proposition de son neveu. Personne ne réclama — pas même Bruno. D’ailleurs, Yanar et Saraboul, eux aussi, avaient quelque hâte d’être arrivés sur les rives du Bosphore pour reprendre le chemin du Kurdistan, et Van Mitten une hâte non moins grande mais pour s’enfuir aussi loin que possible de ce Kurdistan, dont le nom seul lui faisait horreur!

Le guide ne fit aucune opposition à ce projet et se déclara prêt à partir dès qu’on le voudrait. De nuit comme de jour, la route n’était pas pour l’embarrasser, et ce loupeur, habitué à marcher par instinct au milieu de forêts épaisses, ne pouvait être gêné de se reconnaître sur des chemins qui suivaient la côte.

On partit donc, à huit heures du soir, par une belle lune, pleine et brillante, qui s’éleva dans l’est sur un horizon de mer, peu après le coucher du soleil. Amasia, Nedjeb et le seigneur Kéraban, la noble Saraboul, Yanar et Van Mitten, étendus dans leurs calèches, se laissèrent endormir au trot des chevaux qui se maintinrent à une bonne allure.

Ils ne virent donc rien du cap Kerembé, entourbillonné d’oiseaux de mer, dont les cris assourdissants remplissaient l’espace. Le matin, ils dépassaient Timlé, sans qu’aucun incident eût troublé leur voyage; puis, ils atteignaient Kidros, et, le soir, venaient faire halte pour toute la nuit à Amastra. Ils avaient bien droit à quelques heures de repos, après une traite de plus de soixante lieues, enlevées en trente-six heures.

Peut-être Van Mitten — car il faut toujours en revenir à cet excellent homme, préalablement nourri des lectures de son guide — peut-être Van Mitten, s’il eût été libre de ses actes, si le temps et l’argent ne lui eussent pas manqué, peut-être eût-il fait fouiller le port d’Amastra pour y rechercher un objet dont aucun antiquaire n’oserait contester la valeur archéologique.

Personne n’ignore, en effet, que, deux cent quatre-vingt-dix ans avant Jésus-Christ, la reine Amastris, la femme de Lysimachus, un des capitaines d’Alexandre, la célèbre fondatrice de cette ville, fut enfermée dans un sac de cuir, puis jetée par ses frères dans les eaux mêmes du port qu’elle avait créé. Or, quelle gloire pour Van Mitten, si, sur la foi de son guide, il eût réussi à repêcher le fameux sac historique! Mais on l’a dit, le temps et l’argent lui faisaient défaut, et, sans confier à personne — pas même à la noble Saraboul — le sujet de sa rêverie, il s’en tint à ses regrets d’archéologue.

Le lendemain matin, 26 septembre, cette ancienne métropole des Génois, qui n’est plus aujourd’hui qu’un assez misérable village, où se fabriquent quelques jouets d’enfants, était quittée dès l’aube. Trois ou quatre lieues plus loin, c’était la bourgade de Bartan dont on dépassait les limites, puis, dans l’après-midi, celle de Filias, puis, à la tombée du soir, celle d’Ozina, et, vers minuit enfin, la bourgade d’Éregli.

On s’y reposa jusqu’au petit jour. En somme, c’était peu, car les chevaux, sans parler des voyageurs, commençaient à être sérieusement fatigués par les exigences d’une si longue traite, qui ne leur avait laissé que de rares répits depuis Trébizonde. Mais quatre jours restaient pour atteindre le terme de cet itinéraire — quatre jours seulement — les 27, 28, 29 et 30 septembre. Et encore, cette dernière journée, fallait-il la déduire, puisqu’elle devait être employée d’une toute autre façon. Si le 30, dès les premières heures du matin, le seigneur Kéraban et ses compagnons n’apparaissaient pas sur les rives du Bosphore, la situation serait singulièrement compromise. Il n’y avait donc pas un instant à perdre, et le seigneur Kéraban pressa le départ, qui s’effectua au lever du soleil.

Éregli, c’est l’ancienne Héraclée, grêcque d’origine. Ce fut autrefois une vaste capitale, dont les murailles en ruines, accotées à des figuiers énormes, indiquent encore le contour. Le port, jadis très important, bien protégé par son enceinte, a dégénéré comme la ville, qui ne compte plus que six à sept mille habitants. Après les Romains, après les Grecs, après les Génois, elle devait tomber sous la domination de Mahomet II, et, de cité qui eut ses jours de splendeur, devenir une simple bourgade, morte à l’industrie, morte au commerce.

L’heureux fiancé de Saraboul aurait encore eu là plus d’une curiosité à satisfaire. N’y a-t-il pas, tout près d’Héraclée, cette presqu’île d’Achérusia, où s’ouvrait, dans une caverne mythologique, une des entrées du Tartare? Diodore de Sicile ne raconte-t-il pas que c’est par cette ouverture qu’Hercule ramena Cerbère, en revenant du sombre royaume? Mais Van Mitten renferma encore ses désirs au plus profond de son coeur. Et d’ailleurs, ce Cerbère, n’en retrouvait-il pas la fidèle image en ce beau-frère Yanar qui le gardait à vue? Sans doute, le seigneur kurde n’avait pas trois têtes; mais une lui suffisait, et, quand il la redressait d’un air farouche, il semblait que ses dents, apparaissant sous ses épaisses moustaches, allaient mordre comme celles du chien tricéphale que Pluton tenait à la chaîne!

Le 27 septembre, la petite caravane traversa le bourg de Sacaria, puis atteignit vers le soir le cap Kerpe, à l’endroit même où, seize siècles avant, fut tué l’empereur Aurélien. Là, on fit halte pour la nuit, et l’on tint conseil sur la question de modifier quelque peu l’itinéraire, afin d’arriver à Scutari dans les quarante-huit heures, c’est-à-dire dès le matin de la dernière journée marquée pour le retour.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ke/chapter27.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24