Kéreban le Tétu, by Jules Verne

IX

Dans Lequel Van Mitten, en se Fiançant a la Noble Saraboul, a l’Honneur de Devenir Beau-Frère du Seigneur Yanar.

Une ville qui date de l’an du monde 4790, qui doit sa fondation aux habitants d’une colonie milésienne, qui fut conquise par Mithridate, qui tomba au pouvoir de Pompée, qui subit la domination des Perses et celle des Scythes, qui fut chrétienne sous Constantin-le-Grand et redevint païenne jusqu’au sixième siècle, qui fut délivrée par Bélisaire et enrichie par Justinien, qui appartint aux Comnènes dont Napoléon 1er se disait le descendant, puis au sultan Mahomet II, vers le milieu du quinzième siècle, époque à laquelle finit l’Empire de Trébizonde, après une durée de deux cent cinquante-six ans — celle ville, il faut en convenir, a quelque droit de figurer dans l’histoire du monde. On ne s’étonnera donc pas que, pendant toute la première partie de ce voyage, Van Mitten se fût réjoui à la pensée de visiter une cité si fameuse, que les romans de chevalerie ont, en outre, choisie pour cadre à leurs merveilleuses aventures.

Mais, quand il se faisait cette joie, Van Mitten était libre de tout souci. Il n’avait qu’à suivre son ami Kéraban sur cet itinéraire qui contournait l’antiquePont-Euxin. Et maintenant, fiancé— provisoirement du moins, pour quelques jours seulement — mais fiancé à cette noble Kurde qui le tenait en laisse, il n’était plus d’humeur à pouvoir apprécier les splendeurs historiques de Trébizonde.

Ce fut le 17 septembre, vers neuf heures du matin, deux heures après avoir quitté le caravansérail de Rissar, que le seigneur Kéraban et ses compagnons, le seigneur Yanar, sa soeur et leurs serviteurs, firent une superbe entrée dans la capitale du pachalik moderne, bâtie au milieu d’une campagne alpestre, avec vallées, montagnes, cours d’eau capricieux — paysage qui rappelle volontiers quelques aspects de l’Europe centrale: on dirait que des morceaux de la Suisse et du Tyrol ont été transportés sur cette portion du littoral de la mer Noire.

Trébizonde, située à trois cent vingt-cinq kilomètres d’Erzeroum, cette importante capitale de l’Arménie, est maintenant en communication directe avec la Perse, au moyen d’une route que le gouvernement turc a ouverte par Gumuch Kané, Baibourt et Erzeroum — ce qui lui rendra peut-être quelque peu de son ancienne valeur commerciale.

Cette cité est divisée en deux villes disposées en amphithéâtre sur une colline. L’une, la ville turque, enceinte de murailles flanquées de grosses tours, défendue autrefois par son vieux château de mer, ne comprend pas moins d’une quarantaine de mosquées, dont les minarets émergent de massifs d’orangers, d’oliviers et autres arbres d’un aspect enchanteur. L’autre, c’est la ville chrétienne, la plus commerçante, où se trouve le grand bazar, richement assorti de tapis, d’étoffes, de bijoux, d’armes, de monnaies anciennes, de pierres précieuses, etc. Quant au port, il est desservi par une ligne hebdomadaire de bateaux à vapeur, qui mettent Trébizonde en communication directe avec les principaux points de la mer Noire.

Dans cette ville s’agite ou végète — suivant les divers éléments dont elle se compose — une population de quarante mille habitants, Turcs, Persans, chrétiens du rite arménien et latin, Grecs orthodoxes, Kurdes et Européens. Mais, ce jour-là, cette population était plus que quintuplée par le concours des fidèles venus de tous les coins de l’Asie mineure, pour assister aux fêtes superbes qui allaient être célébrées en l’honneur de Mahomet.

Aussi, la petite caravane eut-elle quelque peine a trouver un logement convenable pour les vingt-quatre heures qu’elle devait passer a Trébizonde, car l’intention formelle du seigneur Kéraban était bien d’en partir, dès le lendemain, pour Scutari. Et, en effet, il n’y avait pas un jour à perdre, si on voulait y arriver avant la fin du mois.

Ce fut dans un hôtel franco-italien, au milieu d’un véritable quartier de caravansérails, de khans, d’auberges, déjà encombrés de voyageurs, près de la place de Giaour-Meïdan, dans la partie la plus commerçante de la ville et par conséquent en dehors de la cité turque, que le seigneur Kéraban et sa suite trouvèrent seulement à se loger. Mais l’hôtel était assez confortable pour qu’ils pussent y prendre ce jour et cette nuit de repos dont ils avaient besoin. Aussi l’oncle d’Ahmet n’eut-il pas le plus petit sujet de se mettre en colère contre l’hôtelier.

Mais, pendant que le seigneur Kéraban et les siens, arrivés à ce point de leur voyage, croyaient en avoir fini — sinon avec les fatigues, du moins avec les dangers de toutes sortes — un complot se tramait contre eux dans la ville turque, où résidait leur plus mortel ennemi.

C’était au palais du seigneur Saffar, bâti sur les premiers contreforts de la montagne de Bostepeh, dont les pentes s’abaissent doucement vers la mer, qu’une heure auparavant était arrivé l’intendant Scarpanto, après avoir quitté le caravansérail de Rissar.

Là, le seigneur Saffar et le capitaine Yarhud l’attendaient; là, tout d’abord, Scarpanto leur faisait part de ce qui s’était passé pendant la nuit précédente; là, il racontait comment Kéraban et Ahmet avaient été sauvés d’un emprisonnement, qui eût laissé Amasia sans défense, et sauvés par le dévouement stupide de ce Van Mitten; là, dans cette conférence de trois hommes ayant un unique intérêt, furent prises les résolutions qui menaçaient directement les voyageurs, sur ce parcours de deux cent vingt-cinq lieues entre Scutari et Trébizonde. Ce qu’était ce projet, l’avenir le fera connaître, mais on peut dire qu’il eut, ce jour même, un commencement d’exécution: en effet, le seigneur Sallar et Yarhud, sans s’inquiéter des fêtes qui allaient être célébrées, quittaient Trébizonde et prenaient dans l’ouest la route de l’Anatolie qui mène à l’embouchure du Bosphore.

Scarpante, lui, restait à la ville. N’étant connu ni du seigneur Kéraban, ni d’Ahmet, ni des deux jeunes filles, il pourrait agir en toute liberté. A lui de jouer dans ce drame l’important rôle qui devait désormais substituer la force à la ruse.

Aussi, Scarpante put-il se mêler a la foule et flâner sur la place du Giaour-Meïdan. Ce n’était pas, pour avoir, un instant et dans l’ombre, au caravansérail de Rissar, adressé la parole au seigneur Kéraban et à son neveu, qu’il pouvait craindre d’être reconnu. Aussi lui fut-il facile d’épier leurs pas et démarches on toute sécurité.

C’est dans ces conditions qu’il vit Ahmet, peu de temps après son arrivée à Trébizonde, se diriger vers le port, à travers les rues assez misérablement entretenues qui y aboutissent. Là, sandals, caboteurs, mahones barques de toutes sortes, étaient au sec, après avoir débarqué leurs cargaisons de fidèles, tandis que les navires de commerce, par manque de profondeur, se tenaient plus au large.

Un hammal venait d’indiquer à Ahmet le bureau du télégraphe, et Scarpante put s’assurer que le fiancé d’Amasia expédiait un assez long télégramme à l’adresse du banquier Sélim, à Odessa.

«Buh! se dit-il, voilà une dépêche qui n’arrivera jamais à son destinataire! Sélim a été mortellement frappé d’une balle que lui a envoyée Yarhud, et cela n’est pas pour nous inquiéter!»

Et, de fait, Scarpante ne s’en inquiéta pas autrement.

Puis, Ahmet revint à l’hôtel du Giaour-Meïdan. Il retrouva Amasia en compagnie de Nedjeb, qui l’attendait, non sans quelque impatience, et la jeune fille put être certaine qu’avant quelques heures, on serait rassuré sur son sort à la villa Sélim.

«Une lettre aurait mis trop de temps à arriver à Odessa, ajouta Ahmet, et, d’ailleurs, je crains toujours. . . . »

Ahmet s’était interrompu sur ce mot.

«Vous craignez, mon cher Ahmet? . . . Que voulez-vous dire? demanda Amasia, un peu surprise.

— Rien, chère Amasia, répondit Ahmet, rien!. . . .

J’ai voulu rappeler à votre père qu’il eût soin de se trouver à Scutari pour notre arrivée, et même avant, afin de faire toutes les démarches nécessaires pour que notre mariage n’éprouve aucun retard!»

La vérité est qu’Ahmet, redoutant toujours de nouvelles tentatives d’enlèvement, au cas où les complices de Yarhud eussent appris ce qui s’était passé après le naufrage de la Guïdare, marquait au banquier Sélim que tout danger n’était peut-être pas écarté encore; mais, ne voulant pas inquiéter Amasia pendant le reste du voyage, il se garda bien de lui dire quelles étaient ses appréhensions — appréhensions vagues, au surplus, et qui ne reposaient que sur des pressentiments.

Amasia remercia Ahmet du soin qu’il avait pris de rassurer son père par dépêche — dût-il encourir, pour avoir usé du fil télégraphique, les malédictions de l’oncle Kéraban.

Et, pendant ce temps, que devenait l’ami Van Mitten?

L’ami Van Mitten, devenait, un peu malgré lui, l’heureux fiancé de la noble Saraboul et le piteux beau frère du seigneur Vanar!

Comment eût-il pu résister? D’une part, Kéraban lui répétait qu’il fallait consommer le sacrifice jusqu’au bout, ou bien le juge pourrait les renvoyer tous les trois en prison — ce qui compromettrait irréparablement l’issue de ce voyage; que ce mariage, s’il était valable en Turquie, où la polygamie est admise, serait radicalement nul pour la Hollande, où Van Mitten était déjà marié; que, par conséquent, il pourrait, à son choix, être monogame dans son pays, ou bigame dans le royaume de Padischah. Mais le choix de Van Mitten était fait: il préférait n’être «game» nulle part.

D’un autre côté, il y avait là un frère et une soeur incapables de lâcher leur proie. Il n’était donc que prudent de les satisfaire, sauf à leur fausser compagnie au delà des rives du Bosphore — ce qui les empêcherait d’exercer leurs prétendus droits de beau-frère et d’épouse.

Aussi Van Mitten n’entendait-il point résister et s’abandonna-t-il au cour des événements.

Très heureusement, le seigneur Kéraban avait obtenu ceci: c’est qu’avant d’aller achever le mariage à Mossoul, le seigneur Yanar et sa soeur les accompagneraient jusqu’à Scutari, qu’ils assisteraient à l’union d’Amasia et d’Ahmet, et que la fiancée kurde ne repartirait avec son fiancé hollandais que deux ou trois jours après pour le pays de ses ancêtres.

Il faut convenir que Bruno, tout en pensant que son maître n’avait que ce qu’il méritait pour son incroyable faiblesse, ne laissait pas de le plaindre, à le voir tomber sous la coupe de cette terrible femme. Mais, on doit l’avouer aussi, il fut pris d’un fou rire — fou rire que purent à peine réprimer Kéraban, Ahmet et les deux jeunes filles — lorsque l’on vit Van Mitten, au moment où la cérémonie des fiançailles allait s’accomplir, affublé du costume de ce pays extravagant.

«Quoi! vous, Van Mitten, s’écria Kéraban, c’est bien vous, ainsi vêtu à l’orientale?

— C’est moi, ami Kéraban.

— En Kurde?

— En Kurde!

— Eh! vraiment, cela ne vous va pas mal, et je suis sûr que, dès que vous y serez habitué, vous trouverez ce vêtement plus commode que vos habits étriqués d’Europe!

— Vous êtes bien bon, ami Kéraban.

— Voyons, Van Mitten, quittez cet air soucieux! Dites-vous que c’est aujourd’hui jour de carnaval et que ce n’est qu’un déguisement pour un mariage en l’air!

— Ce n’est pas le déguisement qui m’inquiète le plus, répondit Van Mitten.

— Et qu’est-ce donc?

— C’est le mariage!

— Bah! mariage provisoire, ami Van Mitten, répondit Kéraban, et madame Saraboul payera cher ses fantaisies de veuve par trop consolable! Oui, quand vous lui apprendrez que ces fiançailles ne vous engagent en rien, puisque vous êtes déjà marié à Rotterdam, quand vous lui donnerez congé en bonne forme, je veux être là, Van Mitten! En vérité! il ne peut pas être permis d’épouser les gens malgré eux! C’est déjà beaucoup quand ils veulent bien y consentir!»

Toutes ces raisons aidant, le digne Hollandais avait fini par accepter la situation. Le mieux, au total, était de la prendre par son côté risible, puisqu’elle prêtait à rire, et de s’y résigner, puisqu’elle sauvegardait les intérêts de tous.

D’ailleurs, ce jour-là, Van Mitten aurait à peine eu le temps de se reconnaître. Le seigneur Yanar et sa soeur n’aimaient décidément pas à laisser languir les choses. Aussitôt pris, aussitôt pendu, et elle était toute prête, cette potence du mariage, à laquelle ils prétendaient attacher ce flegmatique enfant de la Hollande.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que les formalités en usage dans le Kurdistan eussent été, en quoi que ce soit, omises ou seulement négligées. Non! le beau-frère veillait à tout avec un soin particulier, et, dans cette grande cité, les éléments ne manquaient point, qui devaient donner à ce mariage toute la solennité possible.

En effet, parmi la population de Trébizonde, on compte un certain nombre de Kurdes. Parmi eux, le couple Yanar et Saraboul retrouva des consanisances et des amis de Mossoul. Ces gens superbes se firent un devoir d’assister leur noble compatriote en cette occasion qui s’offrait à elle, et pour la quatrième fois, de se consacrer au bonheur d’un époux. Il y eut donc, du côté de la fiancée, tout un clan d’invités à la cérémonie, tandis que Kéraban, Ahmet, leurs compagnons, s’empressaient de figurer à côté du fiancé. Encore faut-il bien comprendre que Van Mitten, sévèrement gardé à vue, ne se trouva jamais seul avec ses amis, depuis ces dernières paroles échangées au moment où il venait de revêtir le costume traditionnel des seigneurs de Mossoul et de Chehrezour. Un instant, seulement, Bruno put se glisser jusqu’à lui et répéter d’un voix sinistre:

«Prenez garde, mon maître, prenez garde! Vous risquez gros jeu en tout ceci!

— Eh! puis-je faire autrement, Bruno? répondit Van Mitten d’un ton résigné. En tout cas, si c’est une sottise, elle tire mes amis d’embarras, et les suites n’en seront point graves!

— Hum! fit Bruno en hochant la tête, se marier, mon maître, c’est se marier, et. . . . »

Et, comme, sur ce mot, on appela le Hollandais, nul ne saura jamais de quelle façon le fidèle serviteur aurait achevé cette phrase véritablement comminatoire!

Il était midi, au moment où le seigneur Yanar et autres Kurdes de grande mine vinrent chercher le futur qu’ils ne devaient plus quitter jusqu’à la fin de la cérémonie.

Et alors, ce noeud des fiançailles fut noué en grand appareil. Pendant cette opération, il n’y eût pas même à critiquer la tenue des deux conjoints, Van Mitten ne laissant rien paraître d’une certaine inquiétude qui le dominait, la noble Saraboul fière d’enchaîner un homme du nord de l’Europe à une femme du nord de l’Asie! Quelle gloire, en effet, d’avoir allié la Hollande au Kurdistan.

La fiancée était superbe dans son costume de mariage — un costume qu’évidemment elle emportait en voyage, à tout hasard — bonne précaution cette fois, on en conviendra. Rien de splendide comme sont «mitan» de drap d’or, dont les manches et le corsage disparaissaient sous des broderies et des passementeries de filigrane! Rien de plus riche que ce châle qui lui serrait à la taille, cet «entari» à raies alternées de lignes de fleurettes et recouverte des mille plis de ces mousselines de Brousse désignées sous le nom de «tchembers!» Rien de plus majestueux que ce «chalwar» en gaze de Salonique, dont les jambes se rattachaient sous le cuir de fines bottes de maroquin brodées de perles! Et ce fez évasé, entouré de «yéminis» aux fleurs voyantes, d’où se développait jusqu’à mi-corps un long «puskul» orné de dentelles d’oya! Et les bijoux, les pendeloques de pièces d’or, tombant sur le front jusqu’aux sourcils, et ces pendants d’oreilles formés de ces petites rosaces, desquels rayonnent des chaînettes supportant un petit croissant d’or, et les agrafes de ceinture en vermeil, et les épingles en filigrane azuré, figurant une palme indienne, et ces colliers irradiants à double rangée, ces «guerdanliks» composés d’une suite d’agates serties en griffes, gravées chacune du nom d’un iman! Non! jamais plus belle fiancée ne s’était vue marchant dans les rues de Trébizonde, et en cette circonstance, elles auraient dû être recouvertes d’un tapis de pourpre, comme elles le furent jadis à la naissance de Constantin Porphyrogénète!

Mais si la noble Saraboul était superbe, le seigneur Van Mitten, lui, était magnifique, et son ami Kéraban ne lui ménagea pas des compliments, qui ne pouvaient être ironiques de la part d’un vieux croyant resté fidèle au vêtement oriental.

Il faut en convenir, ce costume donnait à Van Mitten une tournure martiale, un air hautain, une physionomie avantageuse, quelque chose de farouche, enfin, peu en rapport avec son tempérament de négociant rotterdamois! Et comment en eût-il été autrement avec ce léger manteau do mousseline chargé d’applications de cotonnade, ce large pantalon de satin rouge qui se perdait dans des bottes de cuir, éperonnées, ergotées et treillissées d’or sous les mille plis de leur tige, cette robe ouverte dont les manches se déroulaient jusqu’à terre, et ce fez, orné de «yéminis», et ce «puskul», dont la grosseur invraisemblable indiquait le rang qu’allait bientôt occuper au Kurdistan l’époux de la noble Saraboul?

Le grand bazar de Trébizonde avait fourni tous ces ajustements, qui, faits sur mesure, n’auraient pas plus élégamment vêtu Van Mitten. Il avait procuré aussi ces armes merveilleuses, dont le fiancé portait tout un arsenal au châle brodé, soutachat passementé, qui lui serrait la taille: poignant damasquinés, avec manche en jade vert et lame en damas à double tranchant, pistolets à crosse d’argent gravés comme un collier d’idole, sabre à lame courte, au tranchant taillé en dents de scie avec poignée noire ornée d’un quadrillé en argent et pommeau à rondelle, et enfin une arme d’hast en acier avec reliefs en méplat gravés et dorés et finissant en lame ondulée comme le fer des anciensfauchards!

Ah! le Kurdistan peut sans crainte déclarer la guerre à la Turquie! Ce ne sont pas de pareils guerriers que les armées du Padischah pourront jamais vaincre! Pauvre Van Mitten, qui eût dit qu’un jour tu aurais été affublé de la sorte! Heureusement, comme le répétait le seigneur Kéraban, et, après lui, son neveu Ahmet, et après Ahmet, Amasia et Nedjeb, et après elle, tous, excepté Bruno:

«Bah! c’est pour rire!»

Pendant la cérémonie des fiançailles, les choses se passeront le plus convenablement du monde. Si ce n’est que le fiancé fut trouvé un peu froid par son terrible beau-frère et par sa non moins terrible soeur, tout alla bien.

A Trébizonde, il ne manquait pas de juges, faisant fonctions d’officiers ministériels, qui eussent réclamé l’honneur d’enregistrer un pareil contrat — d’autant plus que cela n’allait pas sans quelque profit; — mais ce fut le magistrat même dont on avait pu apprécier la sagacité dans l’affaire du caravansérail de Rissar qui fut chargé de cettehonorable tâche et de complimenter, en bons termes, les futurs époux.

Puis, après la signature du contrat, les deux fiancés et leur suite, au milieu d’un immense concours de populaire, se transportèrent à la ville close, dans une mosquée qui fut autrefois une église byzantine, et dont les murailles sont décorées de curieuses mosaïques. Là, retentirent certains chants kurdes, qui sont plus expressifs, plus mélodieux, plus artistiques enfin, par leur couleur et leur rhythme, que les chants turcs ou arméniens. Quelques instruments, dont la sonorité se rapproche d’un simple cliquetis métallique et que dominait la note aiguë de deux ou trois petites flûtes, joignirent leurs accords bizarres au concert des voix suffisamment rafraîchies pour cette circonstance. Puis, l’iman dit une simple prière, et Van Mitten fut enfin fiancé, bien fiancé, ainsi que le répéta le seigneur Kéraban à la noble Saraboul — non sans une certaine arrière-pensée — lorsqu’il lui adressa ses meilleurs compliments.

Plus tard, le mariage devait s’achever au Kurdistan, où de nouvelles fêtes dureraient pendant plusieurs semaines. Là, Van Mitten aurait à se conformer aux coutumes kurdes — ou, du moins, il devrait essayer de s’y conformer. En effet, lorsque l’épouse arrive devant la maison conjugale, son époux se présente inopinément devant elle, il l’entoure de ses bras, il la prend sur ses épaules, et il la porte ainsi jusqu’à la chambre qu’elle doit occuper. On veut, par là, épargner sa pudeur, car il ne faut point qu’elle semble entrer de son plein gré dans une demeure étrangère. Lorsqu’il en serait à cet heureux moment, Van Mitten verrait à ne rien faire qui pût blesser les usages du pays. Mais heureusement, il en était encore loin.

Ici, les fêtes des fiançailles furent tout naturellement complétées par celles qui se donnaient, fort à propos, pour célébrer la nuit de l’ascension du Prophète, cet eilet-ul-my’râdy, qui a lieu ordinairement le 29 du mois de Redjeb. Cette fois, par suite de circonstances particulières, dues à une concurrence politico-religieuse, une ordonnance du chef des imans du pachalik l’avait fixée à cette date.

Le soir même, dans le plus vaste palais de la ville, magnifiquement disposé a cet effet, des milliers et des milliers de fidèles s’empressaient à une cérémonie qui les avait attirés à Trébizonde de tous les points de l’Asie musulmane.

La noble Saraboul ne pouvait manquer cette occasion de produire son fiancé en public. Quant au seigneur Kéraban, à son neveu, aux deux jeunes filles, à leurs serviteurs, que pouvaient-ils faire de mieux, pour passer les quelques heures de la soirée, que d’assister en grand apparat à ce merveilleux spectacle?

Merveilleux, en effet, et comment ne l’eût-il pas été dans ce pays de l’Orient, où tous les rêves de ce monde se transforment en réalités dans l’autre! Ce qu’allait être cette fête donnée en l’honneur du Prophète, il serait plus facile au pinceau de le représenter, en employant tous les tons de la palette, qu’à la plume de le décrire, même en empruntant les cadences, les images, les périodes des plus grands poètes du monde!

«La richesse est aux Indes, dit un proverbe turc, l’esprit en Europe, la pompe chez les Ottomans!»

Et ce fut réellement au milieu d’une pompe incomparable que se déroulèrent les péripéties d’une poétique affabulation, à laquelle les plus gracieuses filles de l’Asie Mineure prêtèrent le charme de leurs danses et l’enchantement de leur beauté. Elle reposait sur cette légende, imitée de la légende chrétienne, que, jusqu’à sa mort, arrivée en l’an dixième de l’Hégire — six cent trente-deux ans après l’ère nouvelle — ce paradis était fermé à tous les fidèles, endormis dans le vague des espaces, en attendant l’arrivée du Prophète. Ce jour-là, il apparaissait à cheval sur «el-borak», l’hippogryphe qui l’attendait à la porte du temple de Jérusalem; puis, son tombeau miraculeux, quittant la terre, montait à travers les cieux et restait suspendu entre le zénith et le nadir, au milieu des splendeurs du paradis de l’Islam. Tous se réveillaient alors pour rendre hommage au Prophète; la période de l’éternel bonheur promis aux croyants, commençait enfin, et Mahomet s’élevait dans une apothéose éblouissante, pendant laquelle les astres du ciel arabique, sous la forme de houris innombrables, gravitaient autour du front resplendissant d’Allah!

En un mot, cette fête, ce fut comme une réalisation de ce rêve de l’un des poètes qui a le mieux senti la poésie des pays orientaux, lorsqu’il dit, à propos de ces physionomies extatiques des derviches, emportés dans leurs rondes si étrangement rhythmées:

«Que voyaient-ils en ces visions qui les berçaient? les forêts d’émeraudes à fruits de rubis, les montagnes d’ambre et de myrrhe, les kiosques de diamants et les tentes de perles du paradis de Mahomet!»

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52ke/chapter26.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24