Les Indes Noires, by Jules Verne

XIX

Une dernière menace

Ce jour-là, dans la Nouvelle-Aberfoyle, les travaux s’accomplissaient d’une façon régulière. On entendait au loin le fracas des cartouches de dynamite, faisant éclater le filon carbonifère. Ici, c’étaient les coups de pic et de pince qui provoquaient l’abatage du charbon; là, le grincement des perforatrices, dont les fleurets trouaient les failles de grès ou de schiste. Il se faisait de longs bruits caverneux. L’air aspiré par les machines fusait à travers les galeries d’aération. Les portes de bois se refermaient brusquement sous ces violentes poussées. Dans les tunnels inférieurs, les trains de wagonnets, mus mécaniquement, passaient avec une vitesse de quinze milles à l’heure, et les timbres automatiques prévenaient les ouvriers de se blottir dans les refuges. Les cages montaient et descendaient sans relâche, halées par les énormes tambours des machines installées à la surface du sol. Les disques, poussés à plein feu, éclairaient vivement Coal-city.

L’exploitation était donc conduite avec la plus grande activité. Le filon s’égrenait dans les wagonnets, qui venaient par centaines se vider dans les bennes, au fond des puits d’extraction. Pendant qu’une partie des mineurs se reposait après les travaux nocturnes, les équipes de jour travaillaient sans perdre une heure.

Simon Ford et Madge, leur dîner terminé, s’étaient installés dans la cour du cottage. Le vieil overman faisait sa sieste accoutumée. Il fumait sa pipe bourrée d’excellent tabac de France. Lorsque les deux époux causaient, c’était pour parler de Nell, de leur garçon, de James Starr, de cette excursion à la surface de la terre. Où étaient-ils? Que faisaient-ils en ce moment? Comment, sans éprouver la nostalgie de la houillère, pouvaient-ils rester si longtemps au-dehors?

En ce moment, un mugissement d’une violence extraordinaire se fit soudain entendre. C’était à croire qu’une énorme cataracte se précipitait dans la houillère.

Simon Ford et Madge s’étaient levés brusquement.

Presque aussitôt les eaux du lac Malcolm se gonflèrent. Une haute vague, déferlant comme une lame de mascaret, envahit la rive et vint se briser contre le mur du cottage.

Simon Ford, saisissant Madge, l’avait rapidement entraînée au premier étage de l’habitation.

En même temps, des cris s’élevaient de toutes parts dans Coalcity, menacée par cette inondation subite. Ses habitants cherchaient refuge jusque sur les hautes roches schisteuses, qui formaient le littoral du lac.

La terreur était au comble. Déjà quelques familles de mineurs, à demi affolées, se précipitaient vers le tunnel, pour gagner les étages supérieurs. On pouvait craindre que la mer n’eût fait irruption dans la houillère, dont les galeries s’enfonçaient jusque sous le canal du Nord. La crypte, si vaste qu’elle fût, aurait été entièrement noyée. Pas un des habitants de la Nouvelle-Aberfoyle n’eût échappé à la mort.

Mais, au moment où les premiers fuyards atteignaient l’orifice du tunnel, ils se trouvèrent en face de Simon Ford, qui avait aussitôt quitté le cottage.

« Arrêtez, arrêtez, mes amis! leur cria le vieil overman. Si notre cité devait être envahie, l’inondation courrait plus vite que vous, et personne ne lui échapperait! Mais les eaux ne croissent plus! Tout danger paraît être écarté.

— Et nos compagnons qui sont occupés aux travaux du fond? s’écrièrent quelques-uns des mineurs.

— Il n’y a rien à craindre pour eux, répondit Simon Ford. L’exploitation se fait à un étage supérieur au lit du lac! »

Les faits devaient donner raison au vieil overman. L’envahissement de l’eau s’était produit subitement; mais, réparti à l’étage inférieur de la vaste houillère, il n’avait eu d’autre effet que de surélever de quelques pieds le niveau du lac Malcolm. Coal-city n’était donc pas compromise, et l’on pouvait espérer que l’inondation, entraînée dans les plus basses profondeurs de la houillère, encore inexploitées, n’aurait fait aucune victime.

Quant à cette inondation, si elle était due à l’épanchement d’une nappe intérieure à travers les fissures du massif, ou si quelque cours d’eau du sol s’était précipité par son lit effondré jusqu’aux derniers étages de la mine, Simon Ford et ses compagnons ne pouvaient le dire. Quant à penser qu’il s’agissait là d’un simple accident, tel qu’il s’en produit quelquefois dans les charbonnages, cela ne faisait doute pour personne.

Mais, le soir même, on savait à quoi s’en tenir. Les journaux du comté publiaient le récit de cet étrange phénomène, dont le lac Katrine avait été le théâtre. Nell, Harry, James Starr et Jack Ryan, qui étaient revenus en toute hâte au cottage, confirmaient ces nouvelles, et apprenaient, non sans grande satisfaction, que tout se bornait à des dégâts matériels dans la Nouvelle-Aberfoyle.

Ainsi donc, le lit du lac Katrine s’était subitement effondré. Ses eaux avaient fait irruption à travers une large fissure jusque dans la houillère. Au lac favori du romancier écossais, il ne restait plus de quoi mouiller les jolis pieds de la Dame du Lac, — du moins dans toute sa partie méridionale. Un étang de quelques acres, voilà à quoi il était réduit, là où son lit se trouvait en contrebas de la portion effondrée.

Quel retentissement eut cet événement bizarre! C’était la première fois, sans doute, qu’un lac se vidait en quelques instants dans les entrailles du sol. Il n’y avait plus, maintenant, qu’à rayer celui-ci des cartes du Royaume-Uni, jusqu’à ce qu’on l’eût rempli de nouveau — par souscription publique — après avoir préalablement bouché la fissure. Walter Scott en fût mort de désespoir, — s’il eût encore été de ce monde!

Après tout, l’accident était explicable. En effet, entre la profonde cavité et le lit du lac, l’étage des terrains secondaires se réduisait à une mince couche, par suite d’une disposition géologique particulière du massif.

Mais, si cet éboulement semblait être dû à une cause naturelle, James Starr, Simon et Harry Ford se demandèrent, eux, s’il ne fallait pas l’attribuer à la malveillance. Les soupçons étaient revenus avec plus de force à leur esprit. Le génie malfaisant allait-il donc recommencer ses entreprises contre les exploitants de la riche houillère?

Quelques jours après, James Starr en causait au cottage avec le vieil overman et son fils.

« Simon, dit-il, suivant moi, bien que le fait puisse s’expliquer de lui-même, j’ai comme un pressentiment qu’il rentre dans la catégorie de ceux dont nous recherchons encore la cause!

— Je pense comme vous, monsieur James, répondit Simon Ford; mais, si vous m’en croyez, n’ébruitons rien et faisons notre enquête nous-mêmes.

— Oh! s’écria l’ingénieur, j’en connais le résultat d’avance!

— Eh! quel sera-t-il?

— Nous trouverons les preuves de la malveillance, mais non le malfaiteur!

— Cependant il existe! répondit Simon Ford. Où se cache-t-il? Un seul être, si pervers qu’il soit, pourrait-il mener à bien une idée aussi infernale que celle de provoquer l’effondrement d’un lac? vraiment, je finirai par croire, avec Jack Ryan, que c’est quelque génie de la houillère, qui nous en veut d’avoir envahi son domaine! »

Il va sans dire que Nell, autant que possible, était tenue en dehors de ces conciliabules. Elle aidait, d’ailleurs, au désir qu’on avait de ne lui en rien laisser soupçonner. Son attitude témoignait, toutefois, qu’elle partageait les préoccupations de sa famille adoptive. Sa figure attristée portait la marque des combats intérieurs qui l’agitaient.

Quoi qu’il en soit, il fut résolu que James Starr, Simon et Harry Ford retourneraient sur le lieu même de l’éboulement, et qu’ils essaieraient de se rendre compte de ses causes. Ils ne parlèrent à personne de leur projet. A qui n’eût pas connu l’ensemble des faits qui lui servaient de base, l’opinion de James Starr et de ses amis devait sembler absolument inadmissible.

Quelques jours après, tous trois, montant un léger canot que manœuvrait Harry, vinrent examiner les piliers naturels qui soutenaient la partie du massif, dans laquelle se creusait le lit du lac Katrine.

Cet examen leur donna raison. Les piliers avaient été attaqués à coups de mine. Les traces noircies étaient encore visibles, car les eaux avaient baissé par suite d’infiltrations, et l’on pouvait arriver jusqu’à la base de la substruction.

Cette chute d’une portion des voûtes du dôme avait été préméditée, puis exécutée de main d’homme.

« Aucun doute n’est possible, dit James Starr. Et qui sait ce qui serait arrivé, si, au lieu de ce petit lac, l’effondrement eût ouvert passage aux eaux d’une mer!

— Oui! s’écria le vieil overman avec un sentiment de fierté, il n’aurait pas fallu moins d’une mer pour noyer notre Aberfoyle! Mais, encore une fois, quel intérêt peut avoir un être quelconque à la ruine de notre exploitation?.

— C’est incompréhensible, répondit James Starr. Il ne s’agit pas là d’une bande de malfaiteurs vulgaires qui, de l’antre où ils s’abritent, se répandraient sur le pays pour voler et piller! De tels méfaits, depuis trois ans, auraient révélé leur existence! Il ne s’agit pas, non plus, comme j’y ai pensé quelquefois, de contrebandiers ou de faux monnayeurs, cachant dans quelque recoin encore ignoré de ces immenses cavernes leur coupable industrie, et intéressés par suite à nous en chasser. On ne fait ni de la fausse monnaie ni de la contrebande pour la garder! Il est clair cependant qu’un ennemi implacable a juré la perte de la Nouvelle Aberfoyle, et qu’un intérêt le pousse à chercher tous les moyens possibles d’assouvir la haine qu’il trous a vouée! Trop faible, sans doute, pour agir ouvertement, c’est dans l’ombre qu’il prépare ses embûches, mais l’intelligence qu’il y déploie fait de lui un être redoutable. Mes amis, il possède mieux que nous tous les secrets de notre domaine, puisque depuis si longtemps il échappe à toutes nos recherches! C’est un homme du métier, un habile parmi les habiles, à coup sûr, Simon. Ce que nous avons surpris de sa façon d’opérer en est la preuve manifeste. Voyons! avez-vous jamais eu quelque ennemi personnel, sur lequel vos soupçons puissent se porter? Cherchez bien. Il y a des monomanies de haine que le temps n’éteint pas. Remontez au plus haut dans votre vie, s’il le faut. Tout ce qui se passe est l’œuvre d’une sorte de folie froide et patiente, qui exige que vous évoquiez sur ce point jusqu’à vos plus lointains souvenirs! »

Simon Ford ne répondit pas. On voyait que l’honnête overman, avant de s’expliquer, interrogeait avec candeur tout son passé. Enfin, relevant la tête:

« Non, dit-il, devant Dieu, ni Madge, ni moi, nous n’avons jamais fait de mal à personne. Nous ne croyons pas que nous puissions avoir un ennemi, un seul!

— Ah! s’écria l’ingénieur, si Nell voulait enfin parler!

— Monsieur Starr, et vous, mon père, répondit Harry, je vous en supplie, gardons encore pour nous seuls le secret de notre enquête! N’interrogez pas ma pauvre Nell! Je la sens déjà anxieuse et tourmentée. Il est certain pour moi que son cœur contient à grand-peine un secret qui l’étouffe. Si elle se tait, c’est ou qu’elle n’a rien à dire, ou qu’elle ne croit pas devoir parler! Nous ne pouvons pas douter de son affection pour nous, pour nous tous! Plus tard, si elle m’apprend ce qu’elle nous a tu jusqu’ici, vous en serez instruits aussitôt.

— Soit, Harry, répondit l’ingénieur, et cependant ce silence, si Nell sait quelque chose, est vraiment bien inexplicable! »

Et comme Harry allait se récrier:

« Sois tranquille, ajouta l’ingénieur. Nous ne dirons rien à celle qui doit être ta femme.

— Et qui le serait sans plus attendre, si vous le vouliez, mon père!

— Mon garçon, dit Simon Ford, dans un mois, jour pour jour, ton mariage se fera. — vous tiendrez lieu de père à Nell, monsieur James?

— Comptez sur moi, Simon », répondit l’ingénieur.

James Starr et ses deux compagnons revinrent au cottage. Ils ne dirent rien du résultat de leur exploration, et, pour tout le monde de la houillère, l’effondrement des voûtes resta à l’état de simple accident. Il n’y avait qu’un lac de moins en Écosse.

Nell avait peu à peu repris ses occupations habituelles. De cette visite à la surface du comté, elle avait gardé d’impérissables souvenirs qu’Harry utilisait pour son instruction. Mais cette initiation à la vie du dehors ne lui avait laissé aucun regret. Elle aimait, comme avant cette exploration, le sombre domaine où, femme, elle continuerait de demeurer, après y avoir vécu enfant et jeune fille.

Cependant, le mariage prochain de Harry Ford et de Nell avait fait grand bruit dans la Nouvelle-Aberfoyle. Les compliments affluèrent au cottage. Jack Ryan ne fut pas le dernier à y apporter les siens. On le surprenait aussi à étudier au loin ses meilleures chansons pour une fête à laquelle toute la population de Coal-city devait prendre part.

Mais il arriva que, pendant le mois qui précéda le mariage, la Nouvelle-Aberfoyle fut plus éprouvée qu’elle ne l’avait jamais été. On eût dit que l’approche de l’union de Nell et d’Harry provoquait catastrophes sur catastrophes. Les accidents se produisaient principalement dans les travaux du fond, sans que la véritable cause pût en être connue.

Ainsi, un incendie dévora le boisage d’une galerie inférieure, et on retrouva la lampe que l’incendiaire avait employée. Harry et ses compagnons durent risquer leur vie pour arrêter ce feu, qui menaçait de détruire le gisement, et ils n’y parvinrent qu’en employant les extincteurs, remplis d’une eau chargée d’acide carbonique, dont la houillère était prudemment pourvue.

Une autre fois, ce fut un éboulement dû à la rupture des étançons d’un puits, et James Starr constata que ces étançons avaient été préalablement attaqués à la scie. Harry, qui surveillait les travaux sur ce point, fut enseveli sous les décombres et n’échappa que par miracle à la mort.

Quelques jours après, sur le tramway à traction mécanique, le train de wagonnets sur lequel Harry était monté, tamponna un obstacle et fut culbuté. On reconnut ensuite qu’une poutre avait été placée en travers de la voie.

Bref, ces faits se multiplièrent tellement, qu’une sorte de panique se déclara parmi les mineurs. Il ne fallait rien de moins que la présence de leurs chefs pour les retenir sur les travaux.

« Mais ils sont donc toute une bande, ces malfaiteurs! répétait Simon Ford, et nous ne pouvons mettre la main sur un seul! »

On recommença les recherches. La police du comté se tint sur pied nuit et jour, mais elle ne put rien découvrir. James Starr défendit à Harry, que cette malveillance semblait viser plus directement, de s’aventurer jamais seul hors du centre des travaux.

On en agit de même à l’égard de Nell, à laquelle, sur les instances de Harry, on cachait, néanmoins, toutes ces tentatives criminelles, qui pouvaient lui rappeler le souvenir du passé. Simon Ford et Madge la gardaient jour et nuit avec une sorte de sévérité, ou plutôt de sollicitude farouche. La pauvre enfant s’en rendait compte, mais pas une remarque, pas une plainte ne lui échappa. Se disait-elle que si l’on en agissait ainsi, c’était dans son intérêt? Oui, probablement. Toutefois, elle aussi, à sa façon, semblait veiller sur les autres, et ne se montrait tranquille, que lorsque tous ceux qu’elle aimait étaient réunis au cottage. Le soir, quand Harry rentrait, elle ne pouvait retenir un mouvement de joie folle, peu compatible avec sa nature, d’ordinaire plus réservée qu’expansive. La nuit une fois passée, elle était debout, avant tous les autres. Son inquiétude la reprenait dès le matin, à l’heure de la sortie pour les travaux du fond.

Harry aurait voulu, pour lui rendre le repos, que leur mariage fût un fait accompli, Il lui semblait que, devant cet acte irrévocable, la malveillance, devenue inutile, désarmerait, et que Nell ne se sentirait en sûreté que lorsqu’elle serait sa femme. Cette impatience était d’ailleurs partagée par James Starr aussi bien que par Simon Ford et Madge. Chacun comptait les jours.

La vérité est que chacun était sous le coup des plus sinistres pressentiments. Cet ennemi caché, qu’on ne savait où prendre et comment combattre, on se disait tout bas que rien de ce qui concernait Nell ne lui était sans doute indifférent. Cet acte solennel du mariage d’Harry et de la jeune fille pouvait donc être l’occasion de quelque machination nouvelle de sa haine.

Un matin, huit jours avant l’époque convenue pour la cérémonie, Nell, poussée sans doute par quelque sinistre pressentiment, était parvenue à sortir la première du cottage, dont elle voulait observer les abords.

Arrivée au seuil, un cri d’indicible angoisse s’échappa de sa bouche.

Ce cri retentit dans toute l’habitation, et attira en un instant Madge, Simon et Harry près de la jeune fille.

Nell était pâle comme la mort, le visage bouleversé, les traits empreints d’une épouvante inexprimable. Hors d’état de parler, son regard était fixé sur la porte du cottage, qu’elle venait d’ouvrir. Sa main crispée y désignait ces lignes, qui avaient été tracées pendant la nuit et dont la vue la terrifiait:

« Simon Ford, tu m’as volé le dernier filon de nos vieilles houillères! Harry, ton fils, m’a volé Nell! Malheur à vous! malheur à tous! malheur à la Nouvelle-Aberfoyle! »

« SILFAX. »

« Silfax! s’écrièrent à la fois Simon Ford et Madge.

— Quel est cet homme? demanda Harry, dont le regard se portait alternativement de son père à la jeune fille.

— Silfax! répétait Nell avec désespoir, Silfax! »

Et tout son être frémissait en murmurant ce nom, pendant que Madge, s’emparant d’elle, la reconduisait presque de force à sa chambre.

James Starr était accouru. Après avoir lu et relu la phrase menaçante:

« La main qui a tracé ces lignes, dit-il, est celle qui m’avait écrit la lettre contradictoire de la vôtre, Simon! Cet homme se nomme Silfax! Je vois à votre trouble que vous le connaissez! Quel est ce Silfax? »

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52in/chapter19.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24