L'Île Mystérieuse, by Jules Verne

Chapitre II

Le 29 octobre, le canot d’écorce était entièrement achevé. Pencroff avait tenu sa promesse, et une sorte de pirogue, dont la coque était membrée au moyen de baguettes flexibles de crejimba, avait été construite en cinq jours. Un banc à l’arrière, un second banc au milieu, pour maintenir l’écartement, un troisième banc à l’avant, un plat-bord pour soutenir les tolets de deux avirons, une godille pour gouverner, complétaient cette embarcation, longue de douze pieds, et qui ne pesait pas deux cents livres. Quant à l’opération du lancement, elle fut extrêmement simple. La légère pirogue fut portée sur le sable, à la lisière du littoral, devant Granite–House, et le flot montant la souleva.

Pencroff, qui sauta aussitôt dedans, la manoeuvra à la godille, et put constater qu’elle était très convenable pour l’usage qu’on en voulait faire.

«Hurrah! s’écria le marin, qui ne dédaigna pas de célébrer ainsi son propre triomphe. Avec cela, on ferait le tour . . .

— Du monde? demanda Gédéon Spilett.

— Non, de l’île. Quelques cailloux pour lest, un mât sur l’avant, et un bout de voile que M Smith nous fabriquera un jour, et on ira loin! Eh bien! Monsieur Cyrus, et vous, Monsieur Spilett, et vous, Harbert, et toi, Nab, est-ce que vous ne venez pas essayer notre nouveau bâtiment? Que diable! Il faut pourtant voir s’il peut nous porter tous les cinq!»

En effet, c’était une expérience à faire. Pencroff, d’un coup de godille, ramena l’embarcation près de la grève par un étroit passage que les roches laissaient entre elles, et il fut convenu qu’on ferait, ce jour même, l’essai de la pirogue, en suivant le rivage jusqu’à la première pointe où finissaient les rochers du sud. Au moment d’embarquer, Nab s’écria:

«Mais il fait pas mal d’eau, ton bâtiment, Pencroff!

— Ce n’est rien, Nab, répondit le marin. Il faut que le bois s’étanche! Dans deux jours il n’y paraîtra plus, et notre pirogue n’aura pas plus d’eau dans le ventre qu’il n’y en a dans l’estomac d’un ivrogne. Embarquez!»

On s’embarqua donc, et Pencroff poussa au large.

Le temps était magnifique, la mer calme comme si ses eaux eussent été contenues dans les rives étroites d’un lac, et la pirogue pouvait l’affronter avec autant de sécurité que si elle eût remonté le tranquille courant de la Mercy. Des deux avirons, Nab prit l’un, Harbert l’autre, et Pencroff resta à l’arrière de l’embarcation, afin de la diriger à la godille.

Le marin traversa d’abord le canal et alla raser la pointe sud de l’îlot. Une légère brise soufflait du sud. Point de houle, ni dans le canal, ni au large. Quelques longues ondulations que la pirogue sentait à peine, car elle était lourdement chargée, gonflaient régulièrement la surface de la mer. On s’éloigna environ d’un demi-mille de la côte, de manière à apercevoir tout le développement du mont Franklin.

Puis, Pencroff, virant de bord, revint vers l’embouchure de la rivière. La pirogue suivit alors le rivage, qui, s’arrondissant jusqu’à la pointe extrême, cachait toute la plaine marécageuse des Tadornes.

Cette pointe, dont la distance se trouvait accrue par la courbure de la côte, était environ à trois milles de la Mercy. Les colons résolurent d’aller à son extrémité et de ne la dépasser que du peu qu’il faudrait pour prendre un aperçu rapide de la côte jusqu’au cap Griffe.

Le canot suivit donc le littoral à une distance de deux encablures au plus, en évitant les écueils dont ces atterrages étaient semés et que la marée montante commençait à couvrir. La muraille allait en s’abaissant depuis l’embouchure de la rivière jusqu’à la pointe. C’était un amoncellement de granits, capricieusement distribués, très différents de la courtine, qui formaient le plateau de Grande-vue, et d’un aspect extrêmement sauvage.

On eût dit qu’un énorme tombereau de roches avait été vidé là. Point de végétation sur ce saillant très aigu qui se prolongeait à deux milles en avant de la forêt, et cette pointe figurait assez bien le bras d’un géant qui serait sorti d’une manche de verdure.

Le canot, poussé par les deux avirons, avançait sans peine. Gédéon Spilett, le crayon d’une main, le carnet de l’autre, dessinait la côte à grands traits.

Nab, Pencroff et Harbert causaient en examinant cette partie de leur domaine, nouvelle à leurs yeux, et, à mesure que la pirogue descendait vers le sud, les deux caps Mandibule paraissaient se déplacer et fermer plus étroitement la baie de l’Union.

Quant à Cyrus Smith, il ne parlait pas, il regardait, et, à la défiance qu’exprimait son regard, il semblait toujours qu’il observât quelque contrée étrange.

Cependant, après trois quarts d’heure de navigation, la pirogue était arrivée presque à l’extrémité de la pointe, et Pencroff se préparait à la doubler, quand Harbert, se levant, montra une tache noire, en disant:

«Qu’est-ce que je vois donc là-bas sur la grève?»

Tous les regards se portèrent vers le point indiqué.

«En effet, dit le reporter, il y a quelque chose. On dirait une épave à demi enfoncée dans le sable.

— Ah! s’écria Pencroff, je vois ce que c’est!

— Quoi donc? demanda Nab.

— Des barils, des barils, qui peuvent être pleins! répondit le marin.

— Au rivage, Pencroff!» dit Cyrus Smith.

En quelques coups d’aviron, la pirogue atterrissait au fond d’une petite anse, et ses passagers sautaient sur la grève.

Pencroff ne s’était pas trompé. Deux barils étaient là, à demi enfoncés dans le sable, mais encore solidement attachés à une large caisse qui, soutenue par eux, avait ainsi flotté jusqu’au moment où elle était venue s’échouer sur le rivage.

«Il y a donc eu un naufrage dans les parages de l’île? demanda Harbert.

— Évidemment, répondit Gédéon Spilett.

— Mais qu’y a-t-il dans cette caisse? s’écria Pencroff avec une impatience bien naturelle. Qu’y a-t-il dans cette caisse? Elle est fermée, et rien pour en briser le couvercle! Eh bien, à coups de pierre alors . . . »

Et le marin, soulevant un bloc pesant, allait enfoncer une des parois de la caisse, quand l’ingénieur, l’arrêtant:

«Pencroff, lui dit-il, pouvez-vous modérer votre impatience pendant une heure seulement?

— Mais, Monsieur Cyrus, songez donc! Il y a peut-être là-dedans tout ce qui nous manque!

— Nous le saurons, Pencroff, répondit l’ingénieur, mais croyez-moi, ne brisez pas cette caisse, qui peut nous être utile. Transportons-la à Granite–House, où nous l’ouvrirons plus facilement et sans la briser. Elle est toute préparée pour le voyage, et, puisqu’elle a flotté jusqu’ici, elle flottera bien encore jusqu’à l’embouchure de la rivière.

— Vous avez raison, Monsieur Cyrus, et j’avais tort, répondit le marin, mais on n’est pas toujours maître de soi!»

L’avis de l’ingénieur était sage. En effet, la pirogue n’aurait pu contenir les objets probablement renfermés dans cette caisse, qui devait être pesante, puisqu’il avait fallu la «soulager» au moyen de deux barils vides. Donc, mieux valait la remorquer ainsi jusqu’au rivage de Granite–House.

Et maintenant, d’où venait cette épave? C’était là une importante question. Cyrus Smith et ses compagnons regardèrent attentivement autour d’eux et parcoururent le rivage sur un espace de plusieurs centaines de pas. Nul autre débris ne leur apparut.

La mer fut observée également. Harbert et Nab montèrent sur un roc élevé, mais l’horizon était désert. Rien en vue, ni un bâtiment désemparé, ni un navire à la voile.

Cependant, il y avait eu naufrage, ce n’était pas douteux. Peut-être même cet incident se rattachait-il à l’incident du grain de plomb? Peut-être des étrangers avaient-ils atterri sur un autre point de l’île? Peut-être y étaient-ils encore? Mais la réflexion que firent naturellement les colons, c’est que ces étrangers ne pouvaient être des pirates malais, car l’épave avait évidemment une provenance soit américaine, soit européenne.

Tous revinrent auprès de la caisse, qui mesurait cinq pieds de long sur trois de large. Elle était en bois de chêne, très soigneusement fermée, et recouverte d’une peau épaisse que maintenaient des clous de cuivre. Les deux grosses barriques, hermétiquement bouchées, mais qu’on sentait vides au choc, adhéraient à ses flancs au moyen de fortes cordes, nouées de noeuds que Pencroff reconnut aisément pour des «noeuds marins.» Elle paraissait être dans un parfait état de conservation, ce qui s’expliquait par ce fait, qu’elle s’était échouée sur une grève de sable et non sur des récifs. On pouvait même affirmer, en l’examinant bien, que son séjour dans la mer n’avait pas été long, et aussi que son arrivée sur ce rivage était récente. L’eau ne semblait point avoir pénétré au dedans, et les objets qu’elle contenait devaient être intacts.

Il était évident que cette caisse avait été jetée par-dessus le bord d’un navire désemparé, courant vers l’île, et que, dans l’espérance qu’elle arriverait à la côte, où ils la retrouveraient plus tard, des passagers avaient pris la précaution de l’alléger au moyen d’un appareil flottant.

«Nous allons remorquer cette épave jusqu’à Granite–House, dit l’ingénieur, et nous en ferons l’inventaire; puis, si nous découvrons sur l’île quelques survivants de ce naufrage présumé, nous la remettrons à ceux auxquels elle appartient. Si nous ne retrouvons personne . . .

— Nous la garderons pour nous! s’écria Pencroff. Mais, pour dieu, qu’est-ce qu’il peut bien y avoir là dedans!»

La marée commençait déjà à atteindre l’épave, qui devait évidemment flotter au plein de la mer. Une des cordes qui attachaient les barils fut en partie déroulée et servit d’amarre pour lier l’appareil flottant au canot. Puis, Pencroff et Nab creusèrent le sable avec leurs avirons, afin de faciliter le déplacement de la caisse, et bientôt l’embarcation, remorquant la caisse, commença à doubler la pointe, à laquelle fut donné le nom de pointe de l’épave (flotson-point). La remorque était lourde, et les barils suffisaient à peine à soutenir la caisse hors de l’eau. Aussi le marin craignait-il à chaque instant qu’elle ne se détachât et ne coulât par le fond. Mais, heureusement, ses craintes ne se réalisèrent pas, et une heure et demie après son départ-il avait fallut tout ce temps pour franchir cette distance de trois milles-la pirogue accostait le rivage devant Granite–House.

Canot et épave furent alors halés sur le sable, et, comme la mer se retirait déjà, ils ne tardèrent pas à demeurer à sec. Nab avait été prendre des outils pour forcer la caisse, de manière à ne la détériorer que le moins possible, et on procéda à son inventaire.

Pencroff ne chercha point à cacher qu’il était extrêmement ému.

Le marin commença par détacher les deux barils, qui, étant en fort bon état, pourraient être utilisés, cela va sans dire. Puis, les serrures furent forcées au moyen d’une pince, et le couvercle se rabattit aussitôt. Une seconde enveloppe en zinc doublait l’intérieur de la caisse, qui avait été évidemment disposée pour que les objets qu’elle renfermait fussent, en toutes circonstances, à l’abri de l’humidité.

«Ah! s’écria Nab, est-ce que ce seraient des conserves qu’il y a là dedans!

— J’espère bien que non, répondit le reporter.

— Si seulement il y avait . . . dit le marin à mi-voix.

— Quoi donc? Lui demanda Nab, qui l’entendit.

— Rien!»

La chape de zinc fut fendue dans toute sa largeur, puis rabattue sur les côtés de la caisse, et, peu à peu, divers objets de nature très différente furent extraits et déposés sur le sable. À chaque nouvel objet, Pencroff poussait de nouveaux hurrahs, Harbert battait des mains, et Nab dansait . . . comme un nègre. Il y avait là des livres qui auraient rendu Harbert fou de joie, et des ustensiles de cuisine que Nab eût couverts de baisers!

Du reste, les colons eurent lieu d’être extrêmement satisfaits, car cette caisse contenait des outils, des armes, des instruments, des vêtements, des livres, et en voici la nomenclature exacte, telle qu’elle fut portée sur le carnet de Gédéon Spilett:

Outils: 3 couteaux à plusieurs lames. 2 haches de bûcheron. 2 haches de charpentier. Outils: 3 rabots. 2 herminettes. 1 besaiguë. 6 ciseaux à froid. 2 limes. 3 marteaux. 3 vrilles. 2 tarières. 10 sacs de clous et de vis. 3 scies de diverses grandeurs. Outils: 2 boîtes d’aiguilles. Armes: 2 fusils à pierre. 2 fusils à capsule. 2 carabines à inflammation centrale. 5 coutelas. 4 sabres d’abordage. 2 barils de poudre pouvant contenir chacun vingt-cinq livres. 12 boîtes d’amorces fulminantes. Instruments: 1 sextant 1 jumelle. Instruments: 1 longue-vue. 1 boîte de compas. 1 boussole de poche. 1 thermomètre de fahrenheit 1 baromètre anéroïde. 1 boîte renfermant tout un appareil photographique, objectif, plaques, produits chimiques, etc. Vêtements: 2 douzaines de chemises d’un tissu particulier qui ressemblait à de la laine, mais dont l’origine était évidemment végétale. 3 douzaines de bas de même tissu. Ustensiles: 1 coquemar en fer. 6 casseroles de cuivre étamé. 3 plats de fer. 10 couverts d’aluminium. 2 bouilloires. 1 petit fourneau portatif. 6 couteaux de table. Livres: 1 bible contenant l’ancien et le nouveau testament. 1 atlas. 1 dictionnaire des divers idiomes polynésiens. 1 dictionnaire des sciences naturelles, en six volumes. 3 rames de papier blanc. 2 registres à pages blanches.

«Il faut avouer, dit le reporter, après que l’inventaire eut été achevé, que le propriétaire de cette caisse était un homme pratique! Outils, armes, instruments, habits, ustensiles, livres, rien n’y manque! On dirait vraiment qu’il s’attendait à faire naufrage et qu’il s’y était préparé d’avance!

— Rien n’y manque, en effet, murmura Cyrus Smith d’un air pensif.

— Et à coup sûr, ajouta Harbert, le bâtiment qui portait cette caisse et son propriétaire n’était pas un pirate malais!

— À moins, dit Pencroff, que ce propriétaire n’eût été fait prisonnier par des pirates . . .

— Ce n’est pas admissible, répondit le reporter. Il est plus probable qu’un bâtiment américain ou européen a été entraîné dans ces parages, et que des passagers, voulant sauver, au moins, le nécessaire, ont préparé ainsi cette caisse et l’ont jetée à la mer.

— Est-ce votre avis, Monsieur Cyrus? demanda Harbert.

— Oui, mon enfant, répondit l’ingénieur, cela a pu se passer ainsi. Il est possible qu’au moment, ou en prévision d’un naufrage, on ait réuni dans cette caisse divers objets de première utilité, pour les retrouver en quelque point de la côte . . .

— Même la boîte à photographie! fit observer le marin d’un air assez incrédule.

— Quant à cet appareil, répondit Cyrus Smith, je n’en comprends pas bien l’utilité, et mieux eût valu pour nous, comme pour tous autres naufragés, un assortiment de vêtements plus complet ou des munitions plus abondantes!

— Mais n’y a-t-il sur ces instruments, sur ces outils, sur ces livres, aucune marque, aucune adresse, qui puisse nous en faire reconnaître la provenance?» demanda Gédéon Spilett.

C’était à voir. Chaque objet fut donc attentivement examiné, principalement les livres, les instruments et les armes. Ni les armes, ni les instruments, contrairement à ce qui se fait d’habitude, ne portaient la marque du fabricant; ils étaient, d’ailleurs, en parfait état et ne semblaient pas avoir servi. Même particularité pour les outils et les ustensiles; tout était neuf, ce qui prouvait, en somme, que l’on n’avait pas pris ces objets, au hasard, pour les jeter dans cette caisse, mais, au contraire, que le choix de ces objets avait été médité et leur classement fait avec soin. C’était aussi ce qu’indiquait cette seconde enveloppe de métal qui les avait préservés de toute humidité et qui n’aurait pu être soudée dans un moment de hâte.

Quant aux dictionnaires des sciences naturelles et des idiomes polynésiens, tous deux étaient anglais, mais ils ne portaient aucun nom d’éditeur, ni aucune date de publication. De même pour la bible, imprimée en langue anglaise, inquarto remarquable au point de vue typographique, et qui paraissait avoir été souvent feuilleté.

Quant à l’atlas, c’était un magnifique ouvrage, comprenant les cartes du monde entier et plusieurs planisphères dressés suivant la projection de Mercator, et dont la nomenclature était en français, — mais qui ne portait non plus ni date de publication, ni nom d’éditeur.

Il n’y avait donc, sur ces divers objets, aucun indice qui pût en indiquer la provenance, et rien, par conséquent, de nature à faire soupçonner la nationalité du navire qui avait dû récemment passer sur ces parages. Mais d’où que vînt cette caisse, elle faisait riches les colons de l’île Lincoln.

Jusqu’alors, en transformant les produits de la nature, ils avaient tout créé par eux-mêmes, et grâce à leur intelligence, ils s’étaient tirés d’affaire.

Mais ne semblait-il pas que la providence eût voulu les récompenser, en leur envoyant alors ces divers produits de l’industrie humaine? Leurs remerciements s’élevèrent donc unanimement vers le ciel.

Toutefois, l’un d’eux n’était pas absolument satisfait.

C’était Pencroff. Il paraît que la caisse ne renfermait pas une chose à laquelle il semblait tenir énormément, et, à mesure que les objets en étaient retirés, ses hurrahs diminuaient d’intensité, et, l’inventaire fini, on l’entendit murmurer ces paroles:

«Tout cela, c’est bel et bon, mais vous verrez qu’il n’y aura rien pour moi dans cette boîte!»

Ce qui amena Nab à lui dire:

«Ah çà! Ami Pencroff, qu’attendais-tu donc?

— Une demi-livre de tabac! répondit sérieusement Pencroff, et rien n’aurait manqué à mon bonheur!»

On ne put s’empêcher de rire à l’observation du marin.

Mais il résultait de cette découverte de l’épave que, maintenant et plus que jamais, il était nécessaire de faire une exploration sérieuse de l’île. Il fut donc convenu que le lendemain, dès le point du jour, on se mettrait en route, en remontant la Mercy, de manière à atteindre la côte occidentale.

Si quelques naufragés avaient débarqué sur un point de cette côte, il était à craindre qu’ils fussent sans ressource, et il fallait leur porter secours sans tarder.

Pendant cette journée, les divers objets furent transportés à Granite–House et disposés méthodiquement dans la grande salle.

Ce jour-là — 29 octobre — était précisément un dimanche, et, avant de se coucher, Harbert demanda à l’ingénieur s’il ne voudrait pas leur lire quelque passage de l’évangile.

«Volontiers», répondit Cyrus Smith.

Il prit le livre sacré, et allait l’ouvrir, quand Pencroff, l’arrêtant, lui dit:

«Monsieur Cyrus, je suis superstitieux. Ouvrez au hasard, et lisez-nous le premier verset qui tombera sous vos yeux. Nous verrons s’il s’applique à notre situation.»

Cyrus Smith sourit à la réflexion du marin, et, se rendant à son désir, il ouvrit l’évangile précisément à un endroit où un signet en séparait les pages.

Soudain, ses regards furent arrêtés par une croix rouge, qui, faite au crayon, était placée devant le verset 8 du chapitre VII de l’évangile de saint Mathieu.

Et il lut ce verset, ainsi conçu: Quiconque demande reçoit, et qui cherche trouve.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/v52il/chapter24.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24