Ile a helice, by Jules Verne

V— Standard–Island et Milliard–City

À cette époque, on attendait encore qu’un audacieux statisticien, doublé d’un géographe, eût donné le chiffre exact des îles répandues à la surface du globe. Ce chiffre, il n’est pas téméraire d’admettre qu’il s’élève à plusieurs milliers. Parmi ces îles, ne s’en trouvait-il donc pas une seule qui répondit au desideratum des fondateurs de Standard–Island et aux exigences de ses futurs habitants? Non! pas une seule. De là cette idée «américamécaniquement» pratique de créer de toutes pièces une île artificielle, qui serait le dernier mot de l’industrie métallurgique moderne.

Standard–Island, — qu’on peut traduire par «l’île-type», est une île à hélice. Milliard–City est sa capitale. Pourquoi ce nom? Évidemment parce que cette capitale est la ville des milliardaires, une cité gouldienne, vanderbiltienne et rotchschildienne. Mais, objectera-t-on, le mot milliard n’existe pas dans la langue anglaise . . . Les Anglo–Saxons de l’ancien et du nouveau continent ont toujours dit: a thousand millions, mille millions . . . Milliard est un mot français . . . D’accord, et, cependant, depuis quelques années, il est passé dans le langage courant de la Grande–Bretagne et des États-Unis — et c’est à juste titre qu’il fut appliqué à la capitale de Standard–Island.

Une île artificielle, c’est une idée qui n’a rien d’extraordinaire en soi. Avec des masses suffisantes de matériaux immergés dans un fleuve, un lac, une mer, il n’est pas hors du pouvoir des hommes de la fabriquer. Or, cela n’eût pas suffi. Eu égard à sa destination, aux exigences qu’elle devait satisfaire, il fallait que cette île pût se déplacer, et, conséquemment, qu’elle fût flottante. Là était la difficulté, mais non supérieure à la production des usines où le fer est travaillé, et grâce à des machines d’une puissance pour ainsi dire infinie.

Déjà, à la fin du XIXe siècle, avec leur instinct du big, leur admiration pour ce qui est «énorme», les Américains avaient formé le projet d’installer à quelques centaines de lieues au large un radeau gigantesque, mouillé sur ses ancres. C’eût été, sinon une cité, du moins une station de l’Atlantique, avec restaurants, hôtels, cercles, théâtres, etc., où les touristes auraient trouvé tous les agréments des villes d’eaux les plus en vogue. Eh bien, c’est ce projet qui fut réalisé et complété. Toutefois, au lieu du radeau fixe, on créa l’île mouvante.

Six ans avant l’époque où se place le début de cette histoire, une compagnie américaine, sous la raison sociale Standard–Island Company limited, s’était fondée au capital de cinq cents millions de dollars1, divisé en cinq cents parts, pour la fabrication d’une île artificielle qui offrirait aux nababs des États-Unis les divers avantages dont sont privées les régions sédentaires du globe terrestre. Les parts furent rapidement enlevées, tant les immenses fortunes étaient nombreuses alors en Amérique, qu’elles provinssent soit de l’exploitation des chemins de fer, soit des opérations de banque, soit du rendement des sources de pétrole, soit du commerce des porcs salés.

1 Deux milliards 500 millions de francs.

Quatre années furent employées à la construction de cette île, dont il convient d’indiquer les principales dimensions, les aménagements intérieurs, les procédés de locomotion qui lui permettent d’utiliser la plus belle partie de l’immense surface de l’océan Pacifique. Nous donnerons ces dimensions en kilomètres, non en milles, — le système décimal ayant alors triomphé de l’inexplicable répulsion qu’il inspirait jadis à la routine anglo-saxonne.

De ces villages flottants, il en existe en Chine sur le fleuve Yang-tse-Kiang, au Brésil sur le fleuve des Amazones, en Europe sur le Danube. Mais ce ne sont que des constructions éphémères, quelques maisonnettes établies à la surface de longs trains de bois. Arrivé à destination, le train se disloque, les maisonnettes se démontent, le village a vécu.

Or l’île dont il s’agit, c’est tout autre chose: elle devait être lancée sur la mer, elle devait durer . . . ce que peuvent durer les oeuvres sorties de la main de l’homme.

Et, d’ailleurs, qui sait si la terre ne sera pas trop petite un jour pour ses habitants dont le nombre doit atteindre près de six milliards en 2072 — à ce que, d’après Ravenstein, les savants affirment avec une étonnante précision? Et ne faudra-t-il pas bâtir sur la mer, alors que les continents seront encombrés? . . .

Standard–Island est une île en acier, et la résistance de sa coque a été calculée pour l’énormité du poids qu’elle est appelée à supporter. Elle est composée de deux cent soixante-dix mille caissons, ayant chacun seize mètres soixante-six de haut sur dix de long et dix de large. Leur surface horizontale représente donc un carré de dix mètres de côté, soit cent mètres de superficie. Tous ces caissons, boulonnés et rivés ensemble, assignent à l’île environ vingt-sept millions de mètres carrés, ou vingt-sept kilomètres superficiels. Dans la forme ovale que les constructeurs lui ont donnée, elle mesure sept kilomètres de longueur sur cinq kilomètres de largeur, et son pourtour est de dix-huit kilomètres en chiffres ronds2.

2 L’enceinte fortifiée de Paris mesure trente-neuf kilomètres, et compte vingt-trois kilomètres à son ancien mur d’octroi.

La partie immergée de cette coque est de trente pieds, la partie émergeante de vingt pieds. Cela revient à dire que Standard–Island tire dix mètres d’eau à pleine charge. Il en résulte que son volume se chiffre par quatre cent trente-deux millions de mètres cubes, et son déplacement, soit les trois cinquièmes du volume, par deux cent cinquante-neuf millions de mètres cubes.

Toute la partie des caissons immergée a été recouverte d’une préparation si longtemps introuvable — elle a fait un milliardaire de son inventeur, — qui empêche les gravans et autres coquillages de s’attacher aux parois en contact avec l’eau de mer.

Le sous-sol de la nouvelle île ne craint ni les déformations, ni les ruptures, tant les tôles d’acier de sa coque sont, puissamment maintenues par des entretoises, tant le rivetage et le boulonnage ont été faits sur place avec solidité.

Il fallait créer des chantiers spéciaux pour la fabrication de ce gigantesque appareil maritime. C’est ce que fit la Standard–Island Company, après avoir acquis la baie Madeleine et son littoral, à l’extrémité de cette longue presqu’île de la Vieille–Californie, presque à la limite du tropique du Cancer. C’est dans cette baie que s’exécuta ce travail, sous la direction des ingénieurs de la Standard–Island Company, ayant pour chef le célèbre William Tersen, mort quelques mois après l’achèvement de l’oeuvre, comme Brunnel lors de l’infructueux lancement de son Great–Eastern. Et cette Standard–Island, est-ce donc autre chose qu’un Great–Eastern modernisé, et sur un gabarit des milliers de fois plus considérable?

On le comprend, il ne pouvait être question de lancer l’île à la surface de l’Océan. Aussi l’a-t-on fabriquée par morceaux, par compartiments juxtaposés sur les eaux de la baie Madeleine. Cette portion du rivage américain est devenue le port de relâche de l’île mouvante, qui vient s’y encastrer, lorsque des réparations sont nécessaires.

La carcasse de l’île, sa coque si l’on veut, formée de ces deux cent soixante-dix mille compartiments, a été, sauf dans la partie réservée à la ville centrale, où ladite coque est extraordinairement renforcée, recouverte d’une épaisseur de terre végétale. Cet humus suffît aux besoins d’une végétation restreinte à des pelouses, à des corbeilles de fleurs et d’arbustes, à des bouquets d’arbres, à des prairies, à des champs de légumes. Il eût paru peu pratique de demander à ce sol factice de produire des céréales et de pourvoir à l’entretien des bestiaux de boucherie, qui sont d’ailleurs l’objet d’une importation régulière. Mais il y eut lieu de créer les installations nécessaires, afin que le lait et le produit des basses-cours ne dépendissent pas de ces importations.

Les trois quarts du sol de Standard–Island sont affectés à la végétation, soit vingt et un kilomètres carrés environ, où les gazons du parc offrent une verdure permanente, où les champs, livrés à la culture intensive, abondent en légumes et en fruits, où les prairies artificielles servent de pâtures à quelques troupeaux. Là, d’ailleurs, l’électroculture est largement employée, c’est-à-dire l’influence de courants continus, qui se manifeste par une accélération extraordinaire et la production de légumes de dimensions invraisemblables, tels des radis de quarante-cinq centimètres, et des carottes de trois kilos. Jardins, potagers, vergers, peuvent rivaliser avec les plus beaux de la Virginie ou de la Louisiane. Il convient de ne point s’en étonner: on ne regarde pas à la dépense dans cette île, si justement nommée «le Joyau du Pacifique».

Sa capitale, Milliard–City, occupe environ le cinquième qui lui a été réservé sur les vingt-sept kilomètres carrés, soit à peu près cinq kilomètres superficiels ou cinq cents hectares, avec une circonférence de neuf kilomètres. Ceux de nos lecteurs qui ont bien voulu accompagner Sébastien Zorn et ses camarades pendant leur excursion, la connaissent assez pour ne point s’y perdre. D’ailleurs, on ne s’égare pas dans les villes américaines, lorsqu’elles ont à la fois le bonheur et le malheur d’être modernes, — bonheur pour la simplicité des communications urbaines, malheur pour le côté artiste et fantaisiste, qui leur fait absolument défaut. On sait que Milliard–City, de forme ovale, est divisée en deux sections, séparées par une artère centrale, la Unième Avenue, longue d’un peu plus de trois kilomètres. L’observatoire, qui s’élève à l’une de ses extrémités, a comme pendant l’hôtel de ville, dont l’importante masse se détache à l’opposé. Là sont centralisés tous les services publics de l’état civil, des eaux et de la voirie, des plantations et promenades, de la police municipale, de la douane, des halles et marchés, des inhumations, des hospices, des diverses écoles, des cultes et des arts.

Et, maintenant, quelle est la population contenue dans cette circonférence de dix-huit kilomètres?

La terre, parait-il, compte actuellement douze villes, — dont quatre en Chine, — qui possèdent plus d’un million d’habitants. Eh bien, l’île à hélice n’en a que dix mille environ, — rien que des natifs des États-Unis. On n’a pas voulu que des discussions internationales pussent jamais surgir entre ces citoyens, qui venaient chercher sur cet appareil de fabrication si moderne le repos et la tranquillité. C’est assez, c’est trop même qu’ils ne soient pas, au point de vue de la religion, rangés sous la même bannière. Mais il eût été difficile de réserver aux Yankees du Nord, qui sont les Bâbordais de Standard–Island, ou inversement, aux Américains du Sud, qui en sont les Tribordais, le droit exclusif de fixer leur résidence en cette île. D’ailleurs, les intérêts de la Standard–Island Company en eussent trop souffert.

Lorsque ce sol métallique est établi, lorsque la partie réservée à la ville est disposée pour être bâtie, lorsque le plan des rues et des avenues est adopté, les constructions commencent à s’élever, hôtels superbes, habitations plus simples, maisons destinées au commerce de détail, édifices publics, églises et temples, mais point de ces demeures à vingt-sept étages, ces sky-scrapers, c’est-à-dire «grattoirs de nuages», que l’on voit à Chicago. Les matériaux en sont à la fois légers et résistants. Le métal inoxydable qui domine dans ces constructions, c’est l’aluminium, sept fois moins lourd que le fer à volume égal — le métal de l’avenir, comme l’avait nommé Sainte–Claire Deville, et qui se prête à toutes les nécessités d’une édification solide. Puis, on y joint la pierre artificielle, ces cubes de ciment qui s’agencent avec tant de facilités. On fait même usage de ces briques en verre, creusées, soufflées, moulées comme des bouteilles, et réunies par un fin coulis de mortier, briques transparentes, qui, si on le désire, peuvent réaliser l’idéal de la maison de verre. Mais, en réalité, c’est l’armature métallique qui est surtout employée, comme elle l’est actuellement dans les divers échantillons de l’architecture navale. Et Standard–Island, qu’est-ce autre chose qu’un immense navire?

Ces diverses propriétés appartiennent à la Standard–Island Company. Ceux qui les habitent n’en sont que les locataires, quelle que soit l’importance de leur fortune. En outre, on a pris soin d’y prévoir toutes les exigences en fait de confort et d’appropriation, réclamées par ces Américains invraisemblablement riches, auprès desquels les souverains de l’Europe ou les nababs de l’Inde ne peuvent faire que médiocre figure.

En effet, si la statistique établit que la valeur du stock de l’or accumulé dans le monde entier est de dix-huit milliards, et celui de l’argent de vingt milliards, qu’on veuille bien se dire que les habitants de ce Joyau du Pacifique en possèdent leur bonne part.

Au surplus, dès le début, l’affaire s’est bien présentée du côté financier. Hôtels et habitations se sont loués à des prix fabuleux. Certains de ces loyers dépassent plusieurs millions, et nombre de familles ont pu, sans se gêner, dépenser pareilles sommes à leur location annuelle. D’où un revenu pour la Compagnie, rien que de ce chef. Avouez que la capitale de Standard–Island justifie le nom qu’elle porte dans la nomenclature géographique.

Ces opulentes familles mises à part, on en cite quelques centaines dont le loyer va de cent à deux cent mille francs, et qui se contentent de cette situation modeste. Le surplus de la population comprend les professeurs, les fournisseurs, les employés, les domestiques, les étrangers dont le flottement n’est pas considérable, et qui ne seraient point autorisés à se fixer à Milliard–City ni dans l’île. D’avocats, il y en a très peu, ce qui rend les procès assez rares; de médecins, encore moins, ce qui a fait tomber la mortalité à un chiffre dérisoire. D’ailleurs, chaque habitant connaît exactement sa constitution, sa force musculaire mesurée au dynamomètre, sa capacité pulmonaire mesurée au spiromètre, sa puissance de contraction du coeur mesurée au sphygmomètre, enfin son degré de force vitale mesurée au magnétomètre. Et puis, dans cette ville, ni bars, ni cafés, ni cabarets, rien qui provoque à l’alcoolisme. Jamais aucun cas de dipsomanie, disons d’ivrognerie pour être compris des gens qui ne savent pas le grec. Qu’on n’oublie pas, en outre, que les services urbains lui distribuent l’énergie électrique, lumière, force mécanique et chauffage, l’air comprimé, l’air raréfié, l’air froid, l’eau sous pression, tout comme les télégrammes pneumatiques et les auditions téléphoniques. Si l’on meurt, en cette île à hélice, méthodiquement soustraite aux intempéries climatériques, à l’abri de toutes les influences microbiennes, c’est qu’il faut bien mourir, mais après que les ressorts de la vie se sont usés jusque dans une vieillesse de centenaires.

Y a-t-il des soldats à Standard–Island? Oui! un corps de cinq cents hommes sous les ordres du colonel Stewart, car il a fallu prévoir que les parages du Pacifique ne sont pas toujours sûrs. Aux approches de certains groupes d’îles, il est prudent de se prémunir contre l’agression des pirates de toute espèce. Que cette milice ait une haute paie, que chaque homme y touche un traitement supérieur à celui des généraux en chef de la vieille Europe, cela n’est point pour surprendre. Le recrutement de ces soldats, logés, nourris, habillés aux frais de l’administration, s’opère dans des conditions excellentes, sous le contrôle de chefs rentés comme des Crésus. On n’a que l’embarras du choix.

Y a-t-il de la police à Standard–Island? Oui, quelques escouades, et elles suffisent à garantir la sécurité d’une ville qui n’a aucun motif d’être troublée. Une autorisation de l’administration municipale est nécessaire pour y résider. Les côtes sont gardées par un corps d’agents de la douane, veillant jour et nuit. On ne peut y débarquer que par les ports. Comment des malfaiteurs s’y introduiraient-ils? Quant à ceux qui, par exception, deviendraient des coquins sur place, ils seraient saisis en un tour de main, condamnés, et comme tels, déportés à l’ouest ou à l’est du Pacifique, sur quelque coin du nouveau ou de l’ancien continent, sans possibilité de jamais revenir à Standard–Island.

Nous avons dit: les ports de Standard–Island. Est-ce donc qu’il en existe plusieurs? Oui, deux, situés chacun à l’extrémité du petit diamètre de l’ovale que l’île affecte dans sa forme générale. L’un est nommé Tribord–Harbour, l’autre Bâbord-Harbour, conformément aux dénominations en usage dans la marine française.

En effet, en aucun cas, il ne faut avoir à craindre que les importations régulières risquent d’être interrompues, et elles ne peuvent l’être, grâce à la création de ces deux ports, d’orientation opposée. Si, par suite du mauvais temps, l’un est inabordable, l’autre est ouvert aux bâtiments, dont le service est ainsi garanti par tous les vents. C’est par Bâbord-Harbour et Tribord–Harbour que s’opère le ravitaillement en diverses marchandises, pétrole apporté par des steamers spéciaux, farines et céréales, vins, bières et autres boissons de l’alimentation moderne, thé, café, chocolat, épiceries, conserves, etc. Là, arrivent aussi les boeufs, les moutons, les porcs des meilleurs marchés de l’Amérique, et qui assurent la consommation de la viande fraîche, enfin tout ce qu’il faut au plus difficile des gourmets en fait d’articles comestibles. Là aussi s’importent les étoffes, la lingerie, les modes, telles que peut l’exiger le dandy le plus raffiné ou la femme la plus élégante. Ces objets, on les achète chez les fournisseurs de Milliard–City, — à quel prix, nous n’osons le dire, de crainte d’exciter l’incrédulité du lecteur.

Cela admis, on se demandera comment le service des steamers s’établit régulièrement entre le littoral américain et une île à hélice qui de sa nature est mouvante, — un jour dans tels parages, un autre à quelque vingt milles de là?

La réponse est très simple. Standard–Island ne va point à l’aventure. Son déplacement se conforme au programme arrêté par l’administration supérieure, sur avis des météorologistes de l’observatoire. C’est une promenade, susceptible cependant de quelques modifications, à travers cette partie du Pacifique, qui contient les plus beaux archipels, et en évitant, autant que possible, ces à-coups de froid et de chaud, cause de tant d’affections pulmonaires. C’est ce qui a permis à Calistus Munbar de répondre au sujet de l’hiver: «Connaissons pas!» Standard–Island n’évolue qu’entre le trente-cinquième parallèle au nord et le trente-cinquième parallèle au sud de l’équateur. Soixante-dix degrés à parcourir, soit environ quatorze cents lieues marines, quel magnifique champ de navigation! Les navires savent donc toujours où trouver le Joyau du Pacifique, puisque son déplacement est réglementé d’avance entre les divers groupes de ces îles délicieuses, qui forment comme autant d’oasis sur le désert de l’immense Océan.

Eh bien, même en pareil cas, les navires ne sont pas réduits à chercher au hasard le gisement de Standard–Island. Et pourtant, la Compagnie n’a point voulu recourir aux vingt-cinq câbles, longs de seize mille milles, que possède l’Eastern Extension Australasia and China Co. Non! L’île à hélice ne veut dépendre de personne. Aussi a-t-il suffi de disposer à la surface de ces mers quelques centaines de bouées qui supportent l’extrémité de câbles électriques reliés avec Madeleine-bay. On accoste ces bouées, on rattache le fil aux appareils de l’observatoire, on lance des dépêches, et les agents de la baie sont toujours informés de la position en longitude et en latitude de Standard–Island. Il en résulte que le service des navires d’approvisionnement se fait avec une régularité railwayenne.

Il est pourtant une importante question qui vaut la peine d’être élucidée.

Et l’eau douce, comment se la procure-t-on pour les multiples besoins de l’île?

L’eau? . . . On la fabrique par distillation dans deux usines spéciales voisines des ports. Des conduites l’amènent aux habitations ou la promènent sous les couches de la campagne. Elle sert ainsi à tous les services domestiques et de voirie, et retombe en pluie bienfaisante sur les champs et les pelouses, qui ne sont plus soumis aux caprices du ciel. Et non seulement cette eau est douce, mais elle est distillée, électrolysée, plus hygiénique que les plus pures sources des deux continents, dont une goutte de la grosseur d’une tête d’épingle peut renfermer quinze milliards de microbes.

Il reste à dire dans quelles conditions s’effectue le déplacement de ce merveilleux appareil. Une grande vitesse ne lui est pas nécessaire, puisque, en six mois, il ne doit pas quitter les parages compris entre les tropiques, d’une part, et entre les cent trentième et cent quatre-vingtième méridiens, de l’autre. Quinze à vingt milles par vingt-quatre heures, Standard–Island n’en demande pas davantage. Or, ce déplacement, il eût été aisé de l’obtenir au moyen d’un touage, en établissant un câble fait de cette plante indienne qu’on nomme bastin, à la fois résistant et léger, qui eût flotté entre deux eaux de manière à ne point se couper aux fonds sous-marins. Ce câble se serait enroulé, aux deux extrémités de l’île, sur des cylindres mus par la vapeur, et Standard–Island se fût touée à l’aller et au retour, comme ces bateaux qui remontent ou descendent certains fleuves. Mais ce câble aurait dû être d’une grosseur énorme pour une pareille masse, et il eût été sujet à nombre d’avaries. C’était la liberté enchaînée, c’était l’obligation de suivre l’imperturbable ligne du touage, et, quand il s’agit de liberté, les citoyens de la libre Amérique sont d’une superbe intransigeance.

À cette époque, très heureusement, les électriciens ont poussé si loin leurs progrès, que l’on a pu tout demander à l’électricité, cette âme de l’Univers. C’est donc à elle qu’est confiée la locomotion de l’île. Deux usines suffisent à faire mouvoir des dynamos d’une puissance pour ainsi dire infinie, fournissant l’énergie électrique à courant continu sous un voltage modéré de deux mille volts. Ces dynamos actionnent un puissant système d’hélices placées à proximité des deux ports. Elles développent chacune cinq millions de chevaux-vapeur, grâce à leurs centaines de chaudières chauffées avec ces briquettes de pétrole, moins encombrantes, moins encrassantes que la houille, et plus riches en calorique. Ces usines sont dirigées par les deux ingénieurs en chef, MM. Watson et Somwah, aidés d’un nombreux personnel de mécaniciens et de chauffeurs, sous le commandement supérieur du commodore Ethel Simcoë. De sa résidence à l’observatoire, le commodore est en communication téléphonique avec les usines, établies, l’une près de Tribord–Harbour, l’autre près de Bâbord-Harbour. C’est par lui que sont envoyés les instructions de marche et de contremarche, suivant l’itinéraire déterminé. C’est de là qu’est parti, dans la nuit du 25 au 26, l’ordre d’appareillage de Standard–Island, qui se trouvait dans le voisinage de la côte californienne au début de sa campagne annuelle.

Ceux de nos lecteurs qui voudront bien, par la pensée, s’y embarquer de confiance, assisteront aux diverses péripéties de ce voyage à la surface du Pacifique, et peut-être n’auront-ils pas lieu de le regretter.

Disons maintenant que la vitesse maximum de Standard–Island, lorsque ses machines développent leurs dix millions de chevaux, peut atteindre huit noeuds à l’heure. Les plus puissantes lames, quand quelque coup de vent les soulève, n’ont pas de prise sur elle. Par sa grandeur, elle échappe aux ondulations de la houle. Le mal de mer n’y est point à craindre. Les premiers jours «à bord», c’est à peine si l’on ressent le léger frémissement que la rotation des hélices imprime à son sous-sol. Terminée en éperons d’une soixantaine de mètres à l’avant et à l’arrière, divisant les eaux sans effort, elle parcourt sans secousses le vaste champ liquide offert à ses excursions.

Il va de soi que l’énergie électrique, fabriquée par les deux usines, reçoit d’autres applications que la locomotion de Standard–Island. C’est elle qui éclaire la campagne, le parc, la cité. C’est elle qui engendre derrière la lentille des phares cette intense source lumineuse, dont les faisceaux, projetés au large, signalent de loin la présence de l’île à hélice et préviennent toute chance de collision. C’est elle qui fournit les divers courants utilisés par les services télégraphiques, téléphotiques, télautographiques, téléphoniques, pour les besoins des maisons particulières et des quartiers du commerce. C’est elle enfin qui alimente ces lunes factices, d’un pouvoir égal chacune à cinq mille bougies, qui peuvent éclairer une surface de cinq cents mètres superficiels.

À cette époque, cet extraordinaire appareil marin en est à sa deuxième campagne à travers le Pacifique. Un mois avant, il avait abandonné Madeleine-bay en remontant vers le trente-cinquième parallèle, afin de reprendre son itinéraire à la hauteur des îles Sandwich. Or, il se trouvait le long de la côte de la Basse–Californie, lorsque Calistus Munbar, ayant appris par les communications téléphoniques que le Quatuor Concertant, après avoir quitté San–Francisco, se dirigeait vers San–Diégo, proposa de s’assurer le concours de ces éminents artistes. On sait de quelle façon il procéda à leur égard, comment il les embarqua sur l’île à hélice, laquelle stationnait alors à quelques encablures du littoral, et comment, grâce à ce tour pendable, la musique de chambre allait charmer les dilettanti de Milliard–City.

Telle est cette neuvième merveille du monde, ce chef-d’oeuvre du génie humain, digne du vingtième siècle, dont deux violons, un alto et un violoncelle sont actuellement les hôtes, et que Standard–Island emporte vers les parages occidentaux de l’Océan Pacifique.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/ile_a_helice/chapter5.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24