Ile a helice, by Jules Verne

X— Passage de la ligne

Depuis le 23 juin, le soleil rétrograde vers l’hémisphère méridional. Il est donc indispensable d’abandonner les zones où la mauvaise saison viendra bientôt exercer ses ravages. Puisque l’astre du jour, dans sa course apparente, se dirige vers la ligne équinoxiale, il convient de la franchir à sa suite. Au delà s’offrent des climats agréables, où, malgré leurs dénominations d’octobre, novembre, décembre, janvier, février, ces mois n’en sont pas moins ceux de la saison chaude. La distance qui sépare l’archipel havaïen des îles Marquises est de trois mille kilomètres environ. Aussi Standard–Island, ayant hâte de la couvrir, se met-elle à son maximum de vitesse.

La Polynésie proprement dite est comprise dans cette spacieuse portion de mer, limitée au nord par l’Équateur, au sud par le tropique du Capricorne. Il y a là, sur cinq millions de kilomètres carrés, onze groupes, se composant de deux cent-vingt îles, soit une surface émergée de dix mille kilomètres, sur laquelle les îlots se comptent par milliers. Ce sont les sommets de ces montagnes sous-marines, dont la chaîne se prolonge du nord-ouest au sud-est jusqu’aux Marquises et à l’île Pitcairn, en projetant des ramifications presque parallèles.

Si, par l’imagination, on se figure ce vaste bassin vidé tout à coup, si le Diable boiteux, délivré par Cléophas, enlevait toutes ces masses liquides comme il faisait des toitures de Madrid, quelle extraordinaire contrée se développerait aux regards! Quelle Suisse, quelle Norvège, quel Tibet, pourraient l’égaler en grandeur? De ces monts sous-marins, volcaniques pour la plupart, quelques-uns, d’origine madréporique, sont formés d’une matière calcaire ou cornée, sécrétée en couches concentriques par les polypes, ces animalcules rayonnés, d’organisation si simple, doués d’une force de production immense. De ces îles, les unes, les plus jeunes, n’ont de manteau végétal qu’à leur cime; les autres, drapées dans leur végétation de la tête aux pieds, sont les plus anciennes, même lorsque leur origine est coralloïde. Il existe donc toute une région montagneuse, enfouie sous les eaux du Pacifique. Standard–Island se promène au-dessus de ses sommets comme ferait un aérostat entre les pointes des Alpes ou de l’Himalaya. Seulement, ce n’est pas l’air, c’est l’eau qui la porte.

Mais, de même qu’il existe de larges déplacements d’ondes atmosphériques à travers l’espace, il se produit des déplacements liquides à la surface de cet océan. Le grand courant va de l’est à l’ouest, et, dans les couches inférieures, se propagent deux contre-courants de juin à octobre, lorsque le soleil se dirige vers le tropique du Cancer. En outre, aux abords de Taïti, on observe quatre espèces de flux, dont le plein n’a pas lieu à la même heure, et qui neutralisent la marée au point de la rendre presque insensible. Quant au climat dont jouissent ces différents archipels, il est essentiellement variable. Les îles montagneuses arrêtent les nuages qui déversent leurs pluies sur elles; les îles basses sont plus sèches, parce que les vapeurs fuient devant les brises régnantes.

Que la bibliothèque du casino n’eût pas possédé les cartes relatives au Pacifique, cela aurait été au moins singulier. Elle en a une collection complète, et Frascolin, le plus sérieux de la troupe, les consulte souvent. Yvernès, lui, préfère s’abandonner aux surprises de la traversée, à l’admiration que lui cause cette île artificielle, et il ne tient point à surcharger son cerveau de notions géographiques. Pinchinat ne songe qu’à prendre les choses par leur côté plaisant ou fantaisiste. Quant à Sébastien Zorn, l’itinéraire lui importe peu, puisqu’il va là où il n’avait jamais eu l’intention d’aller.

Frascolin est donc seul à piocher sa Polynésie, étudiant les groupes principaux qui la composent, les îles Basses, les Marquises, les Pomotou, les îles de la Société, les îles de Cook, les îles Tonga, les îles Samoa, les îles Australes, les Wallis, les Fanning, sans parler des îles isolées, Niue, Tokolau, Phoenix, Manahiki, Pâques, Sala y Gomez, etc. Il n’ignore pas que, dans la plupart de ces archipels, même ceux qui sont soumis à des protectorats, le gouvernement est toujours entre les mains de chefs puissants, dont l’influence n’est jamais discutée, et que les classes pauvres y sont entièrement soumises aux classes riches. Il sait en outre que ces indigènes professent les religions brahmanique, mahométane, protestante, catholique, mais que le catholicisme est prépondérant dans les îles dépendant de la France, — ce qui est dû à la pompe de son culte. Il sait même que la langue indigène, dont l’alphabet est peu compliqué, puisqu’il ne se compose que de treize à dix-sept caractères, est très mélangée d’anglais et sera finalement absorbée par l’anglo-saxon. Il sait enfin que, d’une façon générale, au point de vue ethnique, la population polynésienne tend à décroître, ce qui est regrettable, car le type kanaque, — ce mot signifie homme, — plus blanc sous l’Équateur que dans les groupes éloignés de la ligne équinoxiale, est magnifique, et combien la Polynésie ne perdra-t-elle pas à son absorption par les races étrangères! Oui! il sait cela, et bien d’autres choses qu’il apprend au cours de ses conversations avec le commodore Ethel Simcoë, et, lorsque ses camarades l’interrogent, il n’est pas embarrassé de leur répondre.

Aussi Pinchinat ne l’appelle-t-il plus que le «Larousse des zones tropicales».

Tels sont les principaux groupes entre lesquels Standard–Island doit promener son opulente population. Elle mérite justement le nom d’île heureuse, car tout ce qui peut assurer le bonheur matériel, et, d’une certaine façon, le bonheur moral, y est réglementé. Pourquoi faut-il que cet état de choses risque d’être troublé par des rivalités, des jalousies, des désaccords, par ces questions d’influence ou de préséance qui divisent Milliard–City en deux camps comme elle l’est en deux sections, — le camp Tankerdon et le camp Coverley? Dans tous les cas, pour des artistes, très désintéressés en cette matière, la lutte promet d’être intéressante.

Jem Tankerdon est Yankee des pieds à la tête, personnel et encombrant, large figure, avec la demi-barbe rougeâtre, les cheveux ras, les yeux vifs malgré la soixantaine, l’iris presque jaune comme celui des yeux de chien, la prunelle ardente. Sa taille est haute, son torse est puissant, ses membres sont vigoureux. Il y a en lui du trappeur des Prairies, bien que, en fait de trappes, il n’en ait jamais tendu d’autres que celles par lesquelles il précipitait des millions de porcs dans ses égorgeoirs de Chicago. C’est un homme violent, que sa situation aurait dû rendre plus policé, mais auquel l’éducation première a manqué. Il aime à faire montre de sa fortune, et, il a, comme on dit, «les poches sonores». Et, paraît-il, il ne les trouve pas assez pleines, puisque lui et quelques autres de son bord ont idée de reprendre les affaires . . .

Mrs Tankerdon est une Américaine quelconque, assez bonne femme, très soumise à son mari, excellente mère, douce à ses enfants, prédestinée à élever une nombreuse progéniture, et n’ayant point failli à remplir ses fonctions. Quand on doit partager deux milliards entre des héritiers directs, pourquoi n’en aurait-on pas une douzaine, et elle les a tous bien constitués.

De toute cette smala, l’attention du quatuor ne devait être attirée que sur le fils aîné, destiné à jouer un certain rôle dans cette histoire. Walter Tankerdon, fort élégant de sa personne, d’une intelligence moyenne, de manières et de figure sympathiques, tient plus de Mrs Tankerdon que du chef de la famille. Suffisamment instruit, ayant parcouru l’Amérique et l’Europe, voyageant quelquefois, mais toujours rappelé par ses habitudes et ses goûts à l’existence attrayante de Standard–Island, il est familier avec les exercices de sport, à la tête de toute la jeunesse milliardaise dans les concours de tennis, de polo, de golf et de crocket. Il n’est pas autrement fier de la fortune qu’il aura un jour, et son coeur est bon. Il est vrai, faute de misérables dans l’île, il n’a point l’occasion d’exercer la charité. En somme, il est à désirer que ses frères et soeurs lui ressemblent. Si ceux-là et celles-là ne sont point encore en âge de se marier, lui, qui touche à la trentaine, doit songer au mariage. Y pense-t-il? . . . On le verra bien.

Il existe un contraste frappant entre la famille Tankerdon, la plus importante de la section bâbordaise, et la famille Coverley, la plus considérable de la section tribordaise. Nat Coverley est d’une nature plus fine que son rival. Il se ressent de l’origine française de ses ancêtres. Sa fortune n’est point sortie des entrailles du sol sous forme de nappes pétroliques, ni des entrailles fumantes de la race porcine. Non! Ce sont les affaires industrielles, ce sont les chemins de fer, c’est la banque qui l’ont fait ce qu’il est. Pour lui, il ne songe qu’à jouir en paix de ses richesses et — il ne s’en cache pas, — il s’opposerait à toute tentative de transformer le Joyau du Pacifique en une énorme usine ou une immense maison de commerce. Grand, correct, la tête belle sous ses cheveux grisonnants, il porte toute sa barbe, dont le châtain se mêle de quelques fils argentés. D’un caractère assez froid, de manières distinguées, il occupe le premier rang parmi les notables qui conservent, à Milliard–City, les traditions de la haute société des États-Unis du Sud. Il aime les arts, se connaît en peinture et en musique, parle volontiers la langue française très en usage parmi les Tribordais, se tient au courant de la littérature américaine et européenne, et, quand il y a lieu, mélange ses applaudissements de bravos et de bravas, alors que les rudes types du Far–West et de la Nouvelle–Angleterre se dépensent en hurrahs et en hips.

Mrs Coverley, ayant dix ans de moins que son mari, vient de doubler, sans trop s’en plaindre, le cap de la quarantaine. C’est une femme élégante, distinguée, appartenant à ces familles demi-créoles de la Louisiane d’autrefois, bonne musicienne, bonne pianiste, et il ne faut pas croire qu’un Reyer du XXe siècle ait proscrit le piano de Milliard–City. Dans son hôtel de la Quinzième Avenue, le quatuor a mainte occasion de faire de la musique avec elle, et ne peut que la féliciter de ses talents d’artiste.

Le ciel n’a point béni l’union Coverley autant qu’il a béni l’union Tankerdon. Trois filles sont les seules héritières d’une immense fortune, dont M. Coverley ne se targue pas à l’exemple de son rival. Elles sont fort jolies, et il se trouvera assez de prétendants, dans la noblesse ou dans la finance des deux mondes, pour demander leur main, lorsque le moment sera venu de les marier. En Amérique, d’ailleurs, ces dots invraisemblables ne sont pas rares. Il y a quelques années, ne citait-on pas cette petite miss Terry, qui, dès l’âge de deux ans, était recherchée pour ses sept cent cinquante millions? Espérons que cette enfant s’est mariée à son goût, et qu’à cet avantage d’être l’une des plus riches femmes des États-Unis, elle joint celui d’en être l’une des plus heureuses.

La fille aînée de M. et Mrs Coverley, Diane ou plutôt Dy, comme on l’appelle familièrement, a vingt ans à peine. C’est une très jolie personne, en qui se mélangent les qualités physiques et morales de son père et de sa mère. De beaux yeux bleus, une chevelure magnifique entre le châtain et le blond, une carnation fraîche comme les pétales de la rose qui vient de s’épanouir, une taille élégante et gracieuse, cela explique que miss Coverley soit remarquée des jeunes gens de Milliard–City, lesquels ne laisseront point à des étrangers, sans doute, le soin de conquérir cet «inestimable trésor», pour employer des termes d’une justesse mathématique. On a même lieu de penser que M. Coverley ne verrait pas, dans la différence de religion, un obstacle à une union qui lui paraîtrait devoir assurer le bonheur de sa fille.

En vérité, il est regrettable que des questions de rivalités sociales séparent les deux familles les plus qualifiées de Standard–Island. Walter Tankerdon eût paru tout spécialement créé pour devenir l’époux de Dy Coverley.

Mais c’est là une combinaison à laquelle il ne faut point songer . . . Plutôt couper en deux Standard–Island, et s’en aller, les Bâbordais sur une moitié, les Tribordais sur l’autre, que de jamais signer un pareil contrat de mariage!

«À moins que l’amour ne se mêle de l’affaire!» dit parfois le surintendant en clignant de l’oeil sous son binocle d’or.

Mais il ne semble pas que Walter Tankerdon ait quelque penchant pour Dy Coverley, et inversement, — ou, du moins, si cela est, tous deux observent une réserve, qui déjoue les curiosités du monde sélect de Milliard–City.

L’île à hélice continue à descendre vers l’Équateur, en suivant à peu près le cent soixantième méridien. Devant elle se développe cette partie du Pacifique qui offre les plus larges espaces dépourvus d’îles et d’îlots et dont les profondeurs atteignent jusqu’à deux lieues. Pendant la journée du 25 juillet, on passe au-dessus du fond de Belknap, un abîme de six mille mètres, d’où la sonde a pu ramener ces curieux coquillages ou zoophytes, constitués de manière à supporter impunément la pression de telles masses d’eau, évaluée à six cents atmosphères.

Cinq jours après, Standard–Island s’engage à travers un groupe appartenant à l’Angleterre, bien qu’il soit parfois désigné sous le nom d’îles Américaines. Après avoir laissé Palmyra et Suncarung sur tribord, elle se rapproche à cinq milles de Fanning, un des nombreux gîtes à guano de ces parages, le plus important de l’archipel. Du reste, ce sont des cimes émergées, plutôt arides que verdoyantes, dont le Royaume–Uni n’a pas tiré grand profit jusqu’alors. Mais il a un pied posé en cet endroit, et l’on sait que le large pied de l’Angleterre laisse généralement des empreintes ineffaçables.

Chaque jour, tandis que ses camarades parcourent le parc ou la campagne environnante, Frascolin, très intéressé par les détails de cette curieuse navigation, se rend à la batterie de l’Éperon. Il s’y rencontre souvent avec le commodore. Ethel Simcoë le renseigne volontiers sur les phénomènes spéciaux à ces mers, et, lorsqu’ils offrent quelque intérêt, le second violon ne néglige pas de les communiquer à ses compagnons.

Par exemple, ils n’ont pu cacher leur admiration en présence d’un spectacle que la nature leur a gratuitement offert dans la nuit du 30 au 31 juillet.

Un immense banc d’acalèphes, couvrant plusieurs milles carrés, venait d’être signalé dans l’après-midi. Il n’a point encore été donné à la population de rencontrer de telles masses de ces méduses auxquelles certains naturalistes ont octroyé le nom d’océanies. Ces animaux, d’une vie très rudimentaire, confinent dans leur forme hémisphérique aux produits du règne végétal. Les poissons, si gloutons qu’ils soient, les considèrent plutôt comme des fleurs, car aucun, paraît-il, n’en veut faire sa nourriture. Celles de ces océanies qui sont particulières à la zone torride du Pacifique ne se montrent que sous la forme d’ombrelles multicolores, transparentes et bordées de tentacules. Elles ne mesurent pas plus de deux à trois centimètres. Que l’on songe à ce qu’il en faut de milliards pour former des bancs d’une telle étendue!

Et, lorsque de pareils nombres sont énoncés en présence de Pinchinat:

«Ils ne peuvent, répond Son Altesse, surprendre ces invraisemblables notables de Standard–Island pour qui le milliard est de monnaie courante!»

À la nuit close, une partie de la population s’est portée vers «le gaillard d’avant», c’est-à-dire cette terrasse qui domine la batterie de l’Éperon. Les trams ont été envahis. Les cars électriques se sont chargés de curieux. D’élégantes voitures ont véhiculé les nababs de la ville. Les Coverley et les Tankerdon s’y coudoient à distance . . . M. Jem ne salue pas M. Nat, qui ne salue pas M. Jem. Les familles sont au complet d’ailleurs. Yvernès et Pinchinat ont le plaisir de causer avec Mrs Coverley et sa fille, qui leur font toujours le meilleur accueil. Peut-être Walter Tankerdon éprouve-t-il quelque dépit de ne pouvoir se mêler à leur entretien, et peut-être aussi miss Dy eût-elle accepté de bonne grâce la conversation du jeune homme. Dieu! quel scandale, et quelles allusions plus ou moins indiscrètes du Starboard–Chronicle ou du New–Herald dans leur article des mondanités!

Lorsque l’obscurité est complète, autant qu’elle peut l’être par ces nuits tropicales, semées d’étoiles, il semble que le Pacifique s’éclaire jusque dans ses dernières profondeurs. L’immense nappe est imprégnée de lueurs phosphorescentes, illuminée de reflets rosés ou bleus, non point dessinés comme un trait lumineux à la crête des lames, mais semblables aux effluences qu’émettraient d’innombrables légions de vers luisants. Cette phosphorescence devient si intense qu’il est possible de lire comme au rayonnement d’une lointaine aurore boréale. On dirait que le Pacifique, après avoir dissous les feux que le soleil lui a versés pendant le jour, les restitue la nuit en lumineux effluves.

Bientôt la proue de Standard–Island coupe la masse des acalèphes, qui se divise en deux branches le long du littoral métallique. En quelques heures, l’île à hélice est entourée d’une ceinture de ces noctiluques, dont la source photogénique ne s’est pas altérée. On eût dit une auréole, une de ces gloires au milieu desquelles se détachent les saints et les saintes, un de ces nimbes aux tons lunaires qui rayonnent autour de la tête des Christs. Le phénomène dure jusqu’à la naissance de l’aube, dont les premières colorations finissent par l’éteindre.

Six jours après, le Joyau du Pacifique touche au grand cercle imaginaire de notre sphéroïde qui, dessiné matériellement, eût coupé l’horizon en deux parties égales. De cet endroit, on peut en même temps voir les pôles de la sphère céleste, l’un au nord, allumé par les scintillations de l’étoile Polaire, l’autre, au sud, décoré, comme une poitrine de soldat, de la Croix du Sud. Il est bon d’ajouter que, des divers points de cette ligne équatoriale, les astres paraissent décrire chaque jour des cercles perpendiculaires au plan de l’horizon. Si vous voulez jouir de nuits et de jours parfaitement égaux, c’est sur ces parages, dans les régions des îles ou des continents traversés par l’Équateur qu’il convient d’aller fixer vos pénates.

Depuis son départ de l’archipel havaïen, Standard–Island a relevé une distance d’environ six cents kilomètres. C’est la seconde fois, depuis sa création, qu’elle passe d’un hémisphère à l’autre, franchissant la ligne équinoxiale, d’abord en descendant vers le sud, puis en remontant vers le nord. À l’occasion de ce passage, c’est fête pour population milliardaise. Il y aura des jeux publics dans le parc, des cérémonies religieuses au temple et à la cathédrale, des courses de voitures électriques autour de l’île. Sur la plate-forme de l’observatoire on doit tirer un magnifique feu d’artifice, dont les fusées, les serpenteaux, les bombes à couleurs changeantes, rivaliseront avec les splendeurs étoilées du firmament.

C’est là, vous le devinez, comme une imitation des scènes fantaisistes habituelles aux navires, lorsqu’ils atteignent l’Équateur, un pendant au baptême de la Ligne. Et, de fait, ce jour-là est toujours choisi pour baptiser les enfants nés depuis le départ de Madeleine-bay. Même cérémonie baptismale à l’égard des étrangers, qui n’ont pas encore pénétré dans l’hémisphère austral.

«Cela va être notre tour, dit Frascolin à ses camarades, et nous allons recevoir le baptême!

— Par exemple! réplique Sébastien Zorn, en protestant par des gestes d’indignation.

— Oui, mon vieux racleur de basse! répond Pinchinat. On va nous verser des seaux d’eau non bénite sur la tête, nous asseoir sur des planchettes qui basculeront, nous précipiter dans des cuves à surprises, et le bonhomme Tropique ne tardera pas à se présenter, suivi de son cortège de bouffons, pour nous barbouiller la figure avec le pot au noir!

— S’ils croient, répond Sébastien Zorn, que je me soumettrai aux farces de cette mascarade! . . .

— Il le faudra bien, dit Yvernès. Chaque pays a ses usages, et des hôtes doivent obéir . . .

— Pas quand ils sont retenus malgré eux!» s’écrie l’intraitable chef du Quatuor Concertant.

Qu’il se rassure au sujet de ce carnaval dont s’amusent quelques navires en passant la Ligne! Qu’il ne craigne pas l’arrivée du bonhomme Tropique! Ses camarades et lui, on ne les aspergera pas d’eau de mer, mais de champagne des meilleures marques. On ne les mystifiera pas non plus en leur montrant l’Équateur, préalablement trace sur l’objectif d’une lunette. Cela peut convenir à des matelots en bordée, non aux gens graves de Standard–Island.

La fête a lieu dans l’après-midi du 5 août. Sauf les douaniers, qui ne doivent jamais abandonner leur poste, les employés ont reçu congé. Tout travail est suspendu dans la ville et dans les ports. Les hélices ne fonctionnent plus. Quant aux accumulateurs, ils possèdent un voltage qui doit suffire au service de l’éclairage et des communications électriques. D’ailleurs, Standard–Island n’est pas stationnaire. Un courant la conduit vers la ligne de partage des deux hémisphères du globe. Les chants, les prières s’élèvent dans les églises, au Temple comme à Saint–Mary Church, et les orgues y donnent à pleins jeux. Joie générale dans le parc où les exercices de sport s’exécutent avec un entrain remarquable. Les diverses classes s’y associent. Les plus riches gentlemen, Walter Tankerdon en tête, font merveille dans les parties de golf et de tennis. Lorsque le soleil sera tombé perpendiculairement sous l’horizon, ne laissant après lui qu’un crépuscule de quarante-cinq minutes, les fusées du feu d’artifice prendront leur vol à travers l’espace, et une nuit sans lune se prêtera au déploiement de ces magnificences.

Dans la grande salle du casino, le quatuor est baptisé, comme il a été dit, et de la main même de Cyrus Bikerstaff. Le gouverneur lui offre la coupe écumante, et le champagne coule à torrents. Les artistes ont leur large part du Cliquot et du Roederer. Sébastien Zorn aurait mauvaise grâce à se plaindre d’un baptême qui ne lui rappelle en rien l’eau salée dont ses lèvres furent imbibées aux premiers jours de sa naissance.

Aussi, les Parisiens répondent-ils à ces témoignages de sympathie par l’exécution des plus belles oeuvres de leur répertoire: le septième quatuor en fa majeur, op. 59 de Beethoven, le quatrième quatuor en mi bémol, op. 10 de Mozart, le quatrième quatuor en mineur, op. 17 d’Haydn, le septième quatuor, andante, scherzo, capriccioso et fugue, op. 81 de Mendelsohn. Oui! toutes ces merveilles de la musique concertante, et l’audition est gratuite. On s’écrase aux portes, on s’étouffe dans la salle. Il faut bisser, il faut trisser les morceaux, et le gouverneur remet aux exécutants une médaille d’or cerclée de diamants respectables par le nombre de leurs carats, ayant sur une face les armes de Milliard–City, et sur l’autre ces mots en français:

Offerte au Quatuor Concertant par la Compagnie, la Municipalité et la population de Standard–Island.

Et, si tous ces honneurs ne pénètrent pas jusqu’au fond de l’âme de l’irréconciliable violoncelliste, c’est que décidément il a un déplorable caractère, ainsi que le lui répètent ses camarades.

«Attendons la fin!» se contente-t-il de répondre, en contorsionnant sa barbe d’une main fébrile.

C’est à dix heures trente-cinq du soir, — le calcul a été fait par les astronomes de Standard–Island, — que l’île à hélice doit couper la ligne équinoxiale. À ce moment précis, un coup de canon sera tiré par l’une des pièces de la batterie de l’Éperon. Un fil relie cette batterie à l’appareil électrique disposé au centre du square de l’observatoire. Extraordinaire satisfaction d’amour-propre pour celui des notables auquel est dévolu l’honneur d’envoyer le courant qui provoque la formidable détonation.

Or, ce jour-là, deux importants personnages y prétendent. Ce sont, on le devine, Jem Tankerdon et Nat Coverley. De là, extrême embarras de Cyrus Bikerstaff. Des pourparlers difficiles ont été préalablement établis entre l’hôtel de ville et les deux sections de la cité. On n’est pas parvenu à s’entendre. Sur l’invitation du gouverneur, Calistus Munbar s’est même entremis. En dépit de son adresse si connue, des ressources de son esprit diplomatique, le surintendant a complètement échoué. Jem Tankerdon ne veut point céder le pas à Nat Coverley, qui refuse de s’effacer devant Jem Tankerdon. On s’attend à un éclat.

Il n’a pas tardé à se produire dans toute sa violence, lorsque les deux chefs se sont rencontrés dans le square, l’un en face de l’autre. L’appareil est à cinq pas d’eux . . . Il n’y a qu’à le toucher du bout du doigt . . .

Au courant de la difficulté, la foule, très soulevée par ces questions de préséance, a envahi le jardin.

Après le concert, Sébastien Zorn, Yvernès, Frascolin, Pinchinat se sont rendus au square, curieux d’observer les phases de cette rivalité. Étant données les dispositions des Bâbordais et des Tribordais, elle ne laisse pas de présenter une gravité exceptionnelle pour l’avenir.

Les deux notables s’avancent, sans même se saluer d’une légère inclinaison de tête.

«Je pense, monsieur, dit Jem Tankerdon, que vous ne me disputerez pas l’honneur . . .

— C’est précisément ce que j’attends de vous, monsieur, répond Nat Coverley.

— Je ne souffrirai pas qu’il soit manqué publiquement dans ma personne . . .

— Ni moi dans la mienne . . .

— Nous verrons bien!» s’écrie Jem Tankerdon en faisant un pas vers l’appareil. Nat Coverley vient d’en faire un, lui aussi. Les partisans des deux notables commencent à s’en mêler. Des provocations malsonnantes éclatent de part et d’autre dans leurs rangs. Sans doute, Walter Tankerdon est prêt à soutenir les droits de son père, et, cependant, lorsqu’il aperçoit miss Coverley qui se tient un peu à l’écart, il est visiblement embarrassé. Quant au gouverneur, bien que le surintendant soit à ses côtés, prêt à jouer le rôle de tampon, il est désolé de ne pouvoir réunir en un seul bouquet la rose blanche d’York et la rose rouge de Lancastre. Et qui sait si cette déplorable compétition n’aura pas des conséquences aussi regrettables qu’elles le furent, au XVe siècle, pour l’aristocratie anglaise?

Cependant la minute approche où la pointe de Standard–Island coupera la ligne équinoxiale. Établi à la précision d’un quart de seconde de temps, le calcul ne comporterait qu’une erreur de huit mètres. Le signal ne peut tarder à être envoyé par l’observatoire.

«J’ai une idée! murmure Pinchinat.

— Laquelle? . . . répond Yvernès.

— Je vais flanquer un coup de poing au bouton de l’appareil, et cela va les mettre d’accord . . .

— Ne fais pas cela!» dit Frascolin, en arrêtant Son Altesse d’un bras vigoureux. Bref, on ne sait comment l’incident aurait pris fin, si une détonation ne se fût produite . . . Cette détonation ne vient pas de la batterie de l’Éperon. C’est un coup de canon du large, qui a été distinctement entendu.

La foule reste en suspens.

Que peut indiquer cette décharge d’une bouche à feu qui n’appartient pas à l’artillerie de Standard–Island? Un télégramme, envoyé de Tribord–Harbour, en donne presque aussitôt l’explication. À deux ou trois milles, un navire en détresse vient de signaler sa présence et demande du secours. Heureuse et inattendue diversion! On ne songe plus à se disputer devant le bouton électrique, ni à saluer le passage de l’Équateur. Il n’est plus temps d’ailleurs. La ligne a été franchie, et le coup réglementaire est resté dans l’âme de la pièce. Cela vaut mieux, en somme, pour l’honneur des familles Tankerdon et Coverley. Le public évacue le square, et, comme les trams ne fonctionnent plus, il s’est pédestrement et rapidement dirigé vers les jetées de Tribord–Harbour. Au reste, après le signal envoyé du large, l’officier de port a pris les mesures relatives au sauvetage. Une des électric-launchs, amarrée dans la darse, s’est élancée hors des piers. Et, au moment où la foule arrive, l’embarcation ramène les naufragés recueillis sur leur navire, qui s’est aussitôt englouti dans les abîmes du Pacifique. Ce navire, c’est le ketch malais, qui a suivi Standard–Island depuis son départ de l’archipel des Sandwich.

http://ebooks.adelaide.edu.au/v/verne/jules/ile_a_helice/chapter10.html

Last updated Tuesday, March 4, 2014 at 18:24