Le Grand Meaulnes, by Alain-Fournier

Chapitre viii

L’appel de Frantz.

“Hou-ou!”

Cette fois, j’ai entendu. C’est un signal, un appel sur deux notes, haute et basse, que j’ai déjà entendu jadis. . . Ah! je me souviens: c’est le cri du grand comédien lorsqu’il hélait son jeune compagnon à la grille de l’école. C’est l’appel à quoi Frantz nous avait fait jurer de nous rendre, n’importe où et n’importe quand. Mais que demande-t-il ici, aujourd’hui, celui-là?

“Cela vient de la grande sapinière à gauche, disje à mi-voix. C’est un braconnier sans doute”.

Jasmin secoua la tête:

“Tu sais bien que non”, dit-il?

Puis, plus bas:

“Ils sont dans le pays, tous les deux, depuis ce matin. J’ai surpris Ganache à onze heures en train de guetter dans un champ auprès de la chapelle. Il a détalé en m’apercevant. Ils sont venus de loin peut-être à bicyclette, car il était couvert de boue jusqu’au milieu du dos . . .

— Mais que cherchent-ils?

— Je n’en sais rien. Mais à coup sûr il faut que nous les chassions. Il ne faut pas les laisser rôder aux alentours. Ou bien toutes les folies vont recommencer . . .”

Je suis de cet avis, sans l’avouer.

“Le mieux, disje, serait de les joindre, de voir ce qu’ils veulent et de leur faire entendre raison . . .”

Lentement, silencieusement, nous nous glissons donc en nous baissant à travers le taillis jusqu’à la grande sapinière, d’où part, à intervalles réguliers, ce cri prolongé qui n’est pas en soi plus triste qu’autre chose, mais qui nous semble à tous les deux de sinistre augure.

Il est difficile, dans cette partie du bois de sapins, où le regard s’enfonce entre les troncs régulièrement plantés, de surprendre quelqu’un et de s’avancer sans être vu. Nous n’essayons même pas. Je me poste à l’angle du bois. Jasmin va ce placer à l’angle opposé, de façon à commander comme moi, de l’extérieur, deux des côtés du rectangle et à ne pas laisser fuir l’un des bohémiens sans le héler. Ces dispositions prises, je commence à jouer mon rôle d’éclaireur pacifique et j’appelle:

“Frantz! . . .

“. . .Frantz! Ne craignez rien. C’est moi, Seurel; je voudrais vous parler . . .”

Un instant de silence; je vais me décider à crier encore, lorsque, au coeur même de la sapinière, où mon regard n’atteint pas tout à fait, une voix commande:

“Restez où vous êtes: il va venir vous trouver”.

Peu à peu, entre les grands sapins que l’éloignement fait paraître serrés, je distingue la silhouette du jeune homme qui s’approche. Il paraît couvert de boue et mal vêtu; des épingles de bicyclette serrent le bas de son pantalon, une vieille casquette à ancre est plaquée sur ses cheveux trop longs; je vois maintenant sa figure amaigrie. Il semble avoir pleuré.

S’approchant de moi, résolument:

“Que voulez-vous? demande-t-il d’un air très insolent.

— Et vous-même, Frantz, que faites-vous ici? Pourquoi venez-vous troubler ceux qui sont heureux? Qu’avez-vous à demander? Dites-le”.

Ainsi interrogé directement, il rougit un peu, balbutie, répond seulement:

“Je suis malheureux, moi, je suis malheureux”.

Puis, la tête dans le bras, appuyé à un tronc d’arbre, il se prend à sangloter amèrement. Nous avons fait quelques pas dans la sapinière. L’endroit est parfaitement silencieux. Pas même la voix du vent que les grands sapins de la lisière arrêtent. Entre les troncs réguliers se répète et s’éteint le bruit des sanglots étouffés du jeune homme. J’attendis que cette crise s’apaise et je dis, en lui mettant la main sur l’épaule:

“Frantz, vous viendrez avec moi. Je vous mènerai auprès d’eux. Ils vous accueilleront comme un enfant perdu qu’on a retrouvé et toute sera fini”.

Mais il ne voulait rien entendre. D’une voix assourdie par les larmes, malheureux, entêté, colère, il reprenait:

“Ainsi Meaulnes ne s’occupe plus de moi? Pourquoi ne répond-il pas quand je l’appelle? Pourquoi ne tient-il pas sa promesse?

— Voyons, Frantz, répondis-je, le temps des fantasmagories et des enfantillages est passé. Ne troublez pas avec des folies le bonheur de ceux que vous aimez; de votre soeur et d’Augustin Meaulnes.

— Mais lui seul peut me sauver, vous le savez bien. Lui seul est capable de retrouver la trace que je cherche. Voilà bientôt trois ans que Ganache et moi nous battons toute la France sans résultat. Je n’avais plus confiance qu’en votre ami. Et voici qu’il ne répond plus. Il a trouvé son amour, lui. Pourquoi maintenant, ne pense-t-il pas à moi? Il faut qu’il se mette en route. Yvonne le laissera bien partir. . . Elle ne m’a jamais rien refusé”.

Il me montrait un visage où, dans la poussière et la boue, les larmes avaient tracé des sillons sales, un visage de vieux gamin épuisé et battu. Ses yeux étaient cernés de taches de rousseur; son menton, mal rasé; ses cheveux trop longs traînaient sur son col sale. Les mains dans les poches, il grelottait. Ce n’était plus ce royal enfant en guenilles des années passées. De coeur, sans doute, il était plus enfant que jamais: impérieux, fantasque et tout de suite désespéré. Mais cet enfantillage était pénible à supporter chez ce garçon déjà légèrement vieilli. . . Naguère, il y avait en lui tant d’orgueilleuse jeunesse que toute folie au monde lui paraissait permise. A présent, on était d’abord tenté de le plaindre pour n’avoir pas réussi sa vie; puis de lui reprocher ce rôle absurde de jeune héros romantique où je le voyais s’entêter. . . Et enfin je pensais malgré moi que notre beau Frantz aux belles amours avait dû se mettre à voler pour vivre, tout comme son compagnon Ganache. . . Tant d’orgueil avait abouti à cela!

“Si je vous promets, disje enfin, après avoir réfléchi, que dans quelques jours Meaulnes se mettra en campagne pour vous, rien que pour vous? . . .

— Il réussira, n’est-ce pas? Vous en êtes sûr? me demanda-t-il en claquant des dents.

— Je le pense. Tout devient possible avec lui!

— Et comment le saurai-je? Qui me le dira?

— Vous reviendrez ici dans un an exactement, à cette même heure: vous trouverez la jeune fille que vous aimez”.

Et, en disant ceci, je pensais non pas troubler les nouveaux époux, mais m’enquérir auprès de la tante Moinel et faire diligence moi-même pour trouver la jeune fille.

Le bohémien me regardait dans les yeux avec une volonté de confiance vraiment admirable. Quinze ans, il avait encore et tout de même quinze ans! — l’âge que nous avions à Sainte–Agathe, le soir du balayage des classes, quand nous fîmes tous les trois ce terrible serment enfantin.

Le désespoir le reprit lorsqu’il fut obligé de dire:

“Eh bien, nous allons partir”.

Il regarda, certainement avec un grand serrement de coeur, tous ces bois d’alentour qu’il allait de nouveau quitter.

“Nous serons dans trois jours, dit-il, sur les routes d’Allemagne. Nous avons laissé nos voitures au loin. Et depuis trente heures, nous marchions sans arrêt. Nous pensions arriver à temps pour emmener Meaulnes avant le mariage et chercher avec lui ma fiancée, comme il a cherché le Domaine des Sablonnières”.

Puis, repris par sa terrible puérilité:

“Appelez votre Delouche, dit-il en s’en allant, parce que si je le rencontrais ce serait affreux”.

Peu à peu, entre les sapins, je vis disparaître sa silhouette grise. J’appelai Jasmin et nous allâmes reprendre notre faction. Mais presque aussitôt, nous aperçûmes, là-bas, Augustin qui fermait les volets de la maison et nous fûmes frappés par l’étrangeté de son allure.

http://ebooks.adelaide.edu.au/a/alain-fournier/le-grand-meaulnes/part3.8.html

Last updated Wednesday, March 12, 2014 at 12:59